Découverte
Pochette Démo

logo Lock Up

Biographie

Lock Up

Lock Up est groupe de Grind / Death formé en 1998 par des cadors du milieu Metal Extreme. En effet, la formation se compose à l’origine de Shane Embury à la basse (Napalm DeathBrujeriaVenomous Concept), du batteur Nicholas Barler (ex-Dimmu Borgir, Cradle of Filth) du guitariste et regretté Jesse Pintado (Napalm Death, Terrorizer) qui sont rejoint par le célèbre musicien et producteur Peter Tägtgren (Hypocrisy, Pain, Lindemann). Ce beau petit monde enregistre un premier album qui sort en 1999, Pleasures Pave Sewers, qui reçoit énormément de critiques positives, il faut dire qu’avec un tel line-up cet opus ne pouvait pas être un bide. En 2002 les gaillards remettent le couvert avec Hate Breeds Suffering, Tägtgren étant indisponible il est remplacé derrière le micro par une autre sommité du milieu, le chanteur de At The Gates : Tomas Lindberg. La fine équipe se lance alors dans une tournée qui les emmènera jusqu’au Japon. Après une longue pause et le décès en 2006 de Jesse Pintado, Lock Up est finalement de retour en 2009 avec le guitariste chilien Anton Reisenegger, quelques dates et festivals sont réalisés puis Lock Up repasse en mode silence jusqu’en 2010 et la sortie d’un split avec Misery Index. En 2011 parait le troisième album Necropolis Transparent, celui-ci est enregistré au HVR Studio en Angleterre, Tägtgren qui a trouvé un peu de temps apparait en comme de guest tout comme le bassiste / chanteur de Carcass Jeff Walker. At The Gates ayant repris du service Tomas Lindberg cède sa place à Kevin Sharp (Brutal Truth) en 2014. Fin 2015 Lock Up annonce la sortie d’un nouveau méfait pour début 2016 via Nuclear Blast. C'est finalement en 2017 que sort Demonization, via le label français, Listenable Records. Le groupe est à l'affiche du Metalorgie Fest en mai avec Napalm Death, Brujeria et Power Trip

Chronique

Demonization ( 2017 )

Avant que cela ne devienne un mode, Lock Up en était déjà un, un quoi ? un supergroupe pardi ! Depuis la fin des années 90, ces pontes du Death/Grind se réunissent parfois pour balancer un album en forme de parpaing, et ce n'est pas Demonization qui nous fera mentir. 

Tu parles d'un line-up l'ami, regarde plutôt : Shane Embury (Napalm Death, Brujeria, Venomous Concept), Kevin Sharp (Brutal Truth), Nick Barker (ex-Dimmu Borgir et Cradle of Filth) et Anton Reisenegger (Brujeria, Pentagram (Chili)). Alors forcément avec des gaillards pareils, on a le doit à un album dans la plus pur tradition Death/Grind, Demonization c'est 14 titres, 40 minutes quasi à bloc où ça blaste, ça hurle, ça growl, ça cogne mais avec une expérience qui fait que tout est joué au millimètre. Mais Lock Up c'est plus qu'une addition de grands musiciens, malgré les années qui passent le groupe à une patte reconnaissable ainsi qu'une vraie identité. Leur son et leur manière de jouer est reconnaissable entre mille, même s'il faut l'avouer, le tout transpire un peu le Napalm Death moderne auquel on aurait donné quelques amphétamines par moments. Hormis le très mi-tempo titre éponyme, pour le reste c'est un abattage de riffs surpuissants qui prend à la gorge, Demon Raging, Blood and Emptiness ou Instruments of Armageddon pour ne citer qu'eux vous attaquent de front sans jamais baisser le pied. Des guitares sous stéroïdes, une basse lourde et une batterie qui à elle seule tient une rythmique des plus soutenue composent cette oeuvre dont le mot d'ordre est : direct. On apprécie également le petit côté Punk d'un morceau comme Soul From The Pure qui amène un peu de diversité. Alors oui, rien de nouveau sous le soleil de Lock Up, si ce n'est le chant de Kevin Sharp, mais force est de constater que la recette est bonne et que peu de formations sont capables d'en faire autant, voire la moitié, pourquoi ? Simplement parce que ces mecs ont une dextérité et une vision du Metal Extreme qui n'est pas celle du commun des mortels puisque c'est un peu eux qui sont les pionniers du mouvement. L'air de rien, ça explique beaucoup de choses. 

Demonization c'est du solide, de l'expérimenté, du Death/Grind à papa. En 2017 Lock Up a toujours la classe, et parti comme c'est parti, ça pourrait durer encore longtemps.