Albums du moment
Pochette Ion
Pochette Fallow Pochette Material Control

logo Impure Wilhelmina

Biographie

Impure Wilhelmina

L’aventure Impure Wilhelmina débute à Genève en 1996. Après s’être rodé avec un 7" et un EP, leur premier véritable album, Afraid, voit le jour en 2000 et concrétise les ambitions du groupe. Très bien accueilli, celui ci leur donnera l'occasion de parcourir l'Europe afin de délivrer leur Post-Hardcore rageur, obscur mais aussi émotionnel car non dénué de mélodies prenantes. Impure Wilhelmina imposera définitivement son style en 2003 avec I Can't Believe I Was Born In July, deuxième album, qui sort sur Waiting For An Angel. Bien plus abouti que le précédent, il sera suivi d'une tournée aux côtés de Overmars qui permettra entre autre au groupe de se faire davantage connaître du public français. En 2005 sort L'Amour, La Mort, L'Enfance Perdue sur le nouveau label de Tours The Space Patrol (Kraken Oxen), album aux mélodies encore plus soignées et à la profondeur de composition affirmée. Fin 2008, Prayers And Arsons sort sur Get A Life Records.

Après quelques tournées suivant la parution de l'album, le groupe entre dans une longue "pause" toute relative. Si le groupe ne compose plus jusqu'en 2012, il s'autorise tout de même quelques concerts et petites tournées en France, Allemagne et Benelux. Entre-temps, Michael Schindl s'implique dans le projet Black / Post-hardcore Vuyvr aux cotés de Roderic Mounir (Knut) et de Julien Leders (Elizabeth). En 2012 commencent les premiers enregistrements avec l'incontournable Serge Moratel pour aboutir à la sortie en 2014 de Black Honey, septième production du combo genevois qui pour l'occasion intègre Diogo Almeda (Rorcal) en son sein à la guitare.

16 / 20
4 commentaires (15.88/20).
logo amazon

Radiation ( 2017 )

Depuis le remarquable Black Honey, les vétérans genevois ont trouvé le point d'équilibre. En conservant bien au chaud leur dissonance singulière et son agressivité sous-jacente tout en arpentant d'autres ruelles pavées de chants éclairés et de mélodies dépressives, Impure Wilhelmina est plus créatif que jamais.
Radiation est une oeuvre dense. Construite strate après strate, il faudra prendre le temps nécessaire, pour au travers de l'épaisseur de glaise, en saisir toutes les subtilités. Au delà sa consistance, Radiation comporte ce qu'il faut d'immédiateté ("Great Falls Beyond Death", "Torn") pour agir comme un véritable trou noir. Une fois son venin inoculé, rien ne peu inhiber ses poussées toujours plus insistantes.
Impure Wilhelmina apparaît toujours comme cet animal sauvage, musculeux et blessé. Quelque chose comme une force tellurique, qui pulsion après pulsion reveille un spleen enfoui. J'en viens véritablement à penser que certains morceaux de bravoures sont les plus aboutis et les plus touchants jamais sculptés par le quartet ("By Ravens and Flies", "Race with You", "Child"). Délesté de toutes les étiquettes qu'on pourrait vainement tenter de lui coller, Impure Wilhelmina se concentre pleinement sur le fond de son propos, qui 20 ans après, est ce substrat indicible à un torrent d'émotions. Sans le moindre degré d'ostentation et avec une humilité presque palpable, les suisses conjuguent sous la grisaille descentes mélancoliques et embardées épiques.
En situation réelle, les titres de Radiation prennent une dimension supplémentaire. Le nuancier gagne en relief et permet à Impure Wilhelmina de livrer le verbe et la foudre sans filtre. Direct dans la gueule.

A écouter : Great Falls Beyond Death - Torn - By Ravens and Flies
16 / 20
8 commentaires (16.63/20).
logo amazon

Black Honey ( 2014 )

Impure Wilhelmina qui revient avec un nouveau skeud, c'est vraiment une putain de bonne surprise. C'est quand même un peu un des meilleurs groupe de post-hardcore actuel, et si les silences entre les albums peuvent être long, ils n'en sont que le gage d'une qualité supérieure à chaque disque.
Impure Wilhelmina est tout le contraire d'une musique de stakhanoviste, chacun de leur albums est une pièce d'artisanat finement ciselée et presque parfaite : réjouissante et complexe au premier abord et qui s'apprécie de plus en plus au fil des écoutes pour en découvrir toute la richesse musicale et émotionnelle.

