Titre : The Fragile Année : 1999
Nombre de titres : 23

Tracklist
1 - Somewhat damaged
2 - The day the world went away
3 - The frail
4 - The wretched
5 - We're in this together
6 - The fragile
7 - Just like you imagined
8 - Even deeper
9 - Pilgrimage
10 - No, you don't
11 - La mer
12 - The great below
13 - The way out is through
14 - Into the void
15 - Where is everybody?
16 - The mark has been made
17 - Please
18 - Starfuckers, inc.
19 - Complication
20 - I'm looking forward to joining you, finally
21 - The big come down
22 - Underneath it all
23 - Ripe (with decay)
Acheter : logo amazon
Collection : 48 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 18.24/20 (43 avis dont 41 avec commentaire)


Ecouter l'album :

Laisser votre avis

Commentaires

Calogrenant 20 / 20 Le 31/03/2016 à 13H44

C'est pour moi l'aboutissement de la carrière de Trent Reznor. Tout ce qui fait la force de Nine Inch Nails se retrouve sur ces 2 disques. On a de l'indus bien pêchu, des plages atmosphériques, des instrumentaux sombres, des passages intimistes, etc.

Si je devais amener 5 albums sur une liste déserte, ce serait mon choix numéro 1. Pour les 4 autres, impossible de trancher.

James Sunderland 20 / 20 Le 23/12/2015 à 14H30

Que dire... Un chef d'œuvre qui se redécouvre en permanence. Le catalogue d'émotions est plus varié que sur TDS.

fЯee 20 / 20 Le 24/08/2015 à 16H41

Chef-d'oeuvre.

GBG 20 / 20 Le 15/05/2015 à 01H13

Difficile d'argumenter quoi que ce soit après le commentaire passionnant et très juste d'iam_trying_to_belive.
Je vais donc me contenter de répéter que The fragile est un chef-d’œuvre - comme tant d'autres dans la disco de NIN, mais forcément plus exigeant, qui nécessite une attention (renouvelée) particulière.

Merci Trent.

iam_trying_to_belive 20 / 20 Le 07/02/2015 à 11H36

J’espère que certains d’entre vous auront le courage de lire ce commentaire.
Si je pouvais mettre 999/20 comme note je le ferais. D’ailleurs, je le considère tout simplement comme le meilleur album que j’ai écouté dans ma vie, toutes musiques confondues. Pour moi, il n’y a pas mieux, c’est l’album ultime. Ici, je vais me mettre à nu afin de vous faire partager mon expérience à travers The Fragile. Mais avant d’entamer mes explications quant à cet album, cette pièce de collection, il faut un peu se rappeler dans quel état d’esprit était Trent Reznor durant cette période, et se remettre dans le contexte.
D’abord, Trent n'était en tout cas pas dans "sa période apaisée". D'ailleurs, dans une interview de l'époque, il dit clairement qu'à ce moment-là (lors de l'écriture de The Fragile), il a considéré à plusieurs reprise de mettre fin à ses jours. Il était dépressif, alcoolique et cocaïnomane jusqu’au plus profond de son être. Il avait fait d’ailleurs plusieurs allers-retours en désintoxication. Sa grand-mère (la femme qui l'a élevé) est décédée d'ailleurs pendant qu'il était en détox, ce qui ne l'a pas aidé, comme on peut l'imaginer. Cette mauvaise période a d’ailleurs durée quelques temps. Plus tard, après la sortie de The Fragile, en 2000 à Londres pour être précis, Trent, complètement addict et alcoolique, fait une overdose d’héroïne (de white china pour être exact, qu’il a confondu avec de la coke, du moins c’est ce qu’il a expliqué après coup) et échappe de peu à la mort. Une période donc, plutôt chaotique pour Reznor… Mais revenons à l’album…

The Fragile est un album absolument remarquable. A la fois structuré et déstructuré, cet album est rempli d'émotions poignantes, de textures et de milliers de détails qui ont tous leur propre importance, à chaque seconde de chaque titre de l'album. De plus, j’arrive vraiment à m’identifier au protagoniste de cette histoire, et c’est sans doute pour cela que j’aime autant ce disque. C’est un peu la bande son de ma vie…

