Albums du moment
Pochette The Dusk In Us
Pochette In Contact Pochette Sterilize
Chroniques
Pochette The Always Open Mouth
Pochette Insignificant
Pochette Cutting Pieces
Pochette Mass VI
Pochette Vestigial
Pochette Urn
Pochette United States of Horror Pochette 06 72 43 58 15
Découverte
Pochette Démo Rose

logo Sick Sad World

Biographie

Sick Sad World

Sur des bases jetées en 2006 du côté de Nantes, la première mouture de Sick Sad World voit finalement le jour quelques années plus tard avec une première sortie et un split avec Another Moon. Le line-up se stabilise en 2011 avec Julien D. (Chant), Julien R. (Basse), David N. (Batterie), Antonin L. (Guitare) et Erwan W. (Guitare) et ils tournent au côté de Coilguns, Memories Of A Dead Man ou Earthship. En 2014, ils enregistrent un premier album, Murmuration, qui parait chez Send The Wood Music.

Chronique

13.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Murmuration ( 2014 )

Sick Sad World c'est une aventure qui dure depuis huit ans désormais, un départ pas franchement engageant sur le split avec Another Moon en 2010, une grande discrétion sur la scène nantaise et pas mal de problèmes de line-up qui l'ont visiblement fait vaciller. Puis sorti de l'anonymat en 2014, un premier album, Murmuration, qui parait après pratiquement quatre années sans nouvelles, sans qu'on n'en attende quoi que se soit.

Sick Sad World a pourtant beaucoup progressé depuis le split avec Another Moon. Il faut croire que ses changements de personnel et les années de boulot lui ont été bénéfique. Au revoir le Postcore, maintenu dans des sillons bien trop balisés par un groupe qui se cherchait manifestement encore. Erreur de jeunesse vite oubliée quand sonnent les notes de ...And Burn The Crows. Les nantais ont bouffé un lion et ça s'entend. Leur son a gagné en épaisseur et les influences Metal/Hardcore s'en dégagent désormais pleinement, mais le groupe a aussi gardé son côté Post, ses passages et mélodies aériennes et ne fait pas que dans le frontal. Sans forcément chercher à s'éloigner des codes du genre, c'est ce fil sur lequel il n'est pas forcément évident de garder l'équilibre que Sick Sad World avance tel un Charon menant sa barque à travers le royaume des ombres. Belle preuve notamment qu'Obsolete Obstacle et son début carnassier, coupé en son cœur par un break classieux.

Murmuration, où ruisselle la tristesse. Car il y a une vraie profondeur des titres dans ce disque comme sur Prophecy dans lequel les guitares participent à ces climats tendus et écorchés. Les hurlements ne sont pas en reste et transmettent cette douleur que l'on ressent tout du long (Missing Bro). Néanmoins, certains passages manquent de justesse notamment dans les voix claires ou donnent l'impression de trop en faire dans des tonalités éraillées parfois usantes (Rebirth). C'est d'autant plus dommage que Sick Sad World est capable de sortir de ses tripes des compositions qui en imposent comme Missing Bro éclatant de rage noire ou l'intro aérienne d'Island qui se transforme en avancée écrasante puis alterne les deux ambiances avec brio. Mais dans toutes les larmes s’attarde un espoir et même s'il est mince, Sick Sad World laisse de temps à autre filtrer la lumière comme au début de Ghost Voice à la construction Rock singulière ou le début reposant de Old Path.

Murmuration est plutôt une bonne surprise de la part d'un groupe qui se remet difficilement sur pied. Les bases sont solides et on sent l'implication et la sincérité derrière le projet. Reste quelques détails à régler pour pouvoir tutoyer l'excellence des travaux de Dirge, Year Of No Light ou Time To Burn par exemple.