logo Trivium

Biographie

Trivium

Trivium se forme en 2000, autour de potes du lycée. Le groupe fait quelques concerts et subit les inévitables changements de line-up d’un jeune groupe, puis en 2003, Trivium sort son premier ep suivit très vite de leur premier album la même année : Ember To Inferno. Le groupe complète alors son line-up et partage la scène avec des groupes comme Machine Head, In Flames, Iced Earth, Killswith Engage, Fear Factory… En 2005 le groupe sort son second album (Ascendancy), cette fois sur Roadrunner Records, grosse production de rigueur donc pour un groupe oeuvrant dans un style qui a le vent en poupe : le Metalcore, le tout fortement teinté de Thrash et Heavy et refrain à la voix claire plutôt réussie.
Le groupe après avoir écumé les salles du monde entier (ainsi que les festivals dont le Hellfest en France) revient en 2006 avec The Crusade, changement de style pour le groupe qui rend à sa façon hommage au Thrash-Metal de Metallica ou au Heavy-Metal d'Iron Maiden. C'est en 2008 que sort Shogun puis le groupe tourne alors aux côtés de Slipknot et Cooheed And CambriaIn Waves, leur dernière production, parait trois ans plus tard, toujours sur leur label Roadrunner Records.

Chroniques

The Crusade Ascendancy
14 / 20
79 commentaires (14.13/20).
logo amazon

The Crusade ( 2006 )

Trivium après avoir  dressé une horde de fan métalcoreux, tout comme une horde de détracteur associant bien trop vite Trivium à Bullet For My Valentine ou autre Avenged Sevenfold revient en 2006 avec The Crusade. Après des tournées incessantes, des prix pleuvant de tous cotés, des éloges venant même de leurs idoles (Metallica en tête) on pouvait douter de la capacité des américains à nous surprendre et nous pondre un album un peu moins mielleux et prévisible que le précédent. On avait tort et les 13 titres de l'album balayeront bien vite nos préjugés.

On avait quitté Trivium sur un metalcore à forte influence 80's, les clichés du genre y était présent, en particulier tout ceux concernant les lignes de chant (voix hurlée / refrain ultra mélodique) mais sur ce The Crusade les réminiscences metalcore seront très rares, on donne désormais dans du thrash mélodique à l'ancienne et sur l'ensemble des titres planera l'ombre de Metallica et dans une moindre mesure Iron Maiden.
Metallica tout d'abord, au niveau de la voix Matt Heafy semble avoir  hérité du timbre vocal de Hetfield; le chant sur un titre comme Entrance Of The Conflagration en est même déroutant tant les similitudes sont nombreuses. Musicalement le groupe aussi plonge sans complexe dans la bay area des 80's, Metallica toujours en tête. Là où on trouvait les jeunes Trivium pas mauvais techniquement on devra tout simplement enlever jeune pour uniquement parler de musiciens doués. Le groupe nous pond des solos comme à la bonne époque, accélère le tempo et réussi à restituer le son et le feeling des premiers Metallica. Pour s'en convaincre les plus septiques devraient jeter une oreille sur les 8 minutes instrumentales de The Crusade.
Alors sommes nous là en face du nouveau Metallica? Un peu présomptueux d'y répondre dès maintenant mais une chose est sûr cet album a un gros potentiel mais qu'il faut relativiser, car même si Trivium réussi le tour de force de s'affranchir de son passé musical il reste tout de même bien trop collé à ses influences principales. Car même si certaines compos sont des petits bijoux (Anthem (we are the fire) par exemple) et régaleront ceux en manque de thrash à la Metallica le tout rappelle beaucoup trop les horsemen pour qu'on s'en satisfasse pleinement.

En quittant presque totalement ses racines metalcore Trivium fait certainement le geste qui les sauve d'un marasme musical certain et permet au groupe de trouver de nouveaux horizons. En grand fans de Metallica et Iron Maiden le groupe rend, à sa façon, hommage à ces piliers musicaux, bonne initiative que l'on pourra également leur reprocher car les compos sont trouve bien trop imprégnées. The Crusade n'en reste pas moins un bon album qui ravira les amateurs des groupes cités précédemment, mais Trivium devra maintenant trouver sa voie (voix?) pour réellement sortir un album marquant.

A écouter : Anthem (we are the fire), The Crusade, Becoming The Dragon
14 / 20
62 commentaires (16.77/20).
logo amazon

Ascendancy ( 2005 )

En ce moment le metalcore envahi nos chaîne hi-fi, comme pour beaucoup de style les phénomènes de mode apportent leurs lots de groupes plus au moins bon où il est difficile de trouver les perles rares. Certains cracheront sur tout ce qui est estampillé metalcore, comme ils ont craché sur tout ce qui était catégorisé néo métal il y a quelques années, une seconde attitude consiste à ne pas trop se soucier de tout cela et d’apprécier la musique.
Les petits jeunes (je me permet, pour une fois je suis plus vieux que l’ensemble du groupe) de Trivium sont certes pile poil dans la mouvance actuelle, mais ils ont le mérite de le faire bien, le groupe n’invente rien mais recycle avec brio quelques 25 ans de musique. Puisant dans le heavy façon Iron Maiden, le thrash (à la The Haunted, et forcément par extension à Slayer), le metalcore popularisé par des groupes comme Caliban, Killswitch Engage ou encore les derniers In Flames.
En 12 morceaux le groupe convint de son talent et de sa dextérité, les soli fusent, la batterie sismique  offrant son lot de passage à double pédale, et surtout le chant qui, metalcore oblige, offre des passages claires entrecoupant de longues parties hardcore vraiment très bien maîtrisé. Certes Matthew Heafy officiant au chant et guitare est accompagné par les chœurs (du second guitariste et du bassiste) mais sa performance est vraiment intéressante.
Ascendancy est le genre d’album parfait pour se défouler, ce n’est pas le genre d’album qui rentrera dans les anales, mais qui risque de passer en rotation lourde dans votre chaîne pendant quelques mois, si vous n’êtes pas allergique au metalcore, que les soli ne vous irritent pas et que les chants façon Anders Fridén sur Soundtrack To Your Escape (In Flames) ne vous agacent pas. Il ne faut pas oublier que Trivium est encore jeune, et même si sur cet album le groupe n’innove pas vraiment il fait déjà preuve d’une belle maturité et la suite pourrait être prometteuse si le groupe cherche à rendre sa musique moins prévisible

A écouter : Rain, A Gunshot to the Head of the Trepidation, Dying In Your Arms