Découverte
Pochette Jarod

logo Troubled Hubble

Biographie

Troubled Hubble

Chris Otepka: Chant/Guitare
Josh Miller: Guitare
Nate Lanthrum: Batterie
Andrew Lanthrum: Basse

Troubled Hubble se forme fin '98 dans la ville de Chicago. Le quatuor est tout d'abord signé sur Magic Spot Records qui sort son premier EP, Slow Plant Entrance, en 2000. Puis suivent deux enregistrements, The Sun Beamed Off The Name Maurice en 2000, et Broken Airplanes en 2001.Quant à Penturbia, leur 3° album, dans un premier temps auto-produit fin 2002, ce dernier se verra édité sur le label Latest Flame début 2003.
Des tournées suivent, encore et toujours, durant lesquelles Chris Otepka remplit son "carnet jaune" d'idées. Au final, deux ans de préparation, et le carnet de notes est intégralment rempli lorsque débutent les sessions d'enregistrement de Making Beds In A Burning House. Troubled Hubble, grâce à leurs économies, s'offrent Jason Caddell à la production, guitariste des Dismemberment Plan, et enregistrent leur dernier opus au Inner Ear Studio.

Chronique

Making Beds In A Burning House ( 2005 )

Avec Making Beds In A Burning House, le quatuor de Chicago, signé sur LookOut Records (Engine Down, Ted Leo & The Pharmacists), est loin d'en être à son premier coup d'essai. Proposant une pop alternative entêtante, Troubled Hubble livre pas moins de 13 titres, sans fausse note, et qui égayeront à coup sûr cette fin de printemps.

"14,000 Things To Be Happy About", ou 14,000 raisons d'accueillir à bras ouverts les rythmiques sucrées de Troubled Hubble. L'album s'ouvre sur ce titre dont les réparties guitare sèche/guitare électrique font mouche, le tout souligné par les commentaires de Chris Otepka. Ce dernier, délaissant son carnet jaune, et non sa guitare, se consacre au chant avec toujours autant de justesse; son grain de voix savoureux rappelle notamment celui du leader de The Format. Chris Otepka investit l'auditeur, le plonge au coeur de ses récits, aussi bien contés, que chantés ("Even Marathon Runners Need To Nap"). Et c'est là toute la magie de ce Making Beds In A Burning House: captiver l'auditoire, et l'intégrer au plus profond des mélodies, qu'elles soient légères ("Im' Pretty Sure I Can See Molecules"), ou brumeuses ("Ear Nose & Throat Pt2").

Cette mise en avant des aptitudes du chanteur/guitariste n'est en rien le seul atout du quartet. "Floribraska" dessine les contours d'une harmonieuse rencontre basse/batterie, susurrées par les notes cristallines de nos deux concubines accordées quelques lignes auparavant. Une alchimie magnifiée à chacun des morceaux par l'apparition d'un convive des plus légitimes. Ainsi la cadence soutenue de "The Do That Build The House", l'une des pistes les plus longues de ce disque (5'26), accueille ces sonorités électro planantes que l'on retrouve de surcroît sur "At Your Most Beautiful" de LastDaysOfApril. "Even Marathon...", quant à elle, s’achève sur des percussions trip hop accentuées par quelques arpèges veloutés. Enfin les cordes sont à l'honneur sur des titres comme "Safe & Sound", et sa conversation engagée violon/violoncelle feutrée par la clarté d'un piano; ou bien encore sur "Jackpote Stampede Deluxe", et finalement, c'est bien là de richesse dont il s'agit lorsque l'on prête une oreille attentive à ce Making Beds In A Burning House.

Ce quatrième opus de Troubled Hubble accompagnera à merveille chacun des moments plaisants que vous pourriez vivre en cette année 2005. A la fois excitant, et bien entendu « troublant », voilà un disque à conserver à portée de main tant son charme grandit au fil des jours jusqu’à en devenir irrésistible, au même titre que la dernière production en date de Modest Mouse.

Télécharger : Ear Nose & Throat

A écouter : The Do That Build The House, Even Marathon Runners Need To Nap, Nancy, Pretty Sure I Can See Molecules