Albums du moment
Pochette Thin Black Duke
Pochette Life
Pochette Two Parts Viper Pochette Upon My Cremation Pyre
Découverte
Pochette S/T

logo Hatesphere

Biographie

Hatesphere

C’est en 2000 que se forme le groupe danois Hatesphere composé de Jacob Bredahl au chant, Peter Lyse Hansen et Henrik Jacobsen aux guitares, Anders Gyldenøhr derrière les fûts et Mikael Ehlert à la basse. 2002 est l’année qui propulse réellement le groupe sur la scène Thrash-Metal avec la sortie de son premier album, Blooded Hatred, mélangeant guitares énervées, soli, batterie martelante, le tout portant une voix résolument puissante. Suite à cet album, les lives s’enchaînent de part et d’autre de l’Europe en compagnie de gros piliers de la scène tels que Mastodon, The Haunted ou encore Testament. L’année suivante sort un ep Something Old, Something New, Something Borrowed And Something Black composé de 7 titres dont 4 lives. Ce qui fait ressortir le groupe du lot est incontestablement ses performances en live qui sont saluées par de nombreux magazines spécialisés ; à tel point qu’il est consacré meilleur groupe live au Danemark à l’occasion des Metal Awards. Le groupe retourne en studio en 2004 et y enregistre l’album Ballet Of The Brute , dans la lignée des précédents avec peut-être une pointe de violence supplémentaire et une ambiance vaguement HxC qui reçoit un accueil mitigé de la part des fans. Un EP intermédiaire de 4 titres dénommé The Killing est ensuite composé par le quintette, avec en prime une reprise des Suicidal Tendencies, avant la sortie de leur dernier album en 2005, The Sickness Within. En avril 2007 sort Serpent Smiles And Killer Eyes, toujours mixé par Tue Madsen. Le groupe s'embarque dans une grosse tournée d'été avec notamment plusieurs dates en Chine, une première.

Chronique

16 / 20
5 commentaires (18.1/20).
logo amazon

Serpent Smiles and Killer Eyes ( 2007 )

"666% Pure Danish Fuckin' Metal!" qu'ils nous scandent les 5 danois à l'accouchement de ce cinquième album studio. On sait à peu près à quoi s'attendre il est vrai avec la plupart de ces formations thrash/death. L'originalité n'étant pas l'intérêt premier de ce style musical la plupart du temps, attardons nous plutôt aux forces du groupe qui sont ici mises en avant.
La force d'Hatesphere tient tout d'abord dans ces riffs assassins, transpirants la Scandinavie, par dessus lesquels vient se poser la voix de Jacob Bredahl, désormais parfaitement maîtrisée. L'évolution du chant au fil des albums prend ici une dimension nouvelle, spécialement sur The slain où le chant clair est particulièrement puissant. Saluons ce genre d'incursion mélodique qui la plupart du temps a plutôt tendance à gonfler l'auditeur par manque d'originalité, ici le chant se fait même étonnamment trop rare étant donné la force qu'il donne aux morceaux.
Les morceaux sont pour la plupart joués une fois de plus à une vitesse déconcertante, ne laissant qu'un bref répit sur Drinking with the king of the dead avec son intro de cowboy à l'harmonica et son rythme mid-tempo. L'enchaînement des titres après celui n'est qu'un concentré de violence et d'énergie, à l'image de Feeding the demons et sa minute vingt d'intro digne d'un Slayer, Floating mais surtout Let them hate et son côté thrash'n roll propre au groupe désormais depuis ses dernières productions. Même si Serpent smiles and killer eyes parait mois technique que ses prédécesseurs (au niveau des solos par exemple), il n'en est pas moins rentre-dedans et les nombreuses écoutes ne donneront pas cette impression de déjà entendu que seuls les non- afficionados de ce style retiendront. A l'instar du dernier Chimaira et son Empire, le disque se termine sur un titre très dark mêlant grosse guitares et synthé ambiance "Morgoth the impaler". Hatesphere a également choisi de ne mettre que 9 titres sur cet album, ce qui s'avère être une bonne initiative de la part du groupe, pas le temps d'être saoulé par un album trop en longueur donc.
Bref, inutile d'épiloguer, ce disque ne décevra pas les amateurs du genre et du groupe, maintenant peut-être faudrait-il penser à évoluer plus franchement pour le prochain album sans quoi la recette pourrait s'essouffler. Pour l'instant, sur ce dernier album comme sur scène, Hatesphere reste la valeur sûre de la scène thrash/metal scandinave.

Deux titres sont en écoute sur la page myspace du groupe.

A écouter : Feeding the demons, The slain, Let them hate