Contrairement à Downward Spiral, ici peu de violence. Enfin, peu de violence au niveau sonore. Car sur The Fragile, la violence est beaucoup plus psychologique. Reznor à imaginer la suite de Downward Spiral avec The Fragile. Cet album est constitué de 4 parties (2 par cd). C’est, en gros, l’histoire d’un protagoniste (lui-même ?) qui tombe de plus en plus dans la dépression jusqu’à toucher le fond sur la dernière piste du cd1. Puis retrouve son courage au début du cd2, pour finir par retomber dans une tourmente et une dépression au fur et à mesure que l’album avance. Il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir comprendre cet album, et de l’apprécier à sa juste valeur. Si vous arrivez à vous imprégner de cette ambiance dépressive dès les premières secondes, ou si comme moi vous êtes le roi de la déprime, ce sera facile. Toutes les émotions contenues dans ce disque s’empareront de vous et vous entraineront à travers une longue et difficile virée dans l’esprit de Reznor. Voulez-vous le suivre dans sa tourmente ? Car attention, ce petit bout de chemin, n’est pas une promenade de santé !

Il s’agit là d’une invitation à entrer dans l’esprit de Reznor de l’époque, afin de découvrir ces démons, de marcher aux côtés de son ombre aussi sombre que les abysses, de partager son désespoir et de résister à l’envie d’en finir (vous sentirez, en l’écoutant, qu’il arrive des moments où l’on a vraiment envie de se poser la question « à quoi bon s’accrocher à vivre ? ». Un des meilleurs exemples du disque est peut être I’m Looking foward to joining you, finally (littéralement Je me réjouis de te rejoindre, finalement) qui est l’expression directe et crue de la dépression immense dont Trent souffrait. Le titre signifie clairement que Trent se réjouit de rejoindre sa défunte grand-mère dans l’au-delà. On pourrait même penser que cela sous-entend, « Je baisse les bras, je mets fin à mes jours, je te rejoins enfin… »
La chanson Somewhat Damaged ouvre parfaitement ce chef d’œuvre d’album, un titre étrange, rampant crescendo de calme à ultra bruyant, avec un Reznor s’égosillant « Too fucked up to care anymore… » Je ne trouve pas de mot plus juste que jouissif ! Personnellement, écouter cette chanson me procure une sensation de bien-être absolument ahurissante, voir absurde, tel le meilleur orgasme de ma vie, dans la chaleur de l’antre de ma muse, ou cette sensation de toute puissance que j’ai ressenti immédiatement après avoir reniflé ma première schtrasse. Définitivement, ce titre est splendide.
Autre titre qui m’a bouleversé (et qui me bouleverse à chaque fois que je l’écoute) The Great Below. On peut sans difficulté s’imaginer, grâce aux textes poignants, un Reznor (ou vous-même) assis au bord d’une falaise, contemplant La Mer (autre titre remarquable) à travers d’yeux remplis de désespoir, l’esprit s’envolant doucement vers l’horizon. Cette chanson est vraiment, sincèrement une des chansons qui m’a le plus touchée dans ma vie. Que d’émotions ! J’en tremble de tout mon être, et c’est sincère.

