Jeudi 04 janvier 2018

Scum Of The Earth a mis en ligne la vidéo de Dance Motherfucker. On retrouve dans le groupe Riggs, ex Rob Zombie, et ça s'entend et se voit fortement.

Mercredi 03 janvier 2018

Scum Of The Earth (avec un ancien guitariste de Rob Zombie) lâche un clip pour Dance Mother****er

Jeudi 26 octobre 2017

The Devil’s Rejects devrait avoir une suite, toujours signée Rob Zombie. D'ailleurs Le Fossoyeur de Films a consacré un épisode à The Devil's Rejects.

Jeudi 07 septembre 2017

Le long métrage d'animation de Rob ZombieThe Haunted World of El Superbeasto, est désormais disponible sur OutBuster.
Un catcheur mexicain qui combat des hordes de zombies nazis pour combattre Dr Satan. Attention : c'est pas du tout pour les enfants (boobs, violence, ...). 

Samedi 17 juin 2017

Vendredi au Hellfest 2017!

Les photos : Nos photos sont en ligne. Pas mal de photos d'ambiance, et des photos d'un peu tout ce que nous avons capté sur la journée. Le tout se dévoile par ici. Les photos sont de Meo Photo, Bacteries et Chazo et d'autres arriveront dans la semaine.

12ème cuvée du Hellfest, complet sans même avoir annoncé un groupe, le 3ème week-end de juin voit Clisson devenir une nouvelle fois le point de convergence des amateurs de musiques amplifiées.
Alors comme d’hab on va débuter par les changements au niveau du site, des scènes, … cette année assez peu de changement pour le grand public, le site reste globalement le même, mais les 2 scènes principales sont reculées donnant plus d’espace quand le site se remplit, devant Deep Purple on aura vu l’effet (positif) de cette modif. Le gros changement de l’année sera pour la partie VIP (décalée pour donner de la place aux mainstage).
 
 
Verdun :
10h30. Du Doom pour ouvrir les festivités de cette première journée de festival. Ca commence déjà très fort puisque les Montpellierains bénéficient d’un son énorme et qui plus est hyper propre. Peu de temps pour jouer quelques titres de The Eternal Drift's Canticles, mais les riffs massifs, la basse sourde, les coups de caisse claire monstrueux et le chant presque mystique par moment nous mettent clairement dans le bain. Les mecs sont chauffés, nous aussi.
 
The Decline :
Warzone, soleil qui commence à taper à 11h, Punk-Rock... Comment vous expliquer que c’était plutôt la combinaison parfaite de ce début de matinée ? C’est super entraînant, les mecs débordent d’énergie communicative et ça rappelle légèrement Dropkick Murphys sans le côté celtique, bref du tout bon !
 
Myrath :
La Mainstage 2 rassemble déjà un peu de monde pour Myrath, malgré l'heure matinale. Quelques drapeaux tunisiens sont même de sortie, preuve que les fans se mobilisent pour le groupe ! Sans backdrop mais avec un décor en forme de porte tout en arabesques, le show commence par une danseuse, qui entre sur scène par cette porte justement. Puis les musiciens entrent en scène, en costume sobre et classe mais ornés de détails arabisants, pour entamer le tube Believer. Le set, bien que bref, donnera à tout le monde le temps de s'exprimer : solos de guitare et de basse, chant en anglais et en arabe, claviériste qui vient danser avec la performeuse... Seul Morgan Berthet derrière ses fûts semble moins investi dans le concert, mais son jeu technique est néanmoins bien au rendez-vous. Un des sets les plus “trop court” de la journée, d'entrée de jeu…
 
Okkultokrati :
Les norvégiens placés sous la Valley sont plutôt une énigme. On les aurait plutôt vu sous la Warzone, vu leur mélange de Hardcore / Crust / Black et certaines touches vaguement Doom. La prestation reste cependant en demi-teinte. Les musiciens sont statiques, la scène semble trop grande pour eux (plutôt à voir en petite salle ?) et les compositions trop linéaires pour se mettre vraiment dedans. Les deux derniers titres dont un très méchant et un final hypnotique et lancinant sont bien plus convaincants. 
 
True Black Dawn :
Cette année, la scène Black Metal au Hellfest est davantage représentée par ses aspects Pagan / Folk ou par les groupes dits Post. On est donc plutôt ravis d’entendre des hurlements haineux, des riffs qui glacent le sang et du blast à foison. Oui, True Black Dawn joue du Black Metal à “l’ancienne” et même s’ils n’inventent rien, ça fait du bien par là où ça passe.
 
Textures :
C’est sans doute l’une des dernières fois que l’on a l’occasion de voir Textures en dehors de la petite tournée avant le split qui se prépare d’ici la fin d’année. Pour le moment, on savoure, donc. Rythmique au poil, gros riffs dans la gueule, passages plus mélodiques, Daniel De Jongh est plutôt en forme vocalement alternant les growl et le chant clair aisément. Pas mal de titres de Phenotype sont joués ainsi qu’un petit Singularity de derrière les fagots. On aurait bien repris quelques titres en rab.
 
Animals As Leaders :
Animals As Leaders ne sont que trois, n'ont pas de bassiste, pas de chant, et pourtant ils investissent l'énorme Mainstage 1 avec aisance et désinvolture. Tout sourire, Tosin Abasi mène son groupe virtuose sereinement pour quarante minutes de guitares slappées, de tapings à huit doigts, de polyrythmies syncopées... L'enchaînement final The Woven Web / CAFO termine de satisfaire les aficionados de Prog djenty, et de prouver que Animals As Leaders a sa place sur la scène principale du Hellfest.
 
Evergrey :
Bien qu’offrant un véritable best-of des derniers albums du groupe (Leave It Behind Us, Passing Through, King Of Errors...), Evergrey semble un peu à côté de la plaque. Interludes au piano entre les trois premiers titres le temps de changer de guitares, de parler aux techniciens, les musiciens semblent avoir quelques soucis. Mais l'interprétation des morceaux est parfaite, avec un son excellent, et la voix de Tom Englund reste inégalée dans l'émotion qu'il transporte. Poignant dans son chant, souriant comme jamais quand il n'est pas au micro, le frontman semble s'éclater.
 