Black Honey est conforme à cette tradition, bien qu'il soit sûrement le plus surprenant. Il s'inscrit dans la continuité de Prayers and Arsons, les voix éraillés étant abandonnées au profit du chant clair  et délaissant les gouffres doom pour un rock plus mélancolique. Une petite nouveauté fait son apparition dans la formule : la désormais omniprésente influence Black Metal. Elle surprend tant elle est étrangère au petit monde d'Impure Wilhelmina, mais s'intègre si rapidement à l'environnement ambiant que rapidement, on ne la remarque plus. La force de ce disque est de l'avoir incorporée à tel point que ce n'est pas le groupe qui sonne Black Metal, mais le Black Metal qui sonne Impure Wilhelmina. Influence complètement domptée donc : là où la musique s'en va dans ces fameuses grandiloquences,  les riffs à la norvégienne l'y poussent encore mieux(Submersive Words) ; ils subviennent au besoin de masse de ces riffs rythmiques épais et costaud que le groupe sait déployer (The Enemy) ou aide à les breaks à mieux casser l'allure et à surprendre (Uncomfortable Life).
Un album surprenant donc, parce que plus globalement plaintif que dépressif, amenant le côté émotionnelle de la musique vers un terrain peut-être un peu plus glissant. Lors des premières écoutes, on a parfois peur qu'Impure Wilhelmina passe carrément du côté de la niaiserie, ce qui heureusement n'arrive pas, grâce à la grande qualité des compositions. Il faut faire longtemps tourner la galette pour bien s'en imprégner mais celles-ci restent bien du pur IW : on y reconnaît immédiatement la patte du song-writing de Michael Schindl, cette façon unique d'arranger les mélodies et les riffs qu'on ne retrouve nul part, et ce constant équilibre entre influences presque power pop et l’énergie brut de son substrat hardcore original et parfois même une ambiance un peu doom traditionnel (qu'on remarque surtout sur Joseph).

Ceux qui avaient fuit après Prayers And Arsons ne retrouveront pas là les sensations de I Can't Believe... ou L'Amour, La Mort..., sauf sur God Rules His Empire, dernière piste et ultime reflet de sa mue passée d'une noirceur dépressive et presque violente de 11 minutes où la dimension doom voir sludge vient reprendre le dessus une dernière fois, chant hurlé en prime. Une fort belle conclusion qui rappelle que si le groupe a évolué, il n'a au fond pas changé. Black Honey est probablement plus abouti que son prédécesseur car assumant complètement la nouvelle direction des Suisses. Une forme musicale qui n'a trahit personne et sûrement pas le groupe qui garde entière toute son identité, autant sur l'expression que sur la qualité de l'ensemble. La seule forme de trahison serait, après tant de bravoure musicale, de sortir un mauvais album vite fait mal fait, ce qui n'est absolument pas le cas. Les vrais amateurs du made in Impure Wilhelmina ne pourront qu'être ravi de se plonger dans ces nouvelles sensations que nous offre Schindle et sa bande.
Par contre, pour la pochette c'est pas franchement ça, mais c'est un détail.

A écouter : The Enemy, Submersive Words, Courageous, God Rules His Empire
13.5 / 20
24 commentaires (15.17/20).
logo amazon

Prayers And Arsons ( 2008 )

Glaives échaudés greffés aux poings, poudre à canon jusque dans les narines, Impure Wilhelmina est parti en croisade et Prayers And Arsons est leur plan de bataille.

