Biographie

Myteri

Originaire de Suède, le combo prend forme en 2013 sur les cendres de Eskatologia, autour de Erik et Johan, rejoints rapidement par John (Bombangrepp) et Franz (Angelpiss), tout en composant les premiers titres de Myteri. L'année suivante voit l'arrivée de Joe (A Hundred Black Kites), ainsi qu'une première tournée et un EP The Silent Death, puis le remplacement de Joe par Mattias (Vengence Of Karma / Gränslandet Rise Of Etna). Le groupe ne se repose pas et continue d'enchaîner les dates, ainsi que les sorties, dont un split avec Born For Slaughter et un LP en 2017, Ruiner, qui arrive chez Alerta Antifascista.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Ruiner ( 2017 )

Bon, quand on appelle un album Ruiner, on se dit qu’on est en droit d’attendre un résultat au moins aussi qualitatif que le groupe du même nom, surtout quand on rajoute que le groupe joue du Crust Mélodique et vient de Suède, le pays de Suis la Lune. 3 points qui faisaient que le combo part avec une petite longueur d’avance avant même que la première écoute se fasse.
Une fois la première écoute enquillée, on se demande bien ou ce Ruiner pourrait pêcher. Quelques titres vont se démarquer d’entrée de jeu (« Dödens Hav ») mais rien ne sonnera faux. Les adjectifs efficace et classique pourraient être usés jusqu’à la moelle pour décrire Ruiner, toutefois il y a une saveur particulière qui empêche l’album de basculer dans le fade, à la manière de Martyrdöd ou parfois Alpinist, avec une âme NeoCrust qui vibre.

Pour autant, les influences amènent du Madame Germen et du Fall Of Efrafa, des groupes que l’on eu apprécié en leur temps, dont on parle encore heureusement. Ruiner n’a pourtant pas à rougir : du morceau titre à « Hämndens Timme är Slagen », c’est un condensé de ce que l’on peu aimer dans le genre. Mélodique et enragé, avec un chant rauque, rappelant parfois celui de Géranium, lorgnant sur des rythmes quelquefois tribaux (« Dödens Hav ») et du Post-Rock (« Urholkningprocessen »). Dans sa fureur, Myteri révèle une richesse de tonalités sonores qui vont au-delà d’un simple tableau en noir et blanc comme Masakari. L’un des écueils que l’on remarquera sera la production de la guitare, parfois pas assez mise en avant et perdant en intensité (« Deserter » ou « Mördare I Uniform ») mais n’affectant heureusement pas les transitions entre les différentes ambiances.

Alors Myteri est un peu la bonne surprise de cette année : du Crust qui fera l’effet du Deshielo de Ansïa à sa sortie ou satisfera ceux qui attendaient un nouveau Alpinist. Raffiné, même si le mot peut sembler en totale rupture avec le style pratiqué, Ruiner a suffisamment de saveur pour s’intégrer dans quelques tops de l’année. Pari réussi pour Myteri !

A écouter : Ruiner - Dödens Hav
Myteri

Style : Crust
Tags :
Origine : Suède
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 0 amateur Facebook :