Subrosa :
Il y deux mois Subrosa jouait un set d’un tristesse et d’une grâce absolue au Roadburn. Ici, ce sera tout l’inverse. Les musiciennes ont bouffé un lion. Le set est d’une lourdeur qui mettrait presque à l’amende Electric Wizard. Les cordes sont énervées, la rythmique fracasse tout et pourtant l’ensemble est si cohérent et si intelligent. Ce n’est pas une fureur ivre de sens que nous livre Subrosa mais bien une plongée dans les ténèbres à la puissance émotionnelle et réfléchie. Comme en 2014, c’est une nouvelle fois un coup de coeur.
 
Queensrÿche :
Pendant ce temps sur la Mainstage 2, Queensrÿche distribue son Prog de papys. De papys ? Pas tant que ça. Le groupe à beau faire partie des meubles, certains de ses membres ont beau commencer à réellement accuser le poids des ans, l'efficacité est là à 100%. La foule est beaucoup plus dense que ce à quoi on pouvait s'attendre, et Queensrÿche réussi à ambiancer tout le monde, du quinqua qui attend Deep Purple jusqu'au gamin qui découvre le Heavy Prog. Une programmation audacieuse mais un pari réussi.
 
Devin Townsend Project :
"My name is Devin Townsend ! Are you ready for some awkward progressive metal ?" C'est comme ça que le Canadien ouvre son concert sur la Mainstage 1 avant de lancer Rejoice. Le son est excellent, aussi bon qu'en salle. La voix de Devin est parfaite, autant en clair qu'en chant hurlé, et le bonhomme s'en sert pour ambiancer le public : toujours dans le quatrième degré, il blague entre les morceaux ("vous savez ce qui est cool ? Nous on est à l'ombre !"). Quant à la setlist, elle ressemble malheureusement à celle que nous avons déjà pu voir au début de l'année lors de la tournée avec  Between The Buried And Me et Leprous. Mais c'est si bien fait qu'on se laisse faire sans rechigner.
 
Dodheimsgard :
Dodheimsgard s'annonçait comme un show à ne pas manquer pour tout fan Black Metal avant-gardiste. Les Norvégiens grimés de jaune, noir et blanc s'avancent sur scène et envoient une intro orientaliste, psychédélique avant que les guitares ne se mettent à parler. Et si la curiosité était piquée au vif, malheureusement le son des nordiques ne fut pas au rendez-vous. Une basse envahissante, des riffs beaucoup trop enfouis et inintelligibles, et au final une déception pour ce qui aurait pu être l'un des concerts les plus surprenants de la journée. 
 
PuissanceLoup :
Quoi de mieux en plein après-midi ensoleillé que d'aller prendre l'air vers les Mainstages ? Bof ? Non non mais là on parle de PuissanceLoup, autrement dit du Puissance (pardon, Power) Metal à base de corpse paint et de loups-garous, du « Alleluia » à toutes les sauces et surtout une bonne humeur communicative. Avec des tubes pleins la set-list (We Drink Your Blood, Resurrection By Erection,...), et un frontman qui s'improvise prof de chant du public, comment ne pas adhérer au set des Allemands ? On se prend très facilement au jeu et le groupe en redemande, lançant de plus belle ses claviers des cathédrales et ses rythmiques ultra-prenantes. Et que ça danse avec ses potes ici, que ça arrose tout le monde par là, en somme un public gonflé à bloc qui repartira avec le sourire et des refrains plein la tête. 
 
Tagada Jones :
En 2014 Tagada Jones avait sur-bondé la Warzone, une des raisons qui avait poussé le festival a refaire cette scène. Et bien en 2017 Tagada Jones fera de même ! C’est fou de voir autant de personnes pour un groupe français. Et l’ambiance est folle ! 10 minutes avant le début du concert le public slamme déjà. Après c’est sans surprise, le groupe déroule ses titres Punk, aux refrains faciles, mais oui il faut l’avouer c’est efficace et le frontman sait comment dynamiser le set.
 
Behemoth :
Même si la communication n'est pas le fort de Behemoth (on aura pas un "merci" ou un "c'est le dernier titre"...), les Polonais nous font néanmoins vivre un show grandiloquent qui ne laisse personne de marbre. Changement de costumes, faux sang qui dégouline de la bouche de Nergal, musiciens dissimulés par des masques cornus inexpressifs et glauques (sur O Father O Satan O Sun). Seuls les pyrotechniques paraissent moins impressionnants qu'ils ne le sont probablement réellement, car le groupe joue sur la Mainstage 2 à 20h et il fait encore grand jour... Le set de Behemoth n'en sera pas moins carré. Hallucinant de patate, Nergal mène son groupe avec passion et énergie le long d'un set irréprochable, principalement axé sur le dernier album en date, The Satanist.
 
Cryptopsy :
None So Vile, LE saint album de Brutal Death Metal joué en entier sur leur tournée et donc durant leur passage, c’est forcément un évènement qu’il ne fallait pas louper aujourd’hui. S'exprimant autant en anglais qu'en français, nos confrères québécois ont délivré un set parfait au son propre de bout en bout face à une Altar clairsemée souffrant forcément de jouer en même que le set Behemoth sur la Mainstage 2. Mais pour les amateurs, manquer une prestation à la fois variée, brutale avec une dose de groove et de violence viscérale, ça tenait du sacrilège. Le plus impressionnant dans tout ça c’est qu’on voit bien que ce groupe / album a influencé une bonne partie de la scène Deathcore, sauf que là on a clairement ce qui se fait de mieux avant que ça devienne n’importe quoi. 
 
Baroness :
Voilà une paire d’année que je n’avais pas revu Baroness sur scène. Sans être amateur des derniers albums, le groupe a généralement donné des concerts qui mérite le détour. Le début du concert sera mollasson, mou, fade, lent… et il faudra attendre la fin du concert pour que le groupe se penche sur ses premières productions et redonne un coup de fouet à son set, un peu tard.
 
