Découverte
Pochette Jarod

logo Okploide

Biographie

Okploide

Stéphane Hernandez - Chant
Sébastien Hernandez - Guitare + choeurs
Geoffrey Lambersend - Guitare + choeurs
Arnaud Grassitelli - Batterie
Yoann Grassitelli - Trompette
Julien Martin - Basse + choeurs
Ramuntxo Urdangarin - Sax
Franck Loppepe - Trombone + chant


Originaires de Pau, dans le Sud Ouest de la France et avides des sacro-saintes ferias, les Okploïde se sont formés en 1996 et produisent leur premier album (9 titres) Fiesta en la Luna en 1999 dans la tradition du "DIY". L'album est suivi deux ans plus tard par un Maxi 5 titres avant que la formation parte enregistrer à Pampelune (oui.. là même où se déroule chaque été la plus grande feria du monde) en 2004 un second opus, Miseria Espectacular avec une section cuivre complète (trombone - sax - trompette). Les Basques en profiteront pour aller délivrer leur punk rock chanté en Espagnol en Californie, Mexique (3 tournées, une 50aine de dates).

Chronique

Miseria Espectacular ( 2004 )

 A première écoute, Miseria Espectacular peut surprendre. En effet, la musique délivrée par Okploide est un vrai fourre tout. Au sens positif du terme. Du punk rock tantôt rageur tantôt mélodique, un chant en espagnol, une section cuivre complète, quelques sonorités métalisantes et une grosse envie de refaire le monde... en faisant la fête ! La formule est efficace, d'autant plus que le groupe maîtrise parfaitement son sujet et que la production est de très bonne qualité. Les influences qui se dégagent de cet opus vont de Bad Religion à la Mano Negra en passant par Ska-P et NOFX. Une sorte de mix musical entre la scène punk mélo californienne et celle, plus festive, de l'Espagne et du Pays Basque. On interprète d'ailleurs les couleurs du joli digipack, noires et rouges, comme un clin d'œil à la région dont ils sont originaires, et, où, l'été venu, les tuniques rouges et blanches sont de sortie.

On peut faire le rapprochement entre Okploide et certains groupes mais la musique du combo palois préserve une véritable identité. Résolument punk rock. Une musique énervée et des textes engagés. En tout cas le combo est créatif (il faut dire que peu de groupes à ma connaissance jouent du punk mélo chanté en espagnol et utilisant des cuivres) et cherche toujours la bonne mélodie. Les cuivres, toujours en harmonie et sur un rythme effréné, apportent la dernière touche hispanisante de l'opus, sans pour autant tomber dans un registre ska hormis peut-être sur "Guerra" et sur la très courte "SMB". Les guitares sont précises et accrocheuses, et pour une fois, le dossier de presse ne nous a pas menti ! Une chose est certaine, la musique des Béarnais ne manque pas d'énergie. Le côté cuivré/espagnol la rend même plus "conviviale". Et si les 16 chansons qui composent cet opus ont tendance à se ressembler, on retiendra surtout les "Pitufos", "Perdida", "Vacaciones" ou autres "Historia".

L'exception qui confirme la règle est la chanson "Facil Girl" (sur les groupies qui prêtent leur corps après les concerts) qui comme son nom l'indique est chantée en espagnol ET en anglais. Au moins Okploide auront tenté la langue de Shakespeare à défaut de celle de Molière. Sur "Guerra" ils terminent en basque, mais là, on ne comprend plus rien. Le chant latin est un point fort pour le groupe, qui possède aussi une bonne plume et un sens mesuré de la rébellion. Le titre de l'opus, Miseria Espectacular, est révélateur de cet engagement. Et les chansons "Guerra", "Sin Frontera", "Mc Do" sont des hymnes contre la politique actuelle des Etats-Unis. On voit que les Okploide se sentent d'une certaine façon concernés par ce qu'il se passe de l'autre côté de l'Atlantique. Et ils n’hésitent pas à s'y rendre (ainsi qu'au Mexique) où ils auront, entre autres, croisé Reel Big Fish sur les scènes Californiennes. Dans un registre moins revendicateur, les chansons de fin d’album, "Barcelona" ou "Vacaciones" sont révélatrices de ce que peut représenter la fête pour un franco-espagnol.

Un bon album, donc, dans un registre assez différent de ce qu'on peut entendre ces derniers temps. Le groupe sera bientôt sur les planches Françaises aux côtés des mythiques Dog Eat Dog, une juste récompense pour un groupe qui devrait vraiment faire parler de lui ces prochaines années. Et pas forcément sur les terres Franco Espagnoles mais plutôt en alifonie / Mexique où la presse indé locale parle déjà "del phénoméno Okploïde" ! Les Palois ne demandent qu’à éclater en Europe (où ils ont déjà été élu groupe du mois sur Europunk).

T

A écouter : "Pitufos", "Perdida"
Okploide

Style : Punk Rock
Tags :
Origine : France
Site Officiel : okploide.com
Amateurs : 10 amateurs Facebook :