Le disque regorge de sons, de textures, de passages instrumentaux originaux et touchants comme sur Pilgrimage, la formidable La Mer ou encore Just Like You Imagined, tous d’une originalité inégalable. La voix de Reznor est juste un régal. Elle dégage un sentiment de dépression intensive tout au long du disque. Elle me fait passer de sensations en sensations, je suis sans arrêt déchiré par les émotions qui remontent en moi. Parfois je veux me couper (The Big Come Down, The Wretched, un autre titre magistral), parfois je veux pleurer (We’re in this together, The Fragile, La Mer) et parfois, je veux juste mourir (The Great Below, I’m Looking Foward to Joining You Finally, Ripe With Decay).
Tout comme sur la grandiose The Big Come Down, une autre de ces compositions dont seul Trent à le secret. Les paroles, à nouveau splendides, racontent les difficultés de l’homme qui s’effondre, puis tente de se sortir lui-même de l’oubli, essaie d’avancer mais sans savoir où aller, puis s’effondre à nouveau. L’homme étant trop faible en son for intérieur et s’auto détruit, incapable de se sentir bien dans sa peau. Comme l’expliquent clairement les paroles, There is a little game I play, try to make myself okay, try so hard to make the pieces all fit, smash it apart, just for the fuck of it. Got to get back to the bottom. The big come down isn’t that what you wanted? Find a place with the failed and forgotten, isn’t that what you wanted now? There is no place I can go, there is no way I can hide. It feels like it keeps, coming from the inside. Il y a un jeu auquel je joue, j’essaie de me sentir à l’aise, j’essaie au mieux d’assembler toutes les pièces, puis je détruits tout, rien que par dépit. Je dois tout recommencer depuis le fond, la grande déchéance, n’est-ce pas ce que tu désirais ? J’ai trouvé une place près des ratés et des oubliés. N’est-ce pas ce que tu voulais ? Il n’y a aucun endroit où je peux aller, je n’ai aucun moyen de me cacher. J’ai l’impression que cela continu d’arriver de l’intérieur… Une chanson absolument magnifique et troublante, qui me touche personnellement car moi-même, je suis régulièrement proie à ce genre de sentiments. La chanson bascule directement sur Underneath it All, tout à fait extraordinaire qui me file des frissons (All i do, I can still feel you), puis vient se terminer à bout de souffle sur une piste minimaliste, Ripe (with decay).

Dès que les dernières notes de la dernière piste s’envolent dans les airs, vous vous sentirez vous éloigner du monde, puis disparaitre pendant quelques minutes, avant de réapparaitre marqué à vie par cette expérience unique, puissante et troublante. Un ressentiment de tristesse et désespoir vous colle à la peau pendant un certain temps, après l’écoute de The Fragile. Vous venez de survivre à la descente en enfer de Reznor, et vous vous en êtes sortis, mais dans quel état ?

Je pourrais continuer de parler de cet album encore et encore, pendant des heures et décrire des choses plus techniques, comme par exemple, relevé le fait qu’un nombre incalculable d’instruments ont été utilisé pour l’enregistrement de ce disque. Ils sont même allés jusqu’à jouer de la batterie dans une salle de bain rien que pour pouvoir enregistrer des sonorités uniques. Ou encore expliquer qu’une multitude d’artistes ont participé à l’enregistrement de cet album tel que Dr. Dre, ami de Reznor venu l’assister sur le mixage de Even Deeper (impossible de ne pas ressentir la touche du rapper/ producteur sur ce titre, le beat correspondant parfaitement à son style de musique). On peut relever d’autres noms tels qu’Adrian Belew, Dave Ogilvie, l’actrice haïtienne Denise Milfort qui pose sa voix sur La Mer, Bill Rieflin, Clint Mansell, Bob Ezrin et j’en passe. C’est aussi pour tout ça que cet album est absolument unique. Mais Il y a tellement de détails, tellement de subtilités qu’il serait dangereux et inutile de se pencher sur absolument tout.

J’ai mis probablement 4, peut être même 5 heures de travail pour écrire ce texte, mais je crois que je vais m’arrêter là. Pourtant, je ne suis pas entièrement satisfait de mon commentaire (c’est bien moi ça, éternel insatisfait).
Cet album m’apporte tant de sensations, tellement il compte pour moi. The Fragile me correspond, je peux m'identifié à travers ce disque, tellement qu’il fait partie de ma personnalité.
All I do, I can still feel you…

MegaMotörFlames 11 / 20 Le 10/10/2013 à 19H43

Pour moi, c'est peine si c'est du métal... On dirai une sorte de pop de dépressif ("wouai mais trent est dans sa periode apaisée.. Tu peux pas comprendre" Ba non je comprend vraiment pas. Pourtant,With teeth était pas mal, je trouvais vraiment pas mal Every day is exactly the same et d'autres. Si c'est ça le must du metal, je me fais moine et je m'engage contre le Hellfest......... Bon peut-être pas à ce point là. Les chansons sont répétitives, ya que l'album left qui vaut un ou deux clous mais à droite ?!?