Deep Purple :
Tête d'affiche de ce premier jour de festival, et légende incontestable du Rock au sens le plus large possible, Deep Purple rassemble bon nombre de chroniqueurs de Metalorgie, certains pour une heure et demi de passion béate, d'autre pour quelques titres en mode curieux. La Mainstage 1 s'est dotée d'un grand écran en fond de scène, qui diffuse des images du groupe différentes des écrans sur les côtés de la scène, détail non-négligeable vu l'affluence énorme autour de Deep Purple... Les Britanniques ouvrent leur set avec quelques titres récents, et même s'il est évident qu'ils ont une super forme et qu'ils n'ont toujours pas d'arthrite (surtout Don Airey aux claviers, LE virtuose de la journée), on sent que quelque chose cloche... C'est tout simplement que ce ne sont pas ce que les gens attendent de Deep Purple (même s'ils ont le bon goût de choisir des titres intéressants comme The Surprising ou Birds Of Prey, qu'on avait déjà salués dans notre chronique). C'est d'abord Strange Kind Of Woman, premier classique à être joué qui réveillera l'ardeur de la foule, puis Lazy, tous deux distillés au milieu d'une heure de morceaux récents. Puis vient le le final, une demi-heure de grands classiques incontournables : Perfect Strangers, Space Truckin', Smoke On The Water, Hush (avec l'ajout d'une bataille de solos entre Don Airey et Steve Morse) et Black Night...
 
Obituary :
Direction Obituary pour se réchauffer les esgourdes à coups de Death Old School. Sans surprise, les Américains livrent un live calibré où les vieux morceaux ont une place de choix. Avec une Altar bien remplie, les Slowly We Rot ou Chopped In Half trouvent un écho chez beaucoup de fans. Ralentissements, lourdeur des riffs, batterie tirant par moments sur le Punk, rien de nouveau sous le soleil mais ces papas du Death ont une fois de plus ravi leurs fans avec talent.
 
Electric Wizard :
Doom Fuzz et pattes d'eph en coucher de soleil, Electric Wizard s'apprête à prendre possession de la Valley et le terme « possession » est faible. Il plane déjà une très forte odeur de marijane dans l’air alors que le groupe foule à peine la scène et que les lampes des amplis Marshall commencent à chauffer. "Hear me, Lucifer !" Un Black Mass à réveiller les morts ne tarde pas à s’emparé du public sur fond de projections nsfw psyché-erotico-sanatico-sadomaso. Le son des anglais, très élevé comme à leurs habitudes, est très bien maîtrisé jusqu’au terme de l’heure de set accordé au combo clôturé comme en 2014 par Funeralopolis.
 
 
Marduk :
Au détour de la Temple, Marduk crie toute sa haine et déploie son imagerie guerrière à qui veut l'entendre. Rien de surprenant pour qui connaît un tant soit peu l'ardeur des Suédois. Bon, c'est méchant, pas très fin et la batterie est un peu trigguée, mais pour qui recherche une dose de Black rentrée dans le crâne à coup de Panzer, le show fait l'affaire sans extras particuliers.  
 
Rancid :
...And Out Come The Wolves est un album qui a régulièrement tournée sur ma platine il y a quelques années. Sans être un connaisseur de Rancid néanmoins, leur venue au Hellfest s'annonçait comme un des moments fort sur la partie Punk du festival. Et le contrat est remplit, le groupe va jouer anciens les titres (dont beaucoup de And Out Come The Wolves) et deux ou trois récents. L’énergie est là, le groupe semble s’éclater sur scène même si la machine est bien huilée. Bonne ambiance, énergie : Rancid donc?
 
Autopsy :
Autopsy n'est pas une tête que l'on voit souvent dans nos contrées, pas d'excuse pour rater les garçons bouchers du Death-Doom en cette fin de soirée. « We are Autopsy and we play Death Fucking Metal » : Chris Reifert annonce la couleur du haut de sa batterie et entame les hostilités. Et le sieur et ses sbires nous ont réservé un grand écart discographique, allant de Severed Survival en passant par Mental Funeral pour aboutir sur le dernier EP Skull Grinder. Quelque peu taquin avec l'audience éparse et un peu engourdie, le leader n'aura de cesse d'envoyer pain sur pain derrière les fûts tout en haranguant la foule de sa voix grasse. Tu t'endors un peu avec les pavés Doom-Death et leurs mélodies lugubres ? Compte sur Autopsy pour te caler des départs en trombe foutrement idiots mais efficaces qui font simplement remuer la tête sans réfléchir malgré la fatigue. Accompagnée d'un son très correct, cette rareté scénique aura fait son effet malgré une affluence injustement basse.  
 
In Flames :
Ne nous voilons pas la face : les deux derniers albums d'In Flames sont insipides, pour rester poli. L'épreuve du live avait tout pour effrayer, d'autant plus qu'on découvre que le groupe est agrémenté d'un claviériste full hipster, mais le groupe s'en sort finalement extrêmement bien. Les récents titres fades sont boostés par l'énergie de la scène et réussissent presque à passer inaperçus au milieu des vieux titres joués (Cloud Connected, Only For The Weak... même Deliver Us passe crème !). Seul bémol, le hit Take This Life, joué en toute fin de concert, est le titre de trop pour Anders Fridén. Son chant, vraiment en place sur le reste du set, était une preuve que l'évolution musicale du groupe n'est pas liée à la perte de ses capacités de screameur. Mais la fatigue d'une heure intense doit avoir eu raison de lui, et les refrains de Take This Life sont méconnaissables... Malgré tout, le groupe partait de loin et la surprise est très bonne pour clore ce premier jour.
A peine le show d’In Flames terminé que résonne dans les haut-parleurs des Mainstages le célèbre Black Hole Sun de Soundgarden. Un hommage non dissimulé à Chris Cornell qui nous a quitté il y a déjà un mois de cela.
 
The Damned :
"We are The Damned. Fuck brexit." C’est au punk-gothic de The Damned qu’il revient cette année de résonner sur la Warzone pour clôturer cette première journée. Les anglais, et tout particulièrement leur claviériste fou qui ne tient pas une seconde en place, déploient une forte énergie pour maintenir éveiller les festivaliers qui sont venus en nombre assister à leur prestation. Sous le regard de sa statue qui surplombe le côté Punk/Hardcore du festival, le combo londonien dédie Love Song, morceau d’ouverture de l’excellent Machine Gun Etiquette, à feu Lemmy Kilmister.
 
