logo Haram

Biographie

Haram

Matt Michel (Guitare & Chant)
Mike Taylor (Guitare & Chant)
Andy Gale (Batterie)
Jeff Kane remplacé par Kevin Longendyke en 2007 (Basse)
Ben Tankersley (Guitare & Chant)

Haram est une jeune formation américaine en provenance de Virginie du Nord qui officie dans un style rock / punk entêtant et entraînant proche des excellents Drive Like Jehu. Leur premier album éponyme voit le jour en 2006 sur le label Lovitt (Engine Down, Navies, The Cassettes, Division of Laura Lee ...) et permet au groupe d'entamer une tournée passant par l'Europe aux côtés de Kaospilot. En 2007, le groupe change de bassiste, intègre un nouveau guitariste et enregistre Drescher, deuxième album sur Lovitt.

Chroniques

Drescher s/t

Drescher ( 2007 )

Un premier album avec son lot de morceaux à se rouler à poil sur du verre pilé loin d'être passé inaperçu nous avait fait prendre agréablement pied dans le biotope musical de Haram, quelque part entre Drive Like Jehu, Quicksand, Jawbox et Fugazi pour se la jouer "rapprochements faciles". Les américains (ex Pg. 99, ex Majority Rule, ex Hardcore Heroes quoi ! Faut il le rappeler ?) se sont adjoint les services d'un guitariste supplémentaire histoire de corser les mélodies et par la même occasion de griller la priorité à Christina Aguilera et à ses copines en pondant les futurs tubes de l'été avant l'heure.

Le désormais quintet, et il faut saluer l'initiative, est loin de s'être cantonné à ce qu'il avait déjà démontré sur son premier essai (transformé les doigts dans le nez). Drescher s'annonce comme un disque bien plus varié, moins punk dans l'os (malgré quelques morceaux vindicatifs à te défriser un Mars Volta en 2 mesures), plus rock dans le fond mais sans jamais tomber dans une quelconque facilité et en restant immédiat sur l'impact.
Haram oscille ainsi avec talent entre morceaux emo indie rock aux mélodies sorties d'une autre dimension mais pourtant évidentes ("Fever Sleep", "Mannequin" - clin d'oeil à leurs potes de Mannequin ?) et invectives post punk davantage dans la lignée de leur premier album ("Drescher Clock", le très Fugazi "Centrum", "St. Feliu"). Avec "Death Blues", Haram case même une ballade printanière à faire taper des mains les gros de Madball en rythme une larme au coin de l'oeil. Et ouais !
Parlé / fredonné, chuchoté au tympan, renforcé de back vocals, hurlé les yeux écarquillés comme à l'ancienne école, le chant revêt à l'image des guitares, tantôt claires tantôt distordues, des formes diverses et variés participant pleinement à l'aspect bigarré de Drescher, un album mature témoin d'un sens inné du mélange harmonie / énergie et d'une personnalité versatile bien assise.

"HARAM" signifie en arabe ce qui est interdit ou sacré (donc également interdit dans un certain sens). Pour le coup, ça ne nous empêchera pas une seule seconde de mordre goulûment dans Drescher sans en laisser la moindre miette. Haram confirme et surtout Haram joue désormais du Haram. Que ce soit dit !

A écouter : Toute l'anne

s/t ( 2006 )

Vous vous souvenez des défunts Majority Rule (1996 - 2004) ?
- Non ? Sachez juste que cet excellent groupe fut une belle pointure dans un style hardcore chaotique "with keyboards" aux accents metal. Le combo a notamment sorti un bien beau split avec les terribles Pg. 99.
- Oui ? Ah ! Sachez alors que les membres du groupe sont désormais chez Mannequin et Haram. Toutefois, ne pensez pas retrouver ici les mêmes assauts heavy qui tachent bien. Haram joue dans un domaine bien plus édulcoré qui a de quoi faire pleurer les minettes, et pas dans le mauvais sens du terme si vous voyez ce que je veux dire !

Les américains essayent à leur manière de remettre au goût du jour les premiers amours du "hardcore  émotionnel" à la Quicksand, Drive Like Jehu et cie. Il faut bien avouer que le pari est plutôt réussi. Bien entendu, on a droit aux guitares travaillées à la fois mélodiques et tranchantes qui agrippent le coeur à pleine poigne, puis à cette voix qui ferait presque verser une larme à un tough guy qui s'en cacherait bien ! Bref, les mecs savent ce qu'ils font en connaissance de cause, en témoigne l'aspect très carré de ce premier disque aux mélodies bien aiguisées.

Bien sur, les morceaux ne sont pas tous aussi bons, mais on ne peut nier qu'ils sont tous bien ficelés et qu'ils se font écho sans jamais se répéter. Puis cette impression de "highs and lows" est sans aucun doute du au fait qu'Haram a pondu 3 titres de hautes volées (judicieusement placés dans l'album) avec "Fade Away", "Plastic Hearts" et "Scar Chest", laissant le reste légèrement en retrait. Si pour la suite, le combo parvient se maintenir à son plus haut niveau, je ne donne pas cher de leur peau !

Pour ceux qui n'ont pas totalement oublié les Jawbox et autres pierres angulaires du genre, Haram a de quoi donner un bon coup de jeune, pour les autres, c'est une belle séance de rattrapage. Quoi qu'il en soit, ce premier jet est un sacré bon disque bien rock'n roll comme on l'aime !

Télécharger : Fade Away.

A écouter : Fade Away - Plastic Hearts - Scar Chest
Haram

Style : Post Punk / Post Hardcore
Tags : -
Origine : USA
Site Officiel : harammusic.com
Myspace :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :