logo Teramaze

Biographie

Teramaze

Teramaze est formé à Melbourne (Australie) dans les années 1990 par Dean Well (guitares), originellement sous le nom de Terrormaze. Le groupe propose un Thrash Metal efficace avec des éléments progressifs dès son premier album, Doxology, en 1995. Teramaze sort Tears To Dust en 1998 puis un EP en 2001.
S'en suit une longue pause pendant laquelle le groupe ne splitte pas mais prend le temps de produire Anhedonia qui voit le jour en 2012. Exit le Thrash, le Metal Progressif de Teramaze est désormais très mélodique et à rapprocher de celui de Dream Theater plutôt que de celui de MeshuggahEsoteric Symbolism sort en 2014, et Her Halo l'année suivante.

Chronique

Her Halo ( 2015 )

En terme de Metal Progressif, je n'ai longtemps juré que par Dream Theater. Mais depuis quelques années, je commence à admettre que d'autres groupes offrent des alternatives du même niveau, Anubis Gate et Redemption en tête. Teramaze, combo australien officiant dans le même registre Power-Prog que les deux exemples évoqués, est clairement à mettre dans le même panier.
 
A l'instar des cadors du genre, Teramaze arrive à conjuguer sa musique de façon suffisamment réfléchie pour laisser transparaître tantôt de l'émotion, tantôt de la technique, et parfois les deux à la fois comme dans certains solos de guitare (Ordinary Dream, Delusions Of Grandeur). En plus de la maîtrise de cet équilibre, le groupe ajoute un grain de sel qui aide à se démarquer : des influences très variées et très bien digérées. Her Halo garde en effet une excellente cohésion de bout en bout, et pourtant on reconnaît un peu de Hard Rock FM par-ci (Broken), une touche de Djent par-là (l'intro de For The Innocent a un agréable arrière-goût de Monuments dans le touché des guitares), quelques inspirations classiques sur les passages piano... L'ensemble est bien pensé, comme organisé pour rendre l'écoute accessible.
 
Mais ce qui marque le plus à l'écoute de Her Halo, c'est le chant de Nathan Peachey. Le frontman a une voix extrêmement versatile, capable d'aller très haut sans jamais vriller les tympans, mais aussi apte à apporter le punch nécessaire aux passages les plus heavy. Le timbre donne parfois une impression de fragilité très maîtrisée, qui joue sur les sentiments du chanteur et de l'auditeur (le début de Her Halo). A d'autres moments, Peachey choisit de privilégier la puissance, sans jamais saturer son chant cependant, mais plutôt grâce à des placements de voix haut-perchés et dynamiques (Delusions Of Grandeur dont certaines parties chantées sonnent comme du Heavenly).
De plus, en dehors de ces considérations techniques, les lignes mélodiques sont très accrocheuses et servent réellement les émotions liées aux paroles ou à la musique. Les refrains de Ordinary Dream et de Her Halo sortent du lot et se retiennent particulièrement bien.
 
Il faut tout de même noter certaines longueurs dans l'album des Australiens. Se privant de l'atout vocal précédemment évoqué, l'instrumental Trapeze peine à trouver sa place ; quant à l'accalmie au milieu des douze minutes de Ordinary Dream, elle aurait pu être amputée au moins partiellement. Alors que Teramaze semble s'épanouir sur les riffs agressifs, rapides et mélodiques, le groupe a l'air assez peu à l'aise sur la power-ballade Broken. Maladroitement placée juste après la seule piste sans chant, ces deux titres forment un passage à vide de dix minutes qu'on préfèrera parfois passer après les quatre ou cinq premières écoutes.
 
Le quatuor nous propose ainsi une expérience complète, à la fois personnelle et pleine de force. Les quelques points faibles de Her Halo, bien que réels, ne parviennent pas à ternir la qualité de cette excellente production de Metal Progressif à tendance Power. Au contraire, il ne font qu'humaniser les gars de Teramaze en leur laissant une marge de progression. Vivement le prochain album.

A écouter : Her Halo, For The Innocent, Ordinary Dream.
Teramaze

Style : Metal Progressif
Tags : -
Origine : Australie
Site Officiel : teramaze.com.au
Facebook :
Amateurs : 1 amateur Facebook :