 
Le top 3 des chroniqueurs présent :
 
Bacteries : Subrosa, Rancid, Deep Purple
Pentacle : Subrosa, Electric Wizard, Verdun
Max : Cryptopsy (1er ex-aequo), Powerwolf (1er ex-aequo), Autopsy
Zbrlah : Devin Townsend Project, Deep Purple, Myrath
Meo : Electric Wizard, Monster Magnet, Red Fang
Nonohate : Cryptopsy, Electric Wizard, Autopsy
Julien : Rob Zombie, Behemoth, Avatar
 

Samedi 15 avril 2017

Rob Zombie a dévoilé l'OST de son nouveau film 31. Au menu, Lynryd Skynyrd, pas mal de John Five et bien sur Rob Zombie.

Samedi 25 février 2017

Rob Zombie a rejoint le casting des Gardiens de la Galaxie 2.

Vendredi 24 février 2017

Rob Zombie prêtera à nouveau sa voix pour Les Gardiens de la Galaxie 2.

Samedi 17 décembre 2016

Le Graspop Metal Meeting vient de communiquer 64 nouveaux noms pour son édition 2017. Parmi les participants on retrouve donc Rammstein, Deep Purple, Rob ZombieEvanescenceHatebreed, Clutch, Ministry, Kvelertak, Decapitated, Avatar, Devildriver, Suicidal Tendencies ... La liste complète est disponible ici.
Les tickets et places pour l’événement sont quant à eux disponible sur ce lien.

Mercredi 30 novembre 2016

Et voilà l'affiche complète de l'édition 2017 du Hellfest qui se déroulera les 16-17-18 juin à Clisson (44) : Deep PurpleAerosmith, Linkin ParkProphets Of RageFive Finger Dead Punch, Slayer, Airbourne, Rob ZombieAlter Bridge, Steel Panther, Apocalyptica, In Flames, Ministry, SabatonTrust, SaxonWASP, Kreator, Emperor, Devin Townsend Project, Opeth, Coroner, Autopsy, Obituary, Alestorm, Behemoth, WardrunaRacidDamned, Suicidal Tendencies, Primus, Electric WizardBlue Oyster Cult, Clutch... Et tant d'autres à découvrir ici !
Et comme indiqué dans notre liste de noël spécial metal : pour avoir un pass 3 jours il faut commander un pass 3J + Bus ici (ou attendre des reventes via Zepass), les places à la journée seront elles à la vente en 2017.

Mardi 29 novembre 2016

Et voilà l'affiche complète de l'édition 2017 du Hellfest qui se déroulera les 16-17-18 juin à Clisson (44) : Deep PurpleAerosmith, Linkin ParkProphets Of RageFive Finger Dead Punch, Slayer, Airbourne, Rob ZombieAlter Bridge, Steel Panther, Apocalyptica, In Flames, Ministry, SabatonTrust, SaxonWASP, Kreator, Emperor, Devin Townsend Project, Opeth, Coroner, Autopsy, Obituary, Alestorm, Behemoth, WardrunaRacidDamned, Suicidal Tendencies, Primus, Electric WizardBlue Oyster Cult, Clutch... Et tant d'autres à découvrir ici !
Et comme indiqué dans notre liste de noël spécial metal : pour avoir un pass 3 jours il faut commander un pass 3J + Bus ici (ou attendre des reventes via Zepass), les places à la journée seront elles à la vente en 2017.

Jeudi 17 novembre 2016

Rob Zombie a dévoilé le clip de Get Your Boots On! That’s The End Of Rock And Roll (avec des extrait d'un live à Las Vegas)

Vendredi 04 novembre 2016

L'édition anglaise du Download Festival a dévoilé 15 noms, on y retrouvera en autres : Aerosmith, Slayer, Rob Zombie, Five Finger Death Punch. Le reste des noms, c'est ici

Vendredi 23 septembre 2016

Dans une interview donnée à Metal Hammer, Rob Zombie a déclaré qu'il n'avait "aucune raison" de vouloir reformer White Zombie. "Ce n'est pas une question d'argent, il me faudrait une raison pour le faire. C'est pour ça que ce n'est jamais arrivé".

Samedi 17 septembre 2016

Le clip de Rob Zombie pour "The Hideous Exhibitions Of A Dedicated Gore Whore", extrait de The Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser, se matte ici.

Lundi 15 août 2016

Pour Alice Cooper, il est devenu dorénavant "impossible" pour un groupe de rock de choquer le public comme c'était régulièrement le cas auparavant. Dans une interview à WA Today, il estime que l'actualité dans le monde fait que "CNN est beaucoup plus choquante que Rob Zombie, Marilyn Manson ou Alice Cooper".

Jeudi 23 juin 2016

Rob Zombie a mis en ligne le clip de Medication For The Melancholy, un clip tourné en une seule prise (la même journée qu'ils ont tournés Get High et Teenage Rock God).

Mardi 14 juin 2016

Rob Zombie a dévoilé une nouvelle piste, accompagnée d'une vidéo qui s'intitule "The Life And Times Of A Teenage Rock God". Il s'agit d'un extrait de son prochain album lui même prénommé The Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser,  et vous pouvez la visionner par ici

Jeudi 14 avril 2016

Le nouveau clip de Rob Zombie est à découvrir sur le site de Rollingstone. GET HIGH !!!

Lundi 11 avril 2016

Rob Zombie a joué un nouveau morceau pendant son concert de samedi dernier extrait de The Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser (sortie le 29 avril). Ce même soir, il a repris avec Glenn Danzig Vampira des Misfits.

Lundi 28 mars 2016

Le nouveau film de Rob Zombie, 31, sortira le 16 septembre (aux US).
Le synopsis : "Le 30 octobre 1975, cinq personnes choisies au hasard sont enlevées et retenues en otage dans un endroit appelé Le monde du crime. Durant la nuit d'Halloween, ils devront se battre pour survivre à un jeu violent et sadique..."