StandingMonkey 20 / 20 Le 11/09/2013 à 11H16

C'est bien simple, si je devais partir sur une ile déserte avec un seul CD, ca serait celui ci. Il y a tout ce qu'on peut vouloir. Du calme, du violent, mais surtout des plages abouties avec un nombre infini d'instruments. Ca fait 14 ans que je l'écoute et j'y découvre encore des choses.

Fabb74 20 / 20 Le 21/11/2012 à 22H07

IMMENSE CHEF D'OEUVRE ABSOLU!!!!
avec une mention spéciale à l'instrumentale Just Like You Imagined que je pourrai écouter jusqu'à ma mort...

Versus 9 18 / 20 Le 14/10/2012 à 19H15

La partie Left est au dessus de la partie Right mais le tout est excelent, bien foutue et à l'ambiance encore incroyable.

joffrey 20 / 20 Le 05/02/2011 à 23H45

Rien a dire ou a redire,c'est 20/20 c'est puis c'est tout.point.

Staphylin 20 / 20 Le 29/03/2010 à 12H55

La meilleure pièce de musique à avoir jamais été composée par l'homme.

The Downward Spiral était l'ALBUM de nin pour certains, moi c'est The Fragile qui m'a transformé. Pour moi c'est l'aboutissement de Reznor. Il ne fera plus jamais rien de pareil. C'est une introspection absolue de l'homme. De l'art dans sa forme la plus pur.
Violent (Somewhat Damaged), Déprimé (The Wretched), Beau (The Day The World Went Away, La Mer), Triste (The Great Below), Incroyable (Just Like You Imagined), Cool (Where Is Everybody?), Romantique (The Fragile), Fort (Complication), Étrange (The Big Come Down), Impressionnant (Ripe (with decay)) ou Puissant (We're In This Together).
A part peut-être "No, you don't" sur le premier cd et "Underneath It All" sur le 2ème, rien à jeter ! C'est un double album magistral et monstrueux, qui dégage une ambiance incroyable (entre introspection, mer, nuit et forêt). Les structures des morceaux sont déroutantes. Chaque son est réfléchi, nouveau, tordu, expérimental, jamais entendu; et le tout est savamment orchestré. Du génie.

Et tout tient dans un unique concept, celui de l'homme, guerrier fragile : la condition de l'homme enfait.
Chef-d'oeuvre.

burning frost 16.5 / 20 Le 11/08/2009 à 17H10

Un grand album dans l'histoire du métal industriel. Dommage que le deuxième CD soit si expérimentale, donc difficile d'accès...

romu_star 15 / 20 Le 25/07/2009 à 19H33

De bons titres (the day the world ...,the wretched, starfucker) qui auraient du tous figurés sur un seul CD. J'aime bien l'atmosphere que dégége l'ensemble mais c'est tout de meme trop long et s'enfiler les 2cd tient presque du suicide.

Mais qd même du bon NIN (contrairement aux 4 derniers disques + positifs).

jejehand 19 / 20 Le 18/12/2008 à 15H26

L'album du groupe pour moi : des compositions énormes, envoutantes et puissantes (just like you imagined). Je conseille cet album à tous ceux qui veulent découvrir NIN, pour ma part c'est le plus facile d'accès.

