Albums du moment
Pochette Upon My Cremation Pyre
Pochette Split avec Link
Pochette Berdreyminn Pochette Bloodlust
Chroniques
Pochette Forever War
Pochette Heroes Of Mighty Magic
Pochette Stup Virus
Pochette We The People Pochette Abhorrent Manifestation

logo The Phantom Carriage

Biographie

The Phantom Carriage

Originaire de Poitiers, The Phantom Carriage est un groupe s'orientant vers un Hardcore teinté de multiples influences, allant du jazz manouche au Black Metal, composé d'anciens Taciturn. Courant 2011, un premier opus, New Thing, voit le jour chez Swarm Of Nails et Throatruiner Records. Deux ans plus tard, le combo revient toujours chez Throatruiner Records avec Falls.

Chroniques

Falls New Thing
15.5 / 20
6 commentaires (13.25/20).
logo amazon

Falls ( 2013 )

Second coup d'envoi pour les dynamiques The Phantom Carriage avec Falls, avec toujours le même menu : une base Hardcore / Black, avec pas mal de petits ajouts pour parfaire le tout. La prise de risque semble toujours là, avec une seule attente lorsqu'on lance la galette : arriver au moins au niveau qualitatif de New Thing en gardant l'effet de surprise.
Et de fait, cela démarre sur les chapeaux de roues avec un Hardcore sombre toujours affiné avec quelques riffs dissonants, mixant allègrement le tout pour s'allonger en compagnie de Comity et Deathspell Omega (chose qui n'a pas changé en 2 ans). On retiendra en effet les mêmes noms que pour l'album précédent, confirmant que The Phantom Carriage maintient la voie tracée sur New Thing.

L'impétueux "Rejuvenation" n'a que faire du respect des rythmiques avec sa fin explosive, tandis que le massif "The Time" s'envole dans tous les sens. Avec le recul, The Phantom Carriage remplit parfaitement le cahier des charges de ce que l'on peut attendre du Hardcore Chaotique ; Un truc malsain sans pour autant être purement gratuit, qui possède plusieurs couches à l'instar d'un DsO mais à la première épaisseur de crasse beaucoup plus facile à pénétrer que les autres.
Dès la première écoute, Falls semble toutefois moins abrupt ou énigmatique que son prédécesseur, avec peut être moins d'escapades hors-métal/hardcore et surtout pas mal de chavirements. Il évolue différemment, prenant le soin de tenir en haleine avant de casser sa propre stabilité (le rapprochement avec Celeste n'est ici plus autant d'actualité à mes yeux). C'est d'ailleurs le principal point faible de ce Falls : revenir un peu plus vers les attendus, oser moins tout en intriguant plus, comme si ce The Phantom Carriage n'avait plus envie de se lancer dans quelque chose d'aussi riche mais plus imprévisible.
Pourtant, loin de là l'idée d'un opus inintéressant, mais plutôt de quelque chose d'un peu plus classique avec son lot de passages haletants (la fin de "Devils, Gods, Us" par exemple). N'ayons pas peur de le clamer, c'est du bon, même si moins surprenant sur la forme.

The Phantom Carriage creuse un peu plus profondément la tombe dont ils ont discerné les contours sur New Thing : le combo continue sa route, martèle sa musique avec la même intensité que précédemment. Que demander de mieux ?

A écouter : Oui, même plus que New Thing.
15 / 20
3 commentaires (16.67/20).

New Thing ( 2011 )

Vendu comme un groupe qui ose forniquer sur fond de jazz, en passant de Deathspell Omega à Comity, via Orchid et Taciturn, The Phantom Carriage a une lourde responsabilité sur les épaules : faire la passerelle musicale (et pourquoi pas intellectuelle) entre Black, Hardcore Chaotique et Emoviolence, soit 3 genres musicaux extrêmes, que ce soit sur le fond ou sur la forme, exacerbant ses sentiments entre douleur et mal-être. Certains ont déjà tenté d'accommoder Hardcore et Black, comme Haust ou Kvelertak, et à ce petit jeu, The Phantom Carriage semble arriver dans les premiers sans problèmes. En effet, entre les dissonances Blackisées de Deathspell Omega ou Blut Aus Nord (The Monument On Hendrick's Hill), la frénétique folie de Comity période As Everything Is A Tragedy et la douloureuse ascension maladive de la folie nourrie à l'Emoviolence, The Phantom Carriage reflète le melting pot musical actuel qui va toujours plus loin, plus profond dans le malaise, rappelant l'extrémisme de Nesseria ou Plebeian Grandstand (2 autres combos révélés par  Throatruiner ou Swarm Of Nails). A croire que les 2 labels semblent doués pour trouver ceux qui n'ont que faire des limites, faisant couler la sueur et l'angoisse en à peine quelques minutes (le dévastateur The Monument On Hendrick's Hill) en incorporant parfois quelques sonorités plus larmoyantes (16-04-10 à la fureur Screamoïsante ou quelques riffs de The Horses Feed Their Birds que l'on pourrait rattacher à Mihai Edrisch). Si l'on cherche un peu, on retrouvera aussi cette sensation de mur noir infranchissable d'un Celeste, sans pour autant rejeter l'être humain, mais dans cette volonté de créer un disque poisseux et sombre.
Un point qui risque cependant de diviser la foule : la présence des parties plus "jazz" (Les Fantômes Se Cachent Pour Pleurer, Black Rain Falls In Drops). Peut-être de trop pour certains, ou parti pris osé pour d'autres, ces sonorités sont pourtant en totale rupture avec le rouleau compresseur hardcore de The Horses Feed Their Birds ou The Wreck Of My Mental Ship. Si l'on fait abstraction de ces passages, les amateurs de (Post)-Hardcore Chaotique risquent de ne pas se sentir dépaysés, voir même de trouver l'ajout d'influences black et autres intéressantes.

La pensée intellectuelle du combo ne reste pas mystérieuse longtemps : Il est question de l'Evolution de l'être humain, que ce soit dans son rapport à la Terre (Black Rain Falls In Drops) ou en société (The Horses Feeds Their Birds). Même si on est bien loin d'un nihilisme profond, les mots reflètent un pessimisme angoissant, résultant du constat actuel. Malgré le fait que ces thèmes soient loin d'être nouveaux, la musique de The Phantom Carriage et l'imagerie de New Thing montrent une cohérence dans l'univers du combo.

Alors même si The Phantom Carriage dévaste tout sur son passage, le combo poitevin joue à un jeu dangereux avec les parties plus légères, qui restent - certains diront heureusement - minimes sur New Thing. La prise de risque est là, reste à chacun à l'apprécier, et peut être se dire qu'après tout, un combo qui mixe Deathspell Omega, Comity et Neil Perry ou Orchid dans ses compos n'en a peut être rien à foutre de votre avis et joue ce qui lui plait, sans barrière musicale.

A écouter : The Monument On Hendrick's Hill
The Phantom Carriage

Style : Hardcore Chaotique / Black Metal / Emo Violence
Tags : - -
Origine : France
Bandcamp :
Amateurs : 9 amateurs Facebook :