Dimanche 27 mars 2016

Les news les plus consultées de la semaine :
- La folle rumeur de Axl Rose comme chanteur pour ACDC
- Nouveau titre et clip pour Rob Zombie
- Une liste de photos de pochettes cultes
- Mard Riddick, célèbre illustrateur metal, réalise un logo pour Justin Bieber 
- Les premiers noms dévoilés pour Rock En Seine.

Lundi 21 mars 2016

Rob Zombie a sorti un clip (légèrement déconseillé pour le boulot) pour Well, Everybody's Fucking In A U.F.O. Le morceau est issu de The Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser, qui sortira le 29 avril.

Vendredi 19 février 2016

John 5 (guitariste de Rob Zombie, ou de Marilyn Manson) sortira un nouveau single le 1er mars intitulé Making Monsters. Un clip pour le morceau a été réalisé et sortira le même jour. Par ailleurs, John 5 sortira un nouvel album, Guitars, T!ts, and Monsters plus tard dans l'année.

Vendredi 29 janvier 2016

Le nouvel album de Rob ZombieThe Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser, sortira le 29 avril. Un premier extrait, Well, Everybody's Fucking In A U.F.O., est en écoute ici.

Jeudi 14 janvier 2016

Rollingstone.com a publié sa liste des albums les plus attendus de 2016, vous attendez pas à faire des découvertes on y retrouve Metallica, Tool, Deftones, Rob Zombie, Neurosis, Killswitch Engage, Dream Theater, Korn, Red Fang, Crowbar, ...

Mercredi 13 janvier 2016

The Concrete Confessional. C’est le nom du prochain Hatebreed qui verra le jour au printemps chez Nuclear Blast. Il sera produit par Chris Harris qui a bossé avec Rob Zombie, Suicide Silence ou encore Whitechapel.

Mardi 12 janvier 2016

The Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser, le prochain album de Rob Zombie, sortira le 29 avril.

Mardi 22 décembre 2015

Le prochain disque de Rob Zombie se nommera The Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser et sortira début 2016. Un court trailer se visionne dans la suite. Pour la mochette, c'est par ici.

Mardi 24 novembre 2015

Le prochain film réalisé par Rob Zombie s'intitule 31 et verra sa première lancée en janvier 2016 au Sundance Film Festival (USA). Plus d'infos sur le film par ici.

Mardi 20 octobre 2015

Rob Zombie commercialise sur son site des bonbons pour halloween. 

Mercredi 14 octobre 2015

Musique, films et...pinball. On vous parlait il y a quelques temps de Rob Zombie qui allait lancer sa ligne de flippers, voici en image un premier aperçu avec le dessin qui ornera l'objet.

Lundi 10 août 2015

Le prochain opus de Rob Zombie devrait sortir en Mars. Source.

Vendredi 24 juillet 2015

Pour rester sur les reprises live, voici celle de Thunder Kiss'65 de White Zombie par Motionless in White, avec... Rob Zombie en personne.

Mercredi 01 juillet 2015

Rob Zombie se lance dans le flipper (édition limitée à 300 machines), reprenant dix de ses chansons ainsi que son univers musical. Plus d'infos avec le principal intéressé dans la suite.

Vendredi 19 juin 2015

Rob Zombie, réalisateur ici, s'éloignerait du cinéma d'horreur en préparant une adaptation du livre Raised Eyebrows : My Years Inside Groucho's House de Steve Stoliar, qui narre les dernières années de la vie de l'acteur Groucho Marx.

Lundi 23 février 2015

Une playlist pleine d'amour : on vous a demandé vos titres pour une playlist spécial sexe. Et la voilà :
- Spotify
- Deezer
- Soundsgood

Dedans on a donc mixé vos propositions variées, entre ceux aimant les tempo rapides et ceux appréciant se la couler douce. On retrouve donc des "classiques" comme Nine Inch Nails, Rob Zombie, Pantera Type O Negative, Faith No More mais aussi des choses moins connues comme Lovage, Jex Thoth, Elysian Fields, Acid King, ... Bonne écoutes (et plus)!

Vendredi 02 janvier 2015

Un nouveau live de Rob Zombie va prochainement voir le jour. Tracklist et pochette sur la page dédiée au chanteur.

Jeudi 06 novembre 2014

Rob Zombie va réediter en picture disc plusieurs de ces albums : Hellbilly DeluxeEducated HorsesThe Sinister Urge et Venomous Rat Regeneration Vendor.

Jeudi 18 septembre 2014

D'après Rob Zombie : son prochain album est quasi terminé.

Samedi 02 août 2014

Rob Zombie lance un crowdfunding pour son prochain film, 31.

Lundi 28 juillet 2014

Tony Moore (The Walking Dead) et Rob Zombie ont réalisé un court métrage pour le nouveau Assassin’s Creed Unity (sur la révolution française), c'est à voir ici.

Mardi 24 juin 2014

Hellfest 2014 : Clisson CityToutes nos galeries photos et reports en quelques clics pour le Hellfest 2014 :

- Vendredi : Photos - Report (Iron Maiden, Slayer, Rob Zombie, Electric Wizard... + dans les photos le public, le site, les Pyrohex...)


- Samedi : Photos - Report (Avenged Sevenfold, Deep Purple, Clutch, Dagoba... + les festivaliers, l'ambiance...)


- Dimanche : Photos - Report (Black Sabbath, Soundgarden, Behemoth, Emperor, Mad Sin... + la foule, le site, les Vonstein Girls...)


(attention, certaines photos d'ambiances sont un peu NSFW)
Si tu veux ne voir que les photos d'ambiance / festivaliers / déguisement / déco / public / filles sexy... c'est ici (et on vient de passer le million de vues sur les photos ambiance du Hellfest, WOW!).
Si tu as une galerie photos du Hellfest 2014 à partager, n'hésites pas à nous la proposer par mail, twitter... on la relayera avec plaisir.