(-) : un peu long tout de même et le 2nd cd est inférieur au 1er

mister-crazy 16 / 20 Le 25/11/2008 à 20H22

aprés "Downward Spiral" qui constituai le summum de NIN, le groupe nous reviens avec ce double album trés attendu.
Un disque bien fait, où l'on sent un Reznor plus posé, moins agressif dans ses textes. Quand à la musique, elle est toujours aussi fidèle à la tradition NIN: tortueuse, douloureuse, triste et jouissive à la fois...
Peut être musicalement moins aboutie que "Downward Spiral", mais ça reste quand même un bijou de l'indus-métal.

burzum 18.5 / 20 Le 30/10/2008 à 22H05

Un double album à l'intensité rare, tout y est travaillé jusqu'au boutiste, un album certes plus "cool" que le précédant car moins violent mais tout aussi désespéré.
Un double album merveilleux et magique sans temps mort, sans moment faible pourtant je lui ai préféré the downard spiral.

ltf99 20 / 20 Le 12/09/2008 à 12H33

La perfection n'existe pas dans ce monde, mais je mets 20 à The Fragile parcequ'il m'est vraiment sentimentalement lié, c'est ma bible, une introspection de mon être, c'est con-con mais c'est comme ça. Cet album est...beau. La variété est magnifique, c'est peafiné à fond... J'ai dit que la perfection n'existe pas? J'ai eu tort.

Jumbo 19 / 20 Le 03/07/2008 à 18H55

On ne pouvait espérer mieux après The Downward Spiral. Un disque effrayant, violent, floral, calme. Beau.

