Albums du moment
Pochette The Dusk In Us
Pochette In Contact Pochette Sterilize
Chroniques
Pochette Cutting Pieces
Pochette Mass VI
Pochette Vestigial
Pochette Urn
Pochette United States of Horror
Pochette 06 72 43 58 15
Pochette A Blaze In The Northern Sky Pochette No Land
Découverte
Pochette Démo Rose

logo Mourning Dawn

Biographie

Mourning Dawn

Mourning Dawn est le projet de Laurent (plus connu sous le pseudo de Pokemonslaughter sur G.O.D), lancé en 2002. Très vite, une démo éponyme sort � tirage très limité, mais suffit pour que le nom du groupe commence � revenir régulièrement dans l’underground français. L’année suivante, le one-man-band continue sur sa lancée avec Straight to the Past, deuxième démo qui assoira encore davantage la réputation de la formation. The Freezing Hand of Reason enfoncera le clou un an plus tard, troisième demo qui révélera le style si particulier du groupe et lui permettra d’obtenir un deal avec TotalRust Music.
C’est en 2007 que sort le premier album de Mourning Dawn, devenu en cours de route un « vrai » groupe avec l’intégration de Toxine (basse, Funeralium), Fabien (guitare, Ad vitam Aeternam) et Thomas (batterie, Inborn Suffering).

Chronique

15.5 / 20
1 commentaire (19/20).
logo album du moment

Mourning Dawn ( 2007 )

  Après trois démos de haute volée, un premier album de la part Mourning Dawn était attendu par beaucoup. Il faut dire que grâce à ces trois démos, le « groupe » s’est constitué un solide noyau de fans, tant son style polymorphe a été très favorablement reçu au sein de la scène Dark hexagonale, voire européenne.

Le premier bilan qui saute aux oreilles à l’écoute de cet album éponyme est que le groupe évolue dans la continuité de ses précédentes sorties. Le style si personnel de la formation s’est encore bonifié avec le temps, quelque part entre Doom et Black Metal, et toujours résolument Dark. Mourning Dawn a ainsi nettement progressé en terme de cohérence. En effet, le principal reproche qu’on pouvait faire au groupe était de parfois partir un peu trop dans tous les sens, défaut à présent oublié tant l’ensemble des éléments qui composent la musique du one-man-band se retrouvent parfaitement imbriqués dans un tout admirablement orchestré.

Mais que ceux pour qui cette « déstructuration » incarnait la folie presque palpable des précédents opus se rassurent : Mourning Dawn est toujours aussi barré et brûle plus que jamais d’une haine noire envers et contre tout. Si le groupe a gagné en structure, on ne peut jamais décemment parler de formatage tant cette fameuse folie est omniprésente et contribue considérablement à l’ambiance incroyablement malsaine qui se dégage de ces huit nouvelles compos.

Car c’est bien là le principal atout de ce disque : une ambiance noirâtre et glauque à souhait rappelant Bethlehem ou Deinonychus, où la voix de malade mental de Laurent prend toute sa dimension. Car cet album est un déchaînement de violence psychotique et schizophrène, un véritable hymne suicidaire particulièrement éprouvant qui explore tout le spectre de la douleur et vrille le cerveau de l’auditeur, qui en redemandera pourtant, happé dans une spirale sado-masochiste de jouissance exquisément douloureuse, jusqu’à la mort. Car la mort est toujours présente, elle guette l’âme parvenue au bout de la démence qui ne tardera pas à se laisser prendre dans ses noirs filets.

De même cet album, pur concentré de folie brutale et sans limite, trouve-t-il encore le moyen d’accroître le malaise de l’auditeur par la présence judicieuse de quelques samples en apparence anodins (Grey Flood, Innocence Leaves) mais qui effraient véritablement, comme si l’on était perdu dans le noir, avec l’impression très nette d’être poursuivie par une horreur ineffable.
Alors oui certes, nombreux seront ceux à relancer le débat quant au style pratiqué ici: Black Doom? Suicidal Black? Dark Metal? Quoi qu'il en soit, le groupe a pris le meilleur de chacune de ces catégories pour le sublimer et livrer un album d'exception.

Ainsi Mourning Dawn délivre ici un disque dont on ne ressort pas indemne. Cet album est l’aboutissement rêvé du potentiel énorme dont le groupe faisait preuve depuis 2002. Celui-ci a trouvé sa voie en se perdant à la croisée des styles, pour un résultat hors du commun. Mourning Dawn s’impose donc logiquement comme une référence au sein de la scène Dark mondiale, et témoigne de la qualité toujours plus grande de l’underground français. Un must de l’année 2007, sans nul doute.

Des extraits de quatre pistes sont en écoute sur le myspace du groupe.

A écouter : jusqu'au bout