Ailleurs :- Le Petit Journal était au Hellfest, reportage à voir ici. Et d'ailleurs Maxime Musqua vous recommande un webzine ici.
- Le Hellfest a publié plein de photos au fil du WE, tout est dispo .
- Du report aussi du coté de Radio Metal.
- LeMonde.fr a fait une jolie page sur le festival.
- Sur Flickr via ce groupe vous pouvez retrouver plein de photos des 3 jours du festival (voir un peu plus).
- Damien (que vous pouvez croiser dans nos colonnes) a écrit un article sur le Hellfest pour lenouvelobs.
- Du report et des images sur TRexSound.
- Si vous avez eut un coup de foudre, pas musical mais bien pour un festivalier/festivalière, une page Facebook existe pour ça.

Samedi 21 juin 2014

Hellfest 2014:
Nos photos de vendredi (dont celle du public, ambiance …), d’autres arriveront par la suite.

Report :
L’édition 2014 s’annonce mémorable avant même d’avoir commencé : une affiche dingue, suite de coups de bol pour la programmation qui voit aligner Iron Maiden, Black SabbathAerosmith, Deep PurpleStatus Quo pour les plus connus. Et près de 160 autres groupes. Déjà complet depuis un bail, le festival a mis les petits plats dans les grands et ne lésine pas sur la décoration : On peut trouver ça un peu Disneyland mais ça reste incroyable et plutôt cohérent avec ce que le festival tente de mettre en place depuis des années.
Au niveau des améliorations : la circulation vers la Warzone, mieux sans être parfaite (même s'il y a eu peu de moment pendant lesquels nous avons pu voir la Warzone pleine). Les toilettes : un grand pas en avant (sauf peut être pour les filles?). Pas grand chose à dire au final sur le site en lui même (à part peut êtres les PMR mis à l’écart et un peu loin du coin des scènes principales).
Voilà le détail groupe par groupe!

Quoi de plus jouissif que de se faire réveiller à grand coups de riffs épais par un Conan au meilleur de sa forme, distribuant sans relâche ses accords les plus graves et les plus sales à un public hypnotisé, par ce qui restera une des meilleures performances de la journée... Déjà plus qu’amoureux de ce groupe découvert pour beaucoup d’entre nous au Roadburn, nous ressortons groggy, la tête pleine d’un Doom caverneux complètement fou... Il n'est que 11h, la journée commence bien.

Crossfaith : bon oui la musique de ce groupe est dégueulasse, vraiment. Une sorte de metalcore / dance pourrave. Mais sur scène le groupe se donne à fond, et ils sont japonais donc on leur pardonnerait presque leurs choix musicaux. Presque.

Kronos en profite pour se faire une seconde jeunesse sous la Altar : riffs millimétrés au poil de fesse, soli déments, batterie épileptique... Difficile de tout suivre comme groupe d’ouverture, mais ça fait plaisir de revoir le groupe sur les rails, qui se donne à fond et annonce le meilleur pour la suite.

Confortablement installés sous la Valley, Caspian a fait le job, exprimant son Post-Rock cosmique et viscéral, particulièrement ici, dans le cadre du Hellfest, où le rendu sonore nous vrillait les tripes de manière exponentielle. Les américains ont déployé tout leur savoir-faire tout en donnant une véritable bouffée d’air frais aux festivaliers, notamment après la prestation massive de Conan. Sans vraiment de surprises, Caspian a transporté son auditoire loin, très loin, on serait même tenté de dire sur une autre planète. Ovni de cette première journée, Caspian a exposé tous ses talents avec classe. Un bonbon de légèreté dans cet océan de brutalité.

Le Grindcore de Blockheads n’a pas fait un pli. Direct et sans fioritures, le set a été expédié, respectant les codes du genre et ajoutant même une vélocité qui peut rappeler Converge, sans l’apport technique. Le set de Blockheads était néanmoins brut, carré, mais sans doute un peu trop calibré. En gros ça manquait peut-être un peu de failles et de sensibilité.

On commence à connaître Kadavar, les allemands ayant régulièrement tourné sur notre plat pays. Ils parviennent malgré tout à nous surprendre encore, armés d’une sono en béton armé (une habitude pour la Valley) et d’un batteur toujours excellent, souple et gavé de feeling, encore une leçon de Heavy Rock à l’ancienne. Épique.

Sepultura a confirmé son statut d’incontournable en direct, Derrick (chant) donne même une dimension hardcore à la sépulture, qui envoie radicalement la purée sur scène. Une phrase cinglante sera gueulée par le chanteur (assez sobre sur l'ensemble) : "Il y a des tas de gens là-dehors, qui ont dit des tas de conneries (sur nous), all the fucking time, alors laissez-moi vous dire qu'on est là aujourd'hui, and We are Sepultura!". Lorsque Propaganda a retenti, les gens ont carrément pété les plombs. Un circle pit s’est naturellement formé, tout comme un nuage de poussière, et les corps se sont percutés. A tel point que je me suis retrouvé en slam sans l’avoir cherché. La fin du set ne pouvait pas se faire autrement qu'avec le mythique Roots Bloody Roots. Éructation de joie ultime d'une masse humaine au visage maculé de poussière. Les brésilliens ont tout donné malgré la lourdeur du climat, en particulier Andreas Kisser (sûrement l'un des plus grands) et ce batteur, Eloy Casagrande, que je découvrais pour la première fois, et qui n'a pas grand chose à envier à Igor Cavalera. Éreintant dans cette foule gargantuesque, mais toujours sacrément puissant. Sepultura est – et restera – une valeur sûre, bien que les classiques restent privilégiés.

Le NWOBHM de Satan est un plaisir à entendre. Parce que les mecs ont gardé toute l’énergie de leur jeunesse et savent faire du Heavy-Metal assez couillu pour le genre. Satan c'est donc plus de rides sur le visage de ses géniteurs dont le chanteur n'est pas sans rappeler un certain Ozzy (voix et âge) mais sur scène c’est toujours d’actualité et ça surpasse sans problème pas mal de nouveaux groupes dans le genre.

Cru, sans concession, le Black Metal de Gehenna n’est décidément pas à mettre entre toutes les mains. Volontairement lancinant et sans aucune véritable accroche (du moins mélodique, de refrains…) les norvégiens réalisent un set austère qui aura tendance à lasser sur la fin.

