Albums du moment
Pochette The Dusk In Us
Pochette In Contact Pochette Sterilize
Chroniques
Pochette The Always Open Mouth
Pochette Insignificant
Pochette Cutting Pieces
Pochette Mass VI
Pochette Vestigial
Pochette Urn
Pochette United States of Horror Pochette 06 72 43 58 15
Découverte
Pochette Démo Rose

logo The Horrors

Biographie

The Horrors

Les membres de The Horrors sont originaires de la campagne anglaise dans la banlieue éloignée de Londres. En dehors du microcosme de la capitale, ils ont, d’après leurs dires, écouté pendant toute leur adolescence des groupes hors du temps et des sonorités plus vieilles en étant peu influencés par les nouveaux groupes à la mode. C’est en organisant régulièrement des soirées dans le sous-sol d’un grand hôtel que le groupe se fait petit à petit remarquer, tant le concept atteint des gens de plus en plus loin. C’est à cette époque que la formation The Horrors se crée et s’autoproduit dans ce sous-sol, en compagnie de formation que les jeunes ont invité.

Arrive ce qui doit arriver, le groupe est repéré et pris en charge, jusqu’à sortir son premier disque, Strange House, qui lui colle clairement l’étiquette de groupe peu authentique, garage rock vaguement post-punk et lofi, formaté jusqu’aux coupes de cheveux. Après une tournée copieuse, au cours de laquelle le groupe a rencontré Portishead, Geoff Barrow, de ce même groupe accepte de produire leur disque suivant, Primary Colours, qui marquera un changement de son radical, plongeant dans un trou noir cold wave gothique jusqu’aux ongles, noyé dans les réverbérations shoegaze. Ce disque fait quand à lui l’unanimité dans la presse internationale, et le clip de Sea Within a Sea sert quant à lui de déclencheur systématique pour les gens qui abordent le groupe pour la première fois.

Chronique

15.5 / 20
2 commentaires (16.5/20).
logo amazon

Primary Colours ( 2009 )

Ils étaient les futurs gloires anglaises mediatico-proclamées, un boys band façon rock garage baignant dans la soupe revival, so british, so marketing, authentiques comme des kids campagnards pris en charge par la machine artistique indie londonienne, comme tant d’autres, et même plus ennuyants. Les voilà avec un nouveau disque, Primary Colours, qui met  tout le monde d’accord, et remet en question la très galvaudée définition de « future gloire » qui voulait légitimer l’arrivage annuel par charrettes de formations de rock’n’roll anglais. Les types de The Horrors sont de retour, relookés jusqu’aux influences, pas moins prédestinés à vendre, mais avec un album qui, par un facétieux mélange, toujours revival mais bien senti cette fois, est l’une des surprises de 2009.

Primary Colours est une envoutante spirale caverneuse et désabusée. Désabusée au sens de cette sensation qu’ont laissé les formations post-punk, la rythmique hypnotique, les yeux hagards, la mélodie grinçante et poussive, gothique à souhaits. La référence n’est pas cachée loin de là, la musique de The Horrors version 2 est imbibée de Joy Division, des Cure (l’artwork fait indéniablement penser à celui de Pornography) et de leurs enfants. Le post-punk est ici un spectre très présent, un fantôme puissant et rythmé. La basse est son guide, simple et ronde, servant une musique froide et abrasive, jusqu’à la production, le chant est désemparé, possédé, monotone et triste, avec son accent anglais populaire (Ian Curtis, es-tu là ?), et se fait sa place puissante et dépressive au sein de titres qui revêtent clairement une dimension psychédélique. Chaque mélodie  vit étrangement, chaque avancée tonale vit d’elle-même et de ses résonances, et pour cause, The Horrors a savamment intégré à sa musique des distortions shoegaze, type Loveless (My Bloody Valentine), qui ondulent les sonorités dans le temps et l’espace, donnant un côté aérien aux transfuges rock’n’roll que sont les titres de Primary Colours. En résulte un album puissant et noir, résonnant d’énergie négative, et qui, malgré les influences clairement affichées, laisse éclater une personnalité particulière et finalement assez inédite. Les 10 titres du disque, épurés, entêtants, floutés par les sonorités distordues et puissantes et le synthé cold-wave sont tous des pépites qui nous ramènent aux plaisirs simples du passé, en étant tournés vers l’avenir.

The Horrors, toujours so british, toujours une bande d’imposteurs, accouche d’un deuxième disque remarquable, un manifeste de musique post-consumériste (pour consommateurs fauchés), peut être un écho à cette nouvelle crise, comme l’avait été le post-punk, et peut-être bien le shoegaze, deux familles désemparées, désabusées et profondément noires.  Primary Colours n’a pas de famille, au mieux plusieurs, par procuration, même plus celle des groupes lofi en « The », et signe pourtant l’un des disques les plus remarqués de cette année 2009.

A écouter : Sea Within a Sea
The Horrors

Style : Post Punk / Cold-Wave / Shoegaze
Tags : - -
Origine : Royaume-Uni
Site Officiel : thehorrors.co.uk
Myspace :
Amateurs : 13 amateurs Facebook :