Découverte
Pochette Démo

logo Nirvana

Biographie

Nirvana

Nirvana est un groupe américain, figure emblématique du mouvement Grunge, formé en 1987 à Aberdeen, dans l'État de Washington, par Kurt Cobain et Krist Novoselic. Après une succession de batteurs et un premier album, Bleach, produit par le label indépendant Sub Pop, la formation se stabilise avec l'arrivée de Dave Grohl (futur Foo Fighters) en octobre 1990. Ils font partie, aux côtés d'Alice in Chains, Pearl Jam et Soundgarden des quatre groupes mythiques du mouvement Grunge : le Big Four of Seattle. Le trio signe avec le label DGC Records et sort son deuxième album, Nevermind, en septembre 1991, accompagné du single Smells Like Teen Spirit. Le clip de celui-ci est diffusé à longueur de journées sur la chaîne musicale MTV, tandis que le disque se vend à plus de 3 millions d'exemplaires en moins de six mois. Le groupe et Cobain tout particulièrement sont sans cesse suivis par la presse, la relation de ce dernier avec Courtney Love faisant régulièrement la une pour ses frasques. Sous pression, la formation est au bord de la rupture à l'été 1992 mais accepte de participer au festival de Reading, qui verra l'une des prestations scéniques les plus abouties de leur carrière. Nirvana s'isole au début de l'année 1993 au studio Pachyderm avec Steve Albini et y enregistre son troisième album, dans l'objectif de retrouver un son plus sombre et « moins commercial » que celui de Nevermind. Après un remixage de la première version, In Utero sort en septembre joint du single Heart-Shaped Box et s'empare directement de la tête des différents classements de ventes, bien qu'il ne bénéficie d'aucune promotion. À la mi-novembre, le groupe, désormais accompagné sur scène par Pat Smear à la guitare, s'illustre lors de l'émission MTV Unplugged, lors de laquelle il réalise plusieurs reprises dont les déchirants Where Did You Sleep Last Night de Leadbelly et The Man Who Sold the World de David Bowie. Après une dernière jam session au début de l'année 1994, la tournée européenne qui suit s'achèvera prématurément après l'hospitalisation de Cobain, due à l’addiction aux drogues dures du chanteur. Il va à Los Angeles pour suivre une cure de désintoxication mais s'en enfuit peu après pour rentrer à Seattle et décède chez lui début avril 1994.

Les compositions de Nirvana proposent des ballades inspirées ou des morceaux aux riffs plus agressifs. Les thèmes abordés par Kurt Cobain sont variés et souvent personnels : la dépendance aux drogues, le machisme, l'amour ou sa propre enfance. La carrière de Nirvana, bien que courte, marque l'histoire du Rock de son empreinte, rendant populaire le Rock Alternatif et ouvrant la voie à d'autres groupes tels que Foo Fighters, The Offspring, Green Day

Chronique

15 / 20
32 commentaires (17.98/20).
logo amazon

Bleach ( 1989 )

Le premier album est bien souvent imparfait. Ses qualités sont aussi nombreuses que ses défauts. Cependant, il s’en dégage quelque chose de particulier, une sorte d’essence brute qu’on ne retrouve que très rarement par la suite. Bleach, est de ceux-là. Maladroit et fougueux, Nirvana propose au travers de 11 titres, une musique dont le style est complexe à déterminer. Il se situe quelque part entre le Punk, la Pop, le Rock, voire le Metal. Paraît-il qu’on appelle ça : du Grunge.  

Malhabile, mais plein d’énergie, le trio (le quatrième musicien crédité l’a été en remerciement des fonds avancés pour payer le studio) a la particularité de proposer une musique qui transpire le vrai, colérique et sincère à la fois. Essentiellement structuré par un son de guitare sursaturée et d’une basse ronflante, presque boueuse par moment, Bleach tient son nom d’une pub. Une publicité qui conseille aux toxicomanes de nettoyer leurs seringues à l’eau de javel avant de les prêter, pour ne pas contracter ni répandre le V.I.H. 
Ce premier opus ne suit pas de code particulier, il sonne comme un album dont le but principal est de permettre aux protagonistes de s’exprimer. On passe d’un son abrasif et primal sur Floyd The Barber à un titre mélodique à l’ambiance Pop sur About a Girl, pour revenir sur des plans plus Rock avec le morceau suivant, School, dont le solo minimaliste renforce l’aspect brut de la musique de Nirvana. A mi-chemin, on constate plus que jamais que Bleach n’a pas de ligne directrice, mais que ce fouillis sonore possède une sorte de marque, d’empreinte, que toutes les influences finissent par former une identité propre aux gars de Seattle. Negative Creep montre encore une autre facette de Nirvana, le riff puissant et frénétique teinté Metal, est surplombé par les vocaux hystériques d’un chanteur à la voix mal assurée, qui paraissent avoir été enregistrés en une seule prise, histoire que ce ne soit pas trop propre. Mais là encore, le côté sincère sublime le tout. Swap Meet suivra peu ou proue le même chemin, sur des textes complétement incohérents qui nous raconte la vie d’un couple qui vend des objets artisanaux sur des marchés aux puces. La légèreté des textes de Swap Meet est en totale opposition avec ceux du reste de l’album. Kurt Cobain, qui a signé seul la majorité des compositions, n’hésite pas à prendre position sur l’éducation (School), sur le machisme du milieu Rock (Mr Moustache) et même à nous parler de sa propre enfance (Scoof) qu’il juge brisée par le divorce de ses parents. Parler de soi lorsque l’on écrit des textes n’a rien de surprenant. Mais cela peut être dangereux, il faut faire face à ses démons, revivre des instants douloureux et sur le long terme, cela peut engendrer pas mal de problèmes. Néanmoins, quand ça doit sortir, il le faut et la manœuvre peut s’avérer libératoire, pour certains cas ou seulement pour un temps.   

Malgré toutes ses imperfections, et la simplicité de son contenu, Bleach a le mérite d’être spontané. Il n’y a rien de pire qu’un disque préconçu, formaté, qui passe un message subliminal : « Achetez-moi ». Bleach, c’est totalement l’inverse « ça ne te plait pas ? Pas grave, nous on s’est fait plaisir ». Aucunement sur-jouée, la sincérité du trio de Seattle nous laisse croire qu’avec un peu plus de maturité, leur colère se canalisera d’elle-même. 

A écouter : Tout et très fort