logo Leftöver Crack

Biographie

Leftöver Crack

Leftöver Crack est né des cendres de Choking Victim au début du deuxième millénaire. Stza (chant / guitare) et Ezra (guitare) officiaient auparavant dans les CV tandis qu'Alec (basse) était dans No Commercial Value (avec le Stza) et Ara (batterie) dans Agent99. Autant de groupes qui font parti de la famille du crack rocksteady dont les Choking Victim en sont les "créateurs". Une voie suivie par d'autres groupes comme Stockyard Stoics, Morning Glory, IND.K, No Ca$h, Team Spider, F-Minus ou Union Jack pour les frenchies. Leftöver Crack ont sorti trois albums sur autant de labels, Mediocre Generica (2001) sur Hellcat, Rock The 40 oz (2003) sur Bankshot! et Fuck World Trade (2004) sur Alternatives Tentacles. Aujourd'hui le groupe prend une petite pause suite au décès du batteur mais les membres de Loc ne devraient pas rester inactifs très longtemps puisqu'ils prépatent un (nouveau) side-project avec un chant féminin !
 

Chronique

18 / 20
5 commentaires (17.2/20).
logo amazon

Mediocre Generica ( 2001 )

Punk... Satan... 666... Crack.... Ska.... Choquant... Nerveux... NewYork.... Trash... Drogue.... Whisky... Overdose... Squat... Mediocre Generica est un vrai coup de poignard dans une société américaine en plein doute. Sorti en août 2001, quelques mois après les attentats que l'on connaît bien, Leftöver Crack ont remis à jour l'identité punk. D'ailleurs cet album a bien failli ne jamais voir le jour. La pochette et le titre initial de l'album, Shoot The Kids At School, n'ont pas du tout plu à Hellcat, leur label (sous division d'Epitaph) qui ont menacé la bande au Stza de ne pas sortir l'opus s'ils ne se décidaient pas à changer le titre et le visuel jugés trop choquant.

Depuis la sortie de cet album, beaucoup de choses ont changé. Le batteur est mort d'une overdose, Brad Logan (chanteur - guitariste dans F-Minus) s'occupe de la deuxième guitare, le groupe s'est bel et bien fait virer d'Hellcat au profit du label de Jello Biafra, Alternative Tentacles, qui ont récemment sorti leur deuxième opus au titre évocateur de Fuck World Trade (vous comprendrez pourquoi seul un ex-membre des Dead Kennedys pouvaient sortir cet album aux Etats-Unis).

Musicalement, Mediocre Generica n'est pas aussi sombre qu'on pourrait le croire. Du moins pas autant que les paroles très politiquement incorrectes mais qui visent juste. Toutes les discriminations de la société y sont dénoncées, le racisme, le sexisme, l'homophobie... dans des chansons à la fois skapunk ("Nazi White Trash", "Gay Rude Boys Unity", "Crack City Rockers" et "Born To Die"), métal ("Burning In Water"), heavy-trash ("Homeo-Apathy"), hardcore torturé ("Stop The Insanity") et bien sûr, punk 70's (avec la stéréo, cf "The Good The Bad and The Leftover Crack"). Une instru sans nom se glisse sur la dernière piste, rappelant la mythique "Crack Rock Steady" avec cuivres, piano, harmonica, synthé... Un style à part, sombre et violent qu'ils ont défini comme du "crack rock steady beat".

A en croire le Stza, cet album a été écrit sur une période de dix ans, entre les débuts des Choking Victim dans les années 90 et la création de Loc en 2000. Une sorte de fourre-tout qui succède au No Gods, No Managers des CV. On y retrouve une reprise de No Commercial Value ("Nazi White Trash") et une autre des CV ("Born To Die") remixées pour l'occasion. L'apport de leur "crew" - le crack rock steady seven - sur de nombreuses chansons, aux chœurs, à la guitare, au synthé ou au piano (le pianiste des Gadjists) apporte un côté amical, collégial... dans le sens où cet album ne sonne pas comme le fruit d'un groupe mais de toute une culture, d'un collectif partageant la même idéologie et le même mode de vie (dans les squats New Yorkais). Le son est un peu pourrave, DIY quoi ! Mais le charme de Leftover Crack réside aussi dans cette capacité à produire des albums crades bourrés de bonnes idées, de longues introductions, d'interlude avec ce chant (et ces cris) unique et torturé du Stza.

Un album qui ne manque pas de personnalité dans un genre assez unique. Leftover Crack c'est soit on adore, soit on déteste, mais le groupe ne passe pas inaperçu, et fait du bruit. Enragés, engagés, ils ne sont pas loin des Propagandhi et d'Anti Flag même si la musique reste indéfinissable. Résolument punk !

Leftover Crack vous encourage

A écouter : En fumant du crack !