psico 19 / 20 Le 16/04/2008 à 19H47

Nine inch nails est un de ces groupes qui apportent vraiment à la musique, de part ses sonorités et les paroles venus du fond de l'ame du frontman Trent Reznor, l'homme de la situation, l'homme sans qui le monde de la musique ne serait pas tellement complet, Un véritable dieu de cet art qu'ils maitrisent avec une facilité déconcertante. Sa voix est divine, ses paroles sont profondes et intelligentes, son inspiration est intarissable et sa musique fait passer une émotion rare parmis toute l'histoire de la musique, ce pourquoi Nine inch nails is Trent Reznor, la pierre ambulaire du groupe.
J'ai choisi de faire ma première critique de nin en commençant par The fragile qui est pour moi le plus accessible des nin (avec with teeth) mais ça ne veut pas du tout dire qu'il en est pour cela moins bien.
Tout d'abord, succéder au chef d'oeuvre qu'était The downward spiral, est une épreuve digne desn traveaux d'Hercule, de plus l'attente fut longue (5 ans), tout le monde attendait le nouvel album de NIN. Pendant l'écriture Trent perdut sa grand-mère maternel, ce qui fut un choc pour lui, elle était comme sa 2ème mère, mais ce qui alimenta encore plus l'inspiration de Trent et l'envie de faire un nouveau chef d'oeuvre, dédié à l'être perdu. Le choix de format est quelque peu difficile, le double cd, car il ne faut pas laisser de temps mort parmis toutes les chansons, et ne pas sombrer dans la baisse de régime, rare sont les doubles-cd maitrisés à fond, mais rassurez-vous, ce n'était vraiment qu'une formalité de plus pour Trent.
Le cd (left) commence avec Somewhat damaged, une chanson calme au départ mais qui progressivement hausse le ton sans jamais réellement exploser mais sans se fatiguer non plus, au passage on notera une guitare électrique au son plus propre que dans les albums précédents, mais toujours aussi rentre-dedans et ça fait plaisir. Très bonne entrée en matière donc, puis la seconde chanson débarque, de nouveaux un guitare au son propre mais violent mais avec cette fois unn rythme saccadé, mais c pour mieux nous tromper car la chanson prend vite une tournure calme avec Trent qui nous chuchote des paroles anti-maisons de disques qui les décrit comme un véritable monstre, puis la chanson repart de plus belle sur le même rythme que l'intro. Ensuite, changement de registre, avec une courte chanson instrumentale, The frail, qui se démarque par le fait qu'elle soit entièrement faite au piano. Cette chanson très intime, très émotive, pourrait être assemblé avec la suivante, The wretched, par le faite qu'elle introduit parfaitement cette nouvelle chanson qui cette fois mise sur les effets chaleureux dans les couplets et la guitare incisive sur le refrain accompagnant un Reznor à la limite du crie. Toujours dans la même optique, We're in this together now, est une chanson tout de même un cran au dessus niveau violence, sublimée par la basse au son trafiqué pour qu'on arrive presque plus à la différencier avec la guitare tandis que la batterie se fait puissamment raisonnante, jouissif. Avec The fragile, titre éponyme, NIN nous pond une ballade électro digne de Hurt (sans l'égaler tout de même)remplie d'émotion grâce à cette voix si douce et touchante. Nous arrivon à Just like you imagined, instrumental électro et rock, qui sera employé sur 300, apportant encore plus d'impact à ce film, qui se termine sur des notes de piano rappelant la fin de Closer. Nous sauterons Even deeper, chanson de moins bonne qualité, bonne mais pas excellente, pour arriver à Pilgrimage, autre instrumental cette fois déjanté et rappelant une marche de soldat, coordonnés et avec des choeurs qui retentissent à l'arrière. Suit No, you don't, chanson se plaçant dans l'optique électro rock de l'album comme We're in this together now, et vient La mer, encore instrumental mais cette fois on a le droit à un véritable chef d'oeuvre au piano et à la basse, plein d'émotion et assez édulcorée en opposition au coté sombre des instrumentals de The downward spiral tel A warm place. Enfin le premier cd se termine sur une des meilleures chanson de NIN et de toute l'histoire de la musique, The great below, tant par ses paroles, sa composition musicale, et la prestation hallucinée de Reznor qui nous amènerait à verser quelques larmes tellement celle-ci est magnifique, égalant même Hurt au niveau émotion.
Le second cd commence avec The way out is trough une chanson semi-instrumentale, la voix du frontman ne s'entendant qu'à la fin en même temps que la chanson explose, après une progression ascendante et jouant sur de nombreux effets et quelques notes de piano. La suivante, Into the void, se veut dans la même optique, expirémentale, mais aussi à ce coté funky vraiment pas déplaisant. Ensuite, Where is everybody ?, affirme aussi son coté funky et déjanté tout comme la 5 ème Please même si celle-ci joue plus sur des effets traditionnel à NIN et donc moins original. Si j'ai sauté The mark has been made, c'est pour mieux en parler séparément. Cette 4ème chanson, est encore une instru, très ambiante qui sera d'ailleur utilisés maintes et maintes fois dans les films et qui affirme son coté electro. Avec Starfuckers inc., Trent ne critique pas que l'atitude de Manson mais aussi ceux qui ont retourné leur veste pour servir une musique plus commerciale et usant de l'image de marque qu'ils se font à travers quelques scandales et/ou provocation pour vendre des cd même si le talent n'est pas toujours au rendez-vous. Au final, une chanson revenant un peu en arrière dans la discographie, à Broken pour montrer que NIN est toujours capable de ressortir des monuments de violence comme il leur plait. Complication est le nom de la chanson qui suit, de nouveau instrumentale et se plaçant finalement dans la même optique que Just like you imagined, un cran au-dessous, certes mais assez jouissives et rappelant certaines musiques de jeux vidéos. Avec I'm looking to forward to joining you, finally, NIN joue une chanson plutot sombre et ambiante et rappelant avec plaisir The becoming. The big come down, rejoue la carte du coté funky et déjanté mais cette fois beaucoup plus maitrisé et complétement hallucinée en live. Underneath it all est une chanson rappelant Mr self destruct par son rythme éfréné, mais qui troque cette fois ces guitares par des effets étranges. Enfin Ripe (with decay) est la chnason, instrumentale, cloturant ce chef d'oeuvre qu'est the fragile et avec en plus la manière, très sombre et plutot déprimante.
En conclusion, The fragile est un nouveau chef d'oeuvre de NIN, de par ces compositions maitrisés et par l'interprétation d'un Trent Reznor à son sommet niveau vocal, de plus l'apport du piano de façon plus protubérante renouvelle l'intéret de cet album. Le cd 1 emprunte encore un peu aux albums prédecesseurs et y apporte son lot de nouveautés, et un coté électro encore plus poussé pour notre plus grand plaisir. Le second cd se veut moins rempli en émotion et plus complet en expérimentation et décrit bien ce que Nine inch nails fera plus tard, délaissé par certains auditeurs mais qui reste une expérience magique ne serait-ce que pour 4 chansons, The big come down, The mark has been made, Starfuckers inc. et La fantastique Ripe (with decay). Que dire de plus: chapeau Trent!!

