Albums du moment
Pochette Upon My Cremation Pyre
Pochette Split avec Link
Pochette Berdreyminn Pochette Bloodlust
Chroniques
Pochette Armageddon
Pochette Forever War
Pochette Heroes Of Mighty Magic
Pochette Stup Virus
Pochette Monolith Pochette We The People

logo Dodecahedron

Biographie

Dodecahedron

Dodecahedron est un groupe de Black Metal expérimental formé en 2006 à Tilburg aux Pays-Bas sous le nom de Order Of The Source Below. C'est en 2011 que Y. Terwisscha Van Scheltinga (Basse), J. Barendregt (Batterie), M. Nienhuis (Guitare), J. Bonis (Guitare, Programmation) et M. Eikenaar (Chant) décident d'adopter ce patronyme. Dans leur premier album éponyme qui paraît en 2012 chez Season Of Mist, Dodecahedron y développe une musique profonde, complexe et technique ou la violence des compositions y côtoie des passages d'une froideur extrême.

Chronique

Kwintessens ( 2017 )

« L'existence n'est pas quelque chose qui se laisse penser de loin: il faut que ça vous envahisse brusquement, que ça s'arrête sur vous, que ça pèse lourd sur votre cœur comme une grosse bête immobile - ou alors il n'y a plus rien du tout [...] »

Dodecahedron écartèle l'esprit, livrant une offrande dédiée au plus haut des cieux et aux plus noires abîmes. Autrefois plus suffocants sur leur premier méfait, les géniteurs de Kwintessens livrent une ode à la dissonance, empruntant ici les voies sinueuses foulées par Ved Buens Ende, Deathspell Omega, Terra Tenebrosa ou Blut Aus Nord. Cinq ans après ses premiers pas, Dodecahedron poursuit sa chute tout en voyant plus grand. Production léchée et moins hermétique, présence de reverb agrandissant le spectre sonore, autant d'atours qui confèrent à la musique du quintet une touche magistrale tout à fait à propos. A l'image des pontes de l'obscur sus-cités, nos musiciens aiment bâtir des édifices, des mouvements mid-tempo où le bizarre rampe lentement avant qu'une avalanche ne nous fauche de plein fouet (Hexahedron-Tilling The Human Soil). Perché du haut de  ce tumulte, on retrouvera ainsi avec plaisir un vocaliste cette fois sur le devant de la scène qui balaye toute linéarité, s'adonnant à des râles gras et voraces tout en conservant le froid des vociférations Black Metal. Une performance à rapprocher de Maniac (Mayhem) ou d'Abigor qui a le mérite d'être l'un des vecteurs majeurs d'émotions et d'instaurer du défi pour le live. 

« [...] Vider les instants de leur graisse, les tordre, les assécher, me purifier, me durcir, pour rendre enfin le son net et précis d'une note de saxophone [...] »

Après une introduction au ton martial, les Néerlandais nous plongent immédiatement dans une mare hostile de riffs anti-harmonieux et détraqués. De quoi se sentir littéralement nauséeux. Claustrophobe aussi, vus les kilos de plomb assénés par des morceaux comme Octahedron-Harbinger qui t'enterre vivant par ses accalmies glauques, ses non-mélodies répugnantes à t'en  paralyser le diaphragme tant le malaise est présent. Finale et son Dark Ambient mortuaire aux effets Noise finira son travail de fossoyeur en scellant la dalle qui sera désormais ton ciel à tout jamais. 
Rideau. Noir chaotique.
Sur Kwintessens, la lumière n'est de toute façon qu'un refuge en trompe-l’œil. Interlude ne nous laissera sortir la tête de l'eau que quelques instants avant une rechute inexorable. De même, Dodecahedron-An Ill Defined Air Of Otherness semble annoncer une élévation soudaine avec ses guitares flamboyantes presque Post-Black, mais ce ne sera que pour mieux nous brûler les ailes au contact d'un chant décharné. Plus humaine que jamais, la voix côtoie sévèrement les élucubrations de Lifelover ou Bethlehem pour broyer les entrailles qu'il te restaient. Le transcendental bad trip. 

Par ses compos génialement horribles, ce genre de disque soulève la question du masochisme musical. Quel plaisir à écouter une chose pareille ? Se torturer de la sorte a quelque chose de jouissif et d'énigmatique. Sans doute que quelque part, nous sommes tous fascinés et effrayés par le vertige, la douleur et l'infini. 

« […] Je suis libre: il ne me reste plus aucune raison de vivre, toutes celles que j'ai essayées ont lâché et je ne peux plus en imaginer d'autres. ... Seul et libre. Mais cette liberté ressemble un peu à la mort. » La Nausée, Jean-Paul Sartre (1938).

A écouter : Dodecahedron-An Ill Defined Air Of Otherness, Hexahedron-Tilling The Human Soil
Dodecahedron

Style : Post-Black-Metal
Tags : - -
Origine : Pays-Bas
Site Officiel : ddchdrn.com
Facebook :
Amateurs : 6 amateurs Facebook :