Plus que jamais, les suisses tentent de redéfinir leurs frontières en déplaçant leurs pions en territoires in/connus. Leur premier mouvement, limpidement et gentiment éructé, trahi immédiatement leur nouveau cheval de bataille, ou plutôt leur nouveau canasson de labour. Ce chant clair, dont le corps se dilue jusqu'à perdre toute contenance dans un mixage édulcoré et un ton maladroit est une alerte, un avertissement sonnant le glas du combo géniteur du sulfureux I Can't Believe I Was Born In July.  Enfin, pas tout à fait, car au bout du compte Impure Wilhelmina parvient à régulièrement montrer les crocs au travers de leur riffing singulier, tortueux, raclant le gravât sous la croûte terrestre et étêtant les hauts conifères.
Au sein d'un même titre, le quatuor ouvre des plaies béantes, mais pour finalement cautériser le tout par une salve d'accords sirupeux peu recommandables ("Hide Your Anger, Give Your Mouth"). Prayers And Arsons stimule pour endormir. Prayers And Arsons fait cohabiter l’émoussé avec l’acéré. Car c’est un fait, au milieu de cette mosaïque en demi teinte, on trouve une poignée de flèches à la pointe encore vive. Il a bien sûr "As We Kneel", le tube post hardcore de l’album (écoutable en pôle position sur MySpace), et son break emo en fin de course qui arrive à point nommé (ou pas du tout, à toi de voir). Rayonnent également, quelques invectives indie rock originales comme la partie acoustique de "The End Within". Puis surtout, "Poisons And Blades", ode epico-moyen-ageuse qui traite d’architeuthis et de joutes à l’arme blanche, et dont le somptueux lichen mélodique est une franche réussite. Le reste du temps Impure Wilhelmina se disperse à trop vouloir coller ses tentacules sur chaque point de la carte.

Prayers And Arsons est indubitablement un album travaillé et parfois même aventureux. Malgré cela, le combo ne parvient pas à retendre le filin dramatique qui faisait autrefois coaguler son rock-core inspiré et assez unique en son genre. La déception est bien là, car dans le peloton de tête d'un genre hybride et torturé, Impure Wilhelmina avait largement sa place.

A écouter : As We Kneel - Poisons And Blades
16.5 / 20
19 commentaires (17.11/20).

L'Amour, la Mort, l'Enfance Perdue ( 2005 )

L’Amour, la Mort, l’Enfance Perdue est donc le titre mélancolique en français choisi par le combo suisse pour illustrer son deuxième album ; une union de sentiments différents mais homogènes comme l’est simplement la vie terrestre ; complexe aussi, tout comme l’est ce bien beau nouvel effort.

"January", qui porte bien son nom, ouvre le bal d’une bien belle manière ; petit larsen introductif et annonciatif d’un disque trés riche, puis la voix se lance, dure et grave à la fois. On peut déjà sentir que les musiciens sont à l’aise et qu’ils savent faire vivre une chanson. Le rythme est lent comme pour appuyer l’aspect douloureux de l’album. En près de 7 minutes, Impure Wilhelmina a posé les bases d’une identité plus affirmée. Car s’il est vrai que leur précédent opus tournait parfois d’avantage autour de la scène "screamo" (Envy), L’Amour, la Mort, l’Enfance Perdue s’en détache nettement de par son approche toujours plus rock.
Car sur "Tense" par exemple, les guitares s’étirent et distillent de belles mélodies perturbées. Noisy. Et quand "The Black Flame" s’ouvre sur un petit arpège à trois instruments le calme s'installe à notre insu. La tension est pourtant là, palpable, progressive avant la véritable explosion orchestrée par le mélange voix criée/saturation des instruments. Le calme revient alors pour laisser réchapper la fureur. La voix se fait claire pour la première fois et elle le fait bien. Impure Wilhelmina joue sur les cycles et les sautes d'humeur.
Pour "Bleed Alone" un nouvel arpège accélére et porte littéralement l’auditeur jusqu’aux contrées plus rudes familière du groupe. La voix est pleine d’urgence, le rythme est un peu plus rapide. La chanson d'autant plus courte.
Et là, au sein de la qualité d’écriture déjà présente, une première perle : "Seeds" et son début porté par un chant clair qui exprime, sur des notes d’ambiance, une forme de plainte avec force. Avant que les décibels ne soient totalement lâchés et remplissent pendant 2 minutes 30 les enceintes. Le contraste est saisissant, les passages durs d’autant plus appréciables. C’est aussi çà la qualité d’Impure Wilhelmina ; les sentiments se croisent et se décroisent avec délicatesse: brutalité/douceur, légèreté/noirceur.
"The Broken Wing of the Undying Bird" s’envole sur une mélodie tout en hauteur. Le chant rugueux mais prompt aux expérimentations se métamorphose encore une fois, totalement calme. Des enfants se font entendre en fond sonore de "Before a dream", chanson d’une extrème douceur si ce n’est sa fin de plus en plus noisy, chaotique. L’enfance perdue ? Mais nous aussi on se perd, car il y a beaucoup de choses à dire sur tout le reste de ce nouvel album d’Impure Wilhelmina. Je n’évoquerais donc plus que la deuxième perle de cet album, "Sunburst". Sur un tempo plus soutenu que les autres, c’est par son chant qu’elle surprend, un chant qu’on croirait surgit du cœur de l’époque New Wave. Singulier et inventif. Expressif.