Classement song (CD 1):
1-The great below
2-We're in this together now
3-La mer
4-The wretched + The frail
5-The Fragile
6-Just like you imagined
7-Even deeper
8-The day the world went away
9-Pilgrimage
10-Somewhat damaged
11-No, You Don't

Classement song (CD 2):
1-Starfuckers inc.
2-The mark has been made
3-The big come down
4-Ripe (with decay)
5-Underneath it all
6-The way out is through
7-Into the void
8-Where is everybody ?
9-I'm looking to forward to joining you, finally
10-Please
11-Complication

Classement des albums:
1-The downward spiral
2-The fragile
3-Year zero
4-Pretty hate machine
5-Broken
6-With teeth

Son of a Gun 18 / 20 Le 16/02/2008 à 11H01

Le chef d'oeuvre de NIN!

Further 18 / 20 Le 01/09/2007 à 21H40

C'aurait pu être le meilleur album de NIN s'il était sorti en simple: le 2e cd est de trop pour moi, il plombe le tout par ses longueurs, dommage.
In Trent we trust.

patheatley 19 / 20 Le 27/05/2007 à 21H26

Un album double plus qu'excellent !!! Diversifié à son maximum mais jamais sans trop s'écarter dans le n'importe quoi. J'adore cet album et avec The Downward Spiral ,il est dans mon top de NiN. En ordre je dirais, égalité en 1er position: The Downward Spiral et The Fragile, en 2ème position: Pretty Hate Machine et à égalité en 3ème position: With Teeth et Year zero malgré leur différence totale !! Ce top 3 fait probablement partie de mon top5 de tous les albums confondus que j'écoute bien sur... pour les curieux lol mon grand NO.1 est DEMANUFACTURE de Fear Factory !!

kloporth 19.5 / 20 Le 18/04/2007 à 00H14

Miguel, bravo, tu es content d'avoir brûlé un autre de ces petits cons de néo-metalleux sans oreille musicale... Ben je vais te dire un truc mon bonhomme. Je suis skater genre "le gros debile relou qui met des chaussures de skate alors qu'il en fait pas". J'écoute deftones, korn (parfois), slipknot (rarement). Celà ne m'a aucunement empêché de trouver ce double album sublime, touchant, majestueux, et pourtant imparfait, c'est d'ailleurs ce qui le l'emplit d'emotion(s)

Et je pensais que tous les gens aimant cet album avaient un minimum d'intelligence. Oserais-je dire qu'ils étaient une "élite", en tout cas assez intelligents pour être au-dessus d'un commentaire si classique et inutile que le tien, miguel. Je me suis trompé.

P.S: J'aispèr keu tu à vréman fè ekspré pourre lé fote sinon, mon dieu on est pas dans la merde...

sound_machine 19.5 / 20 Le 15/04/2007 à 20H49

Pas grand chose à dire, si ce n'est que cet album est magique. Une ambiance, des sons, une voix, rien n'est à jeter, sur les 2 cd tout est casi parfait.

EmPeReUrSoUrIsSiStE 18 / 20 Le 27/02/2007 à 22H17

Trent Reznor montre ici une nouvelle facette de NIN, et force est de constater que ce type est un génie.
Créer un chef d'oeuvre comme Downward Spiral pour ensuite changer complètement de direction, privilégiant les ambiances, est une marque de génie.
On se laisse porter par les chansons et instrumentaux.
Le seul défaut vient du fait que l'on est tenté d'arrêter l'écoute après le CD1 tellement il rassasie. On ne reste pas sur sa faim après un disque de NIN, et c'est pour celà que l'on peut être tenté de ne pas écouter le disque 2 de peur de l'indigestion. Mais non, pas de risque d'indigestion, le deuxième disque est bien de la trempe du premier.
On regrettera juste un Starfuckers Inc. qui n'a pas tellement sa place ici.