Le Hardcore mélo des Stick To Your Guns prend effet immédiatement. Tu ne te poses pas de questions et tu hoches la tête au son des moshparts et des breakdowns plus efficaces qu’un motoculteur pour retourner la terre de Clisson. Ça ne va pourtant pas chercher très loin, mais les morceaux sont percutants, le groupe a la hargne et on apprécie le chanteur, a priori sincère dans des monologues assez touchants sur la grande famille du Hardcore.

Les belges de Nasty avec leur look de racailles vont foncer dans le tas, au sens propre comme au figuré. Le groupe balance un Hardcore bien basique comme il faut et le chanteur va à la rencontre du public. Simple mais efficace.

Le blues rock de Royal Thunder est certes souvent entendu, mais fort bien fait. La chanteuse s’est un peu métamorphosée depuis quelques années mais son coffre reste le même. Un bon moment même si le groupe n’invente rien.

Une année sur deux, on a droit à Hail Of Bullets ou Asphyx au Hellfest, mais dans tous les cas le chanteur Martin Van Drunen semble toujours prendre autant de plaisir à être là, peut importe la formation. Et comme d’habitude, et sans surprise dira-t-on, un set composé pour expédier la bombe H en pleine fosse. Pas de temps morts, de riffs mélodiques, de chant clair ou tout autre artifice, Hail Of Bullets c’est du pur Death Metal qui défragmente tout sur son passage. Encore une victoire des néerlandais!

Formé en 1985 à Boston les coreux de Slapshot arrivent tout sourire sur scène, interpellent direct un membre du public avec une poupée gonflable. Peu de temps après le chanteur saisi un morceau de bois et se frappe le crâne jusqu’à en saigner. Mais pour autant le frontman va prendre la pose tout sourire pour un membre du public avec son appareil. WTF, et épique. 

Le retour d”une des gloires de la période néo (même si le groupe ne faisait pas vraiment du néo) avec Powerman 5000. Le blond peroxydé, accessoirement frère de Rob Zombie (ce qui peut expliquer sa place sur l’affiche) offre un set honnête au final vu la qualité du matériau de base. Il faudrait juste arrêter de vouloir paraitre quinze ans de moins et assumer son côté Rock pour ricain. Même leur tube When Worlds Collide ne sauvera pas le set.

Il faudra attendre 15h et une Mainstage écrasée par une chaleur abominable pour retrouver les irlandais de Therapy et leurs tubes avec lesquels nous avons tous grandis, qui, même s’ils avaient de l’énergie à revendre et étaient visiblement très contents d’être parmi nous, n’ont pas franchement réussis à convaincre, faute à un son un peu vieillot et des titres un peu trop mous.

Rob Zombie, en habitué du festival, réussira à mettre un peu d’ambiance sur la Mainstage, même si en plein jour, sans jeux de lumières et avec une mise en scène un peu molle, l’effet Dragula retombe bien vite. Une setlist axée principalement sur les trois premiers albums (SuperbeastLiving Dead GirlHouses Of 1000 Corpses) sans oublier le classique de White ZombieMore Human The Human, et quelques reprises (Am I Evil de Diamond Head et un bout de Enter Sandman) mais qui ne réussira pas à convaincre totalement.

C’était sans compter sur Kylesa, trop irrégulier dans ses prestations scéniques, que nous entamons la dernière ligne droite de cette première journée côté Valley. Et bien honte sur nous d’avoir douté du groupe de Savannah, qui réalise là une prestation incroyable, ultra péchue, avec des vieux morceaux bien exécutés, un son énorme, et le sourire aux lèvres ! Grosse ambiance sous le chapiteau, les morceaux s’enchaînent sans aucun temps mort et que ce soit les deux batteurs qui s’en donnent à cœur joie ou les cordes qui sortent le grand jeu de la sauvagerie, c’est le carton plein. Encore un temps fort de la journée.

Un bref détour chez nos vikings peinturlurés de Turisas nous confirme encore une fois la bonne humeur et le grand n’importe quoi qui règne sous la Temple. Les slams pleuvent, les finlandais sont hyper motivés et l’ambiance est au beau fixe. Les morceaux épiques ont de quoi recharger les batteries en fin d’après-midi pour attaquer la soirée à venir.

Iron Maiden :
À défaut d’avoir pu camper devant la Mainstage depuis le début d’après-midi pour s’assurer une bonne place, nous voici acculés au fond du fond de la petite colline surplombant les deux scènes principales. Dans ces conditions les écrans géants furent d’un grand secours pour pouvoir suivre ce qu’il se passait sur scène, les changements de tableau en fond de scène, les apparitions des marionnettes géantes d’Eddie, les explosions. Côté musique, le groupe avait préparé une setlist oldschool pour cette tournée Maiden England 2014 et difficile de faire la fine bouche sur le choix des titres. Nous aurons ainsi droit à tous les grands classiques que sont The Number Of The Beast, Run To The Hills, The Trooper, Iron Maiden, Phantom Of The Opera, Aces High en ouverture du rappel… Grosse ambiance, une mainstage qui a battu son record d’affluence (si quelqu’un a une photo aérienne !), et en bonus Bruce Dickinson qui annonçait le score du match France - Suisse.

Watain :

Cruel dilemme en cette fin de journée : voir Iron Maiden dans son intégralité, sachant que les deux tiers de leur set seraient de jour, ou quitter la vierge de fer pendant The Trooper pour voir l’un des meilleurs représentant de la scène Black Metal suédoise ? Mon choix se portera sur la seconde option, sûr de la claque visuelle que le cadre du festival apportera au concert de Watain. Après seulement une chanson, les titres de Seventh Son Of A Seventh Son sont sortis de ma tête pour laisser place au mal presque palpable qui émane de la Temple. Différents rituels accompagnent les morceaux extraits de leurs trois plus récents albums comme l’incantation qui précède le jet de sang au début de Outlaw. Seuls quelques problèmes techniques viendront perturber leur prestation qui s’achèvera sur Holocaust Dawn et alors que Death To All foule déjà la Altar, Erik (alias “E”) termine son ultime rituel devant l’autel et salue longuement les derniers fans restés sur place.

