Albums du moment
Pochette The Dusk In Us
Pochette In Contact Pochette Sterilize
Chroniques
Pochette Insignificant
Pochette Cutting Pieces
Pochette Mass VI
Pochette Vestigial
Pochette Urn
Pochette United States of Horror
Découverte
Pochette Démo Rose

logo Lord Shades

Biographie

Lord Shades

Lord Shades commence son aventure en 2001 de l'initiative d'Alex (Basse / Chant) qui compose des morceaux seul, au fond de sa cave et s'occupant de tous les instruments et de la programmation. Sortent alors deux démos, une éponyme en 2001 et Coliseum en 2005. Alex est rejoint par Nico (Batterie) puis par Fabien (Guitare) et Cyril (Guitare) peu de temps après. Le groupe travaille alors sa musique sur une base Black-Death en y ajoutant divers arrangements et s'inspirant de la littérature fantastique pour sortir un premier album, The Downfall Of Fire-Enmek en 2008. Pendant trois ans, Lord Shades travaille d'arrache-pied pour sortir un album plus professionnel avec des morceaux plus aboutis et un son nouveau. The Rise Of Meldral-Nok paraît en 2011.

Chronique

The Rise Of Meldral-Nok ( 2011 )

Derrière ce titre, The Rise Of Meldral-Nok, qu'on croirait issu d'un roman de J. R. R. Tolkien, se cache le second album de Lord Shades, une terre promise pour de glorieuses batailles sur fond de Black / Death symphonique à largement conseiller pour les fans de Septic Flesh.

Il faut bien comprendre que depuis une première démo enregistrée en solo dans une cave en 2001 et cette dernière mouture de Lord Shades cette année, dix ans se sont écoulés. Le temps pour le groupe de progresser, de travailler, de peaufiner son approche du genre, ses compositions et les thèmes abordés. Car, la première chose à noter sur cet album, c'est bel et bien la maîtrise du sujet qui impressionne. La production se veut à la hauteur de l'ambition portée par le groupe, de ses sept pièces remarquables et de son concept, un récit d'heroïc-fantasy ou la musique de Lord Shades fait office de bande-son. Et comme « histoire fantastique » rime souvent avec « symphonique », le groupe utilise régulièrement des orchestrations, tantôt grandiloquentes rappelant parfois Rhapsody, s'échappant parfois dans des gammes orientales (Awareness) ou se permettant quelques incursions Folk (The Pledge). A ce propos, les ambiances sont très travaillées et les arrangements soignés avec du piano, du violon (l'intro impériale de The Leave Taking) et quelques choeurs féminins (Lust For Death). Toutefois, que les réfractaires aux symphonies se rassurent, cet aspect se trouve finalement en arrière plan, favorisant bien sûr le côté épique et guerrier du récit, se montrant tantôt mystérieux ou mélancolique dans certains passages plus posés, mais n'empiètent jamais sur tout l'espace sonore car la formation parvient à trouver un équilibre harmonieux entre les orchestrations et les parties saturées.

En effet, Lord Shades fait avant tout du Black / Death et se positionne donc fondamentalement à l'opposé de toute une scène pompeuse ou mollassonne. The Rise Of Meldral-Nok c'est fait pour être extrême et ça fait pas les choses à moitié : riffing en trémolo acérés comme de fines lames, soli forgés par le feu d'un dragon, batterie qui martèle avec la force d'un troll et voix d'orc qui alterne entre growls et chant criard. Le rendu est puissant, épique, les compositions, souvent longues et techniques, sont maitrisées d'un bout à l'autre et l'ensemble suffisamment varié pour que l'on ne s'ennuie jamais avec un paquet de détails. Les morceaux les plus cours comme Fool Of Wisdom sont là pour tailler dans le gras directement alors que ceux plus longs sont plus propices aux atmosphères (avec pas mal de samples ici et là renforçant l'immersion) comme le lent et lugubre The Dark Fleet. On y décèle parfois quelques influences (Septic Flesh paraît la plus évidente) et certains passages comme sur Awarness font par exemple un peu penser à du Behemoth, le côté brutal et frontal en moins, mais rien qui ne puisse relier sans cesse Lord Shades aux groupes cités.

En bref, The Rise Of Meldral-Nok est une œuvre ambitieuse, exigeante et finalement très complète et difficile à assimiler pour l'auditeur peu averti, mais toutes les qualités de l'album citées ci-dessus se révèlent à force de persévérance.