Albums du moment
Pochette Upon My Cremation Pyre
Pochette Split avec Link
Pochette Berdreyminn Pochette Bloodlust
Chroniques
Pochette Boy
Pochette A Long, Eternal Fall
Pochette Armageddon
Pochette Forever War
Pochette Heroes Of Mighty Magic
Pochette Stup Virus Pochette Outlier

logo Obituary

Biographie

Obituary

Obituary est l'un des fondateurs de la scène death metal mondiale aux côtés de Death, Morbid Angel et Deicide. Obituary nous vient de Floride, terres du death metal. Formé en 1984 sous le nom d'Executioner puis Xecutioner avant de prendre le nom d'Obituary en 1988, le groupe commence d'abord à jouer une musique fortement influencée par des groupes comme Venom et Celtic Frost avant de tourner au death metal en écoutant des groupes comme Possessed. Contrairement à ses pairs de Death ou Morbid Angel, Obituary joue un death lourd, très influencé par le thrash, et au chant écorché, bien loin d'un Chris Barnes (Cannibal Corpse) ou d'un Glen Benton (Deicide). Cette voix deviendra la marque de fabrique du groupe. En 1989 sort l'album mythique d'Obituary, Slowly We Rot, qui posera les bases du style Obituary : solos énormes, voix écorchée qui semble hurler du yahourt, batterie thrashisante et lourdeur obligatoire. Le groupe a du succès grâce à son mélange de death metal primitif  et lourd à la Possessed Master / Celtic Frost et de sonorités gores, jusque là peu fréquentes dans le death metal.  Plus tard, en 1990, le groupe livrera sa meilleure livraison, Cause Of Death, qui allie tous les éléments de Slowly We Rot, mais en les mariant bien mieux (la présence de James Murphy n'y est certainement pas étrangère).

Obituary
enchaine ensuite les albums sans vraiment évoluer. Leur album The End Complete sorti en 1992 devient une des plus grosses ventes de Roadrunner Records (à l'époque où ils avaient le top du death et du thrash), et l'album de death métal le plus vendu de tous les temps. Le groupe se sépare en 1997, les membres préférant se consacrer à leurs familles et leurs travaux respectifs. Seul Donald Tardy (batteur) jouera encore, tenant son poste dans Andrew WK. En 2004, en floride, lors d'un concert d'Andrew WK, d'autres membres d'Obituary étaient présents, et Andrew, fan du groupe, leur proposa de monter sur scène pour jouer de vieux morceaux. Après cette expérience, le groupe réalisa à quel point ils aimaient jouer du death metal, et se reformèrent pour le plus grand bonheur des fans. Ainsi sort l'album Frozen In Time en 2005. Obituary sort Xecutioner's Return en 2007 avec Ralph Santolla en tant que guitariste soliste et remplaçant d’Allen West. Le 30 juin 2009 sort Darkest Day, le huitième album du groupe. Depuis 2010, Frank Watkins a quitté le groupe, c'est Terry Butler (ex-Six Feet Under) qui le remplace. En 2012 c’est Kenny Andrews qui rejoint la formation en tant que second guitariste. En 2013 petite surprise, Obituary lance une campagne de crowdfunding pour financer son prochain opus, après quelques retards l’album sort fin 2014, il se nomme Inked in Blood et est distribué par Relapse Records, dans la foulée les américains se lance dans une tournée mondiale. En 2015 ils partagent l’affiche du Deathcrusher Tour avec Carcass, Napalm Death et Voivoid.

13 / 20
4 commentaires (16.75/20).
logo amazon

Xecutioner's Return ( 2007 )

Après un Frozen In Time qui avait pour tâche de rassurer les fans en marquant le retour d’un Obituary jouant certes la sécurité mais assurant des compos à la qualité toujours constante à son public, le groupe nous revient avec en ses rangs le soliste rescapé des rangs des floridiens de Deicide, en remplacement d’un Allen West vacataire, la chose étant dû à une récente incarcération.
Suite aux nombreux commentaires extatiques des frères Tardy dans la presse à propos de l’apport du suscité Ralph Santolla dans la musique du combo, il ne serait pas exagéré de déclarer que l’album était attendu au tournant, car synonyme d’un éventuel tournant artistique, voir d’une certaine prise de risque de la part du quintet.
D’emblée, on se rapproche du old school avec une production pour le moins précaire pour un groupe de cette stature, conforme à une certaine identité certes, mais néanmoins quelque peu décevante aux vues des ambitions que le groupe avait placé sur la dite galette.
Pour ce qui est des morceaux en revanche, la qualité est bel et bien présente. Davantage inspiré que Frozen In Time, ce nouvel album, sans révolutionner le genre, propose d’excellents morceaux (« Face your god » et autres « Evil Ways » se révèlent diablement entêtants), qui se voient enrichis par l’élément nouveau qui partage actuellement le plus les fans : les solos de Ralph Santolla. Certes, cet apport se révèle très (pour ne pas dire parfois trop) présent sur ces nouveaux morceaux, mais bien que pouvant paraître inadaptés au style très minimaliste et lourd du groupe, ces solos se révèlent parfois porteurs d’ambiances (« Contrast The Dead ») ou d’énergie (« Evil Ways).
Encore une fois cet album partagera les fans, certes ce nouvel album ne possède pas l’impact d’un Cause Of Death ou d’un Slowly We Rot, mais force est de constater que le groupe demeure capable de faire ce qu’il sait faire de mieux : du pur Obituary.

A écouter : Face your god, Evil Ways, Lies, Contrast The Dead, Executionners Return
13 / 20
7 commentaires (16.86/20).
logo amazon

Frozen In Time ( 2005 )

Aaaaaaah le voilà ce nouveau Obituary, l'album de la reformation, que du bonheur ! Tous les fans de death old school l'attendaient au tournant celui là, comment Obituary allait rattraper le coup après 7 ans d'absence, réussiraient-ils à garder leur son d'antan ? John Tardy arrivera-t-il à chanter comme avant ?
Réponse : OUI ! Le groupe a réellement bien choisi le titre de son album de retour. La musique du groupe semble avoir été figée dans le temps, la voix de John n'a pas changé d'un pouce, les solos d'Allen West sonnent toujours aussi chaotiques, Donald semble n'avoir jamais joué avec Andrew WK... Et puis la production, aaaaaaaaah Scott Burns, ce nom est mythique, et on reconnait bien là son son, même si il sonne bien plus actuel. Un mot d'ailleurs sur la production : elle est tout simplement monstrueuse, donne une pêche énorme aux compos, en oubliant aucun instrument. Et en fait, c'est le seul point fort de cet album. Car le groupe reste bien trop figé dans le temps justement... On ne dénote vraiment aucune évolution dans cet album, c'est du Obituary, point. Certes, les compos sont accrocheuses, certes, ça fait du bien d'écouter du Obituary neuf, mais on a l'impression d'écouter Back From The Dead remasterisé. Beaucoup diront que cet album est excellent comparé à beaucoup de groupes actuels se prétendant old school, je suis du même avis, mais on attendait quand même plus d'un groupe de la trempe d'Obituary qu'un simple album tout droit sorti des 90's... Tiens, c'est un peu la même chose qu'avec Suffocation.
Album à réserver aux fans d'Obituary et aux nostalgiques du death metal d'avant 1995...


MP3 : Insane

A écouter : On The Floor, Stand Alone, Lockjaw