Comme à son habitude, Electric Wizard réuni les amateurs de riffs assourdissants et de sonorités malsaines sous le signe du psychédélisme façon boucher sous LSD. Le son est énooooorme, le groupe est content d’être là, la foule en transe, les jeux de lumières magnifiques… Bref tout est réuni pour passer un très bon moment, le jeu et le son des anglais sont impressionnants, l’atmosphère toujours aussi particulière, et on pourrait difficilement trouver des défauts à la prestation du groupe. Magique.

Les grecs de Septic Flesh n’auront besoin que de quelques secondes pour imposer leur impressionnante présence scénique au public de l’Altar. Les bandes symphoniques tonitruantes, une batterie martelée sur lesquelles s’ajoutaient les guitares et la voix écorchée de Seth, revêtu d’une sorte d’armure rappelant le corps d’un Alien de H.R. Giger. Au programme dans le désordre, A Great Mass Of Death, Communion, Pyramid God, Persepolis et des nouveaux titres issus de Titan, en première exclusivité pour le Hellfest.

Échangés en dernière minute avec Electric Wizard, Godflesh a donc achevé les festivaliers dans les normes en vigueur le premier jour en Valley. Rares en France (et en tournée globalement), armés d'un nouvel EP dément (Decline and Fall), Justin Broadrick, ses potes et sa batterie programmée ont tout donné, malgré des balances interminables. Le résultat était massif, intransigeant, punitif, tout ce qu’on attend d’un concert de Godflesh. Assommant et jouissif.

Arrivés un peu sur le tard, on découvre une Warzone pleine à craquer pour la venue des norvégiens de Kvelertak. C’est réellement impressionnant de voir à quel point le groupe a acquis des fans de plus en plus nombreux au fur et à mesure des années. Et on comprend pourquoi, les mecs sont remontés, le set est ultra Rock’n Roll. L’énergie est là, très communicative et l’on peut difficilement résister à leur mélange original de Black Metal, Hardcore / Punk et touches Heavy / Rock. Pourvu que ça continue pendant encore longtemps!

Top 3 :
Bacteries : Electric Wizard, Kylesa, Royal Thunder
Grumlee : Iron Maiden, Kylesa, Caspian
Lelag : Conan, Kylesa, Kadavar
Manuwino : Slayer, Rob Zombie, Slapshot
Nonohate : Caspian, Electric Wizard, Septic Flesh
Pentacle : Death To All, Kvelertak, Caspian
Tang : Caspian, Sepultura, Godflesh

Lundi 16 juin 2014

A quelques jours du Hellfest, l'on revient sur la programmation du festival, histoire de vous faire (re)découvrir quelques groupes au dernier moment et mettre le désordre dans vos running order soigneusement organisés. Si les têtes d'affiche commencent très très fort pour ce premier jour et semblent immanquables pour beaucoup (Iron Maiden, Rob Zombie, Slayer, Trivium...) on s'attardera d'avantage, sans être exhaustifs, sur les groupes moins connus, mais tout aussi bons.

Pour les fans de Heavy Metal, Satan est devenu un groupe culte de la NWOBHM grâce à son premier album Court In The Act. Après 20ans d’absence ou de carrière en dent de scie, les anglais seront sur la Mainstage 1 pour dévoiler leur nouvel album, Life Sentence et un show qu'on espère épique et burné. Les vétérans du Heavy / Power à la française, Nightmare viendront présenter leur nouvel album, The Aftermath, mené par l'excellent vocaliste Jo Amore. Sur la Mainstage 2, on appréciera la version rapide et agressive du Heavy et les amateurs de Thrash-Metal devraient être aux anges. On vous conseille tout particulièrement le Speed / Thrash de Fueled By Fire dans la lignée d'Exodus qui a déjà fait ses preuves en live, le Thrash blackisé ultra efficace de Toxic Holocaust, mais aussi les très prometteurs espagnols d'Angelus Apatrida qui font de plus en plus parler d'eux dernièrement. Les amateurs de violence devraient trouver leur compte sous la Altar avec les incontournables mercenaires d'Hail Of Bullets (déjà vu chez Asphyx ou Gorefest) qui promettent encore une fois un concert guerrier et destructeur. La reformation du groupe culte Nocturnus (sous le nom de Nocturnus AD) sera là pour démontrer la puissance de leur Death Metal complexe et futuriste. Pour la version Punk et ultra-violente du genre, il faudra compter sur les sales gosses de Weekend Nachos. La Temple résonnera au son d'un Black Metal haineux et satanique mené bien sûr par les sulfureux Watain, mais aussi par le Punk / Black sans fioritures d'Impalene Nazarene ou le Thrash / Black evil des singapouriens d'Impiety. Comme d'habitude, les amplis seront à 11 sous la Valley avec un set qu'on espère écrasant de la part de Conan, mais l'on pourra toujours respirer un peu plus sur les voyages désertiques de Mars Red Sky, ou les envolées de Caspian, à moins que ceux-ci nous offrent un mur du son. Bagarreurs en herbe, les breakdowns de Brutality Will Prevail feront trembler la Warzone, et l'on pourra mosher sur le groove musclé de Pro-Pain avec en conclusion l'énergie rock'n roll des norvégiens de Kvelertak.

Et vous, quels groupes vous semblent immanquables pour ce vendredi d'ouverture?

Vendredi 13 juin 2014

Toujours sur Revolvermag.com, "This is my Rifle", la dernière création de John 5 (ex-Marilyn Manson, Rob Zombie).

Samedi 31 mai 2014

Comme l'an dernier cette page satirique a publié un running order du Hellfest entiérement en Français, avec entre autre La Vierge de Fer, Rober Mort Vivant, Aimant à MonstreGouine Zeppelin, On a joui comme des romains, Rayon Crépusculaire, ... (si vous voulez voir l'original c'est ).

Vendredi 30 mai 2014

Rob Zombie enregistre des lignes de chant (cf. Instagram) en vue d'un futur disque.

Lundi 26 mai 2014

Rob Zombie sera à Paris (Bataclan) le 12 juin, en plus de sa présence au Hellfest quelques jours plus tard.

Dimanche 18 mai 2014

Rob Zombie espère avoir terminé son prochain opus pour juillet.