Albums du moment
Pochette Ion
Pochette Fallow Pochette Material Control

logo Heir

Biographie

Heir

Heir est un quintet Post-Black venu de Toulouse et formé en 2015. Après une première démo en 2016, le groupe apparaît sur le split In Cauda Venenum/Heir/Spectrale sorti chez Les Acteurs De L'Ombre. Un an plus tard paraît Au Peuple De L'Abîme sur le même label, amenant le groupe à ouvrir pour Au-Dessus en France. 

Chronique

12 / 20
1 commentaire (15/20).
logo amazon

Au Peuple De L’Abîme ( 2017 )

Chaque sortie des Acteurs De L'Ombre fait figure d'événement dans le petit monde du Post-Black. Artworks léchés, travail manifeste des ambiances, autant d'ingrédients qui ont contribué au succès de formations désormais incontournables dans l'hexagone, répondant au nom de Regarde Les Hommes Tomber ou The Great Old Ones. C'est donc avec avidité que l'on se penche sur les nouvelles recrues, dont ce premier LP signé de Heir, qui avait déjà pointé le bout de son nez sur le split avec Spectrale et In Cauda Venenum.

Au Peuple De L'Abîme ne déroge pas à la règle sous-jacente du label. Parcouru de vers en français chargés de symboles (le déclin, le pouvoir, le temps implacable ou encore l'aveuglement des masses), l'album est un pur concentré des sous-genres en vogue, mêlant Post-Black, Black « moderne » et froides dissonances. Sur le papier, une nouvelle parution alléchante donc, qui malheureusement peine à se concrétiser pleinement sur la platine. 
Au Siècle Des Siècles débarque tête baissée et laisse se dessiner un Black véloce et empli de riffs biscornus, déroutants et rappelant les élucubrations noires d'un Aosoth. Et c'est assez rapidement que ce premier titre révèle l'un des points faibles de l'album : des compos fouillées desservies par un mix inégal. On retrouve en première ligne un duo basse-batterie ultra-lourd  qui aurait pu fonctionner s'il n'avait pas causé un bourdonnement indistinct lors des élancées les plus sauvages, secondé par la voix qui achève de passer les six-cordes sous silence. Même punition sur Cendres qui force à tendre l'oreille pour atteindre des lignes de guitares pourtant assez entraînantes. 

Passé cet obstacle, on trouvera fort heureusement un équilibre bienvenu avec des passages à cordes claires, mid-tempos ou même une intro Post-Hardcore sur Meltem pour casser le rythme. Car les passages façon lessiveuse/toutes-griffes-dehors peinent à vraiment marquer dans leurs mélodies, difficile sur L'Âme Des Foules par exemple de ressortir un riff marquant des assauts les plus Black tant les idées semblent fourmiller sans véritable ligne directrice. A contrario, L'Heure D'Helios (sans doute le meilleur des cinq titres) fait figure d'exemple. Construit de manière plus simple et directe (à l'instar de Cendres), ce deuxième morceau brille par sa montée fulgurante, le ton tragique de son instrumentation parfaitement en accord avec les paroles décrivant la chute d'un être autrefois adulé. 
Ces textes seront d'ailleurs un support indispensable pour bien s'immerger dans la musique de Heir, relatant l'extinction d'un empire dans le tyrannique Au Siècle Des Siècles, ou dépeignant la manipulation et l'esprit gregaire dans L'Âme Des Foules

Pas exempt de bonnes idées, le constat après plusieurs écoutes de Au Peuple De L’Abîme est en demi-teinte. Heir dévoile sur ce premier effort une tracklist quelque peu en dents de scie, bien qu'unie par un concept général intéressant. Manquant peut-être d'immédiateté et de simplicité, cette offrande demandera une certaine persévérance avant d'en connaître les moindres recoins. 

A écouter : L'Heure D'Helios, Cendres