Et oui, L’Amour, la Mort, l’Enfance Perdue apporte de la fraîcheur à son tour. Quand on trouvait I Can’t Believe I Was Born In July supérieur à Afraid, c’est  bien le même rapport hiérarchique qui s’établit entre les deux premiers cités. Le groupe progresse, les musiciens sont irréprochables entre des guitares qui prennent le temps d’asseoir les compositions, aux développements longs mais jamais répétitifs et une rythmique variée qui renforce l’expression de chaque chanson et rassemble le tout. L’album ressort aussi complet que complexe, plusieurs écoutes étant nécessaires avant d’apprécier pleinement le disque. Et le reste est à vous. 

Télécharger : Tense - Bleed Alone

A écouter : Seeds, Sunburst et tout le reste la suite
16 / 20
9 commentaires (16.89/20).

I Can't Believe I Was Born In July ( 2003 )

Swiss do it better. Iscariote, Nostromo, Unfold, les terribles Knut et bien entendu, Impure Wilhelmina. Enregistré et mixé par l'incontournable Serge Moratel (Brazen, Knut), ce second méfait des genevois, au titre énigmatique, a toutes les cartes en mains pour devenir un incontournable du genre. Une impression palpable de prime via un visuel épuré à la classe folle, reflet d'un contenu sans fioriture et pourtant plein de détails.

"Today I Will Take My Knife. Kill My Daughter And My Wife". Les bases sont établies. Sombres et dépressives. Dès les premières joutes, fracassantes et virulentes, Impure Wilhelmina insuffle une émotion vive et à fleur de peau. Chairs tiraillées. Poings serrés au sang. Tordant la nuque aux guitares, le combo helvète use généreusement de la distorsion et dégringole sur les pentes escarpés d'une registre noise hardcore bien connu. Les suisses taillent cependant leur propre sentier, loin des références telles que Cult Of Luna, Breach ou les inévitables Knut, grâce à une propension et une obession permanente pour les mélodies entêtantes et itératives, capturées et contenues au sein d'une musique lourde et chaotique. "The River", "Get Away" ou encore le magnifique "Answer" démontrent sans détour la capacité du groupe à faire survivre une parcelle d'harmonie dans un désordre nourrie par des riffs ultra-heavy joués tout en cascade et tension. Une tension maintenue en équilibre instable, sur un point culminant, par un jeu de cymbales déchirant, puis ce chant, évitant le piège monocorde, qui calque son exutoire sur l'humeur changeantes des guitares. Car outre leur goût pour l'intensité et la violence, les gaziers savent aussi s'emporter dans les longues marches tortueuses et labyrinthiques ("The Game I Don't Want To Play"), Neurosiennes et introspectives, obscures et sujettes aux cassures rythmiques.

Indissociables, les 11 titres de I Can't Believe I Was Born In July, album monolithique et méandreux, vont au delà des notes pour nous plonger dans une atmosphère dépressive et obscure, malsaine et cathartique, mais définitivement attirante et touchante. Impure Wilhelmina signe un disque largement supérieur à Afraid, se bonifiant avec le temps, et s'inscrivant sans difficulté dans la liste des meilleures productions hardcore de cette année.

Télécharger : Get Away

A écouter : The River - Get Away - The Answer