TonioPizza 18.5 / 20 Le 22/02/2007 à 23H52

Une perle musicale, flottant entre plusieurs styles. L'album le plus accessible de NIN est aussi pour moi le meilleur

The Last Ammo 20 / 20 Le 07/11/2006 à 10H46

sa vaut pas the downward spiral mais ca reste parfait

not a sheep 19 / 20 Le 19/09/2006 à 14H59

Le côté malsain de Downward Spiral fera peut être trop défaut ici pour certains, mais je trouve cet album tellement classe, car il mélange les genres sans jamais ennuyer et en recréant des titres inclassables s'ils sont pris seuls (quoi ske c comme style Piglrimage? Underneath it all?).
The great Below, The mark has been made, LA mer sont des chefs d'oeuvre écoutables en boucle aussi bien pour s'endormir, se poser avec du wiskhy et de la "salade" ou bien même se motiver le matin: effet garanti.

waynegale 20 / 20 Le 02/09/2006 à 18H06

Trent Reznor au sommet de son art ,tout simplement le plus grand album du 20 éme siécle il n'existe aucun mot assez fort pour decrire une telle perfection.Celui qui ose penser le contraire n'a forcement aucun gout et peut aller se faire ... Forcement la descente est dure avec le pitoyable "With Teeth".
PS:c'est le frere de wayne gale qui ecrit ces lignes (lui n'a aucun gout ,il a acheté "With Teeth" en vinyl).

Philippe 15 / 20 Le 28/08/2006 à 12H21

Ce double album ma fait conaitre ce groupe, que maintenant j'admire. Une ambiance très particulière s'en dégage. A écouter en révision!!!

RobS 16 / 20 Le 28/08/2006 à 10H00

Un double-album est toujours un pari risqué. Alors certes the Fragile est inégal Et a été vivement critiqué à sa sortie. Mais à la longue, il démontre toutes ses qualités et l'exellence de sa construction. Il faut prendre le temps de s'impregner de ses ambiances. Il n'y a pas vraiment de morceaux qui se dégagent. Mon disque preferé pour soirée de révision.
Une pierre de taille dans la disco d'un grand homme. Un disque qui n'a pas vieilli et qui se présente sous un merveilleux packaging.
Pari réussi

brianm 18.5 / 20 Le 25/08/2006 à 17H16

Allez hop, un autre chef d'oeuvre :) The Great Below est une ds plus belles choses que j'ai entendues. Je trouve que Starfuckers ne gâche rien, loin de là, plutôt qu'elle ajoute d'autres saveures.

Miguel ton commentaire est affligeant de connerie...

miguel 19.5 / 20 Le 27/07/2006 à 18H18

l'albulm de nine inch nails qui fais le plus vivre de sentiment, cette album et un concentré de beauté, de douleur, de haine et de mal ètre....slipknot pour moi ton comentaire ne vo rien....un néo métaleux na pas le droit de laissé des comentair sur 1 album de nine inch nails....tu na pas l'oreille musical. cette album et fais pour les gents qui l'on , a chaque écoute de cette album je découvre de nouvelle chose.un must

the_frail 18 / 20 Le 13/03/2006 à 10H53

Ca y est: chef d'oeuvre.

Krieg 19 / 20 Le 10/11/2005 à 14H48

Je partage entièrement ton opinion JSR : cet album serait parfait sans Starfuckers, Inc. Il se situe loin au dessus de tout ce qui avait déjà été fait par NIN : au sommet de l'émotion, de la puissance, de la beauté. Reznor disseque les facettes les plus intimes de sa personnalité, avec une maîtrise toujours plus grande de la composition et du traitement sonore. Parolier de génie, il touche au coeur, au corps, à la mort, avec un talent encore inégalé.
Dommage qu'il y ait eu With Teeth par la suite... l'album de la décadence.