Découverte
Pochette Jarod

logo Dead Kennedys

Biographie

Dead Kennedys

Dead Kennedys est l'une des plus célèbres formations de hardcore américain de tous les temps. Le groupe se constitue en 1978 lorsque Jello Biafra répond à une annonce de East Bay Ray passée dans un magazine musical. Ils sont rapidement rejoints par Klaus Flouride (basse), un second guitariste passé à la postérité sous le nom de 6025, et le batteur Ted, remplacé à la fin de l'année 1980 par D.H. Peligro.

Les Dead Kennedys effectuent leur premier concert au Mabuhay Gardens en juillet 1978. Très rapidement leur notoriété grandit autour de San Francisco et le groupe enregistre son premier single "California Über Alles" un an plus tard, sur son propre label Alternative Tentacles Records, sur Fast Products au Royaume Uni. Suivent "Holidays in Cambodia", "Kill the Poor" et "Too Drunk to Fuck", qui atteindra le Top 40 en Angleterre en 1981, et enfin le premier album Fresh Fruits for Rotting Vegetables.

Les Dead Kennedys asseoient leur réputation en écumant tous les coins du Canada et des USA. Ils effectuent leur premier concert en Angleterre en 1980 qui s'avère être un succès. Dès lors les tournées et les albums s'enchaînent.

Toutefois, l'attitude provocatrice des Dead Kennedys leur attire les foudres des mouvements bien pensants, P.M.R.C. en tête. Déjà Jello Biafra avait créé une belle pagaille lorsqu'il s'était présenté aux élections municipales de San Francisco. La sortie de Frankenchrist en 1985, accompagné d'un poster reproduisant le tableau Penis Landscape du peintre suisse H.R. Giger, amène le groupe dans une procédure juridique dans laquelle les Dead Kennedys sont accusés de corrompre la jeunesse. Lavé de toute accusation au titre du premier amendement relatif à la liberté d'expression, le groupe décide tout de même de se séparer après la sortie de Bedtime for Democracy, miné par des tensions qui persisteront encore quinze ans après.

Les Dead Kennedys jouent leur dernier show en mars 1986 à la San Francisco Area.

Militant altermondialiste et écologiste, auteur de spoken words, Jello Biafra n'en a pas pour autant cessé toutes activités musicales, bien au contraire. Depuis la séparation des Dead Kennedys il a signé des projets aussi divers que Lard, Tumor Circus, s'est associé à NoMeansNo, D.O.A., Mojo Nixon, Reverend Horton Heat et dernièrement les Melvins avec qui il a fait une prestation très remarquée au Fury Fest 2005.

Après avoir gagné le droit d'utiliser le nom et le répertoire des Dead Kennedys, les trois autres membres restants tentent de faire revivre le mythe avec plus ou moins de succès.

Chronique

17 / 20
11 commentaires (18.82/20).
logo amazon

Fresh Fruits for Rotting Vegetables ( 1980 )

"California Uber Alles", "Holidays in Cambodia", "Kill the Poor", que quiconque ne connaît pas au moins un morceau des Dead Kennedys lève le doigt - le majeur en l'occurence. Que ce soit par l'intermédiaire de reprises (Sepultura, Napalm Death...) ou les originaux, il est humainement impossible d'avoir échappé aux californiens depuis leur séparation en 1987. 

Premier album des Dead Kennedys, sorti en 1980, Fresh Fruits for Rotting Vegetables est un véritable juke-box punk. Disque d'or en Angleterre lors de sa parution, il renferme les plus belles perles du répertoire du groupe. De "Let's Lynch the Landlord" à "I Kill Children", en passant par "Chemical Warfare", le style des Dead Kennedys est une insulte permanente au Californian Way of Life. Opposant le caractère consensuel de la surf music des Beach Boys, au punk rock, il est basé sur des compositions au tempo essentiellement rapide ("Kill the Poor", "Your Emotions"), structurées de manière traditionnelle, mais richement ornementées par les sonorités psychopathes du guitariste East Bay Ray - un son semi-saturé reconnaissable entre mille - qui prennent toute leur signification sur "Drug Me" et surtout sur le grandiose "Holidays in Cambodia" dont l'introduction tente de reproduire un raid aérien.
Toutefois, les Dead Kennedys ne seraient rien sans la voix de Jello Biafra. Mélange de crooner et d'évangéliste, son timbre clair procure à l'ensemble une dimension plûtot ironique ("Viva Las Vegas") qui, associé à la guitare de East Bay Ray, mute jusqu'au cynisme.

Dissocier l'artiste du citoyen est chose inconcevable pour les Dead Kennedys. Ainsi, outre le plan musical, l'intérêt des californiens réside également dans leur regard critique à l'égard du système politique et économique américain. Provocateurs jusque dans le nom, la moindre action (textes, concerts) est ressentie comme une véritable attaque en règle contre l'Ordre et la Morale et considérée comme telle par les autorités, en témoigne la présence quasi systématique de la police à chaque prestation du groupe. Bien que satiriques, des textes tels que "California Uber Alles" prenant directement à partie le gouverneur de Californie de l'époque, Jerry Brown, "Chemical Warfare" ou "I Kill Children" stigmatisant les deux composantes d'extrême violence et de conservatisme qui plombent la société américaine, constituent de véritables pamphlets à caractère politique ce qui, étant donné le passif de Biafra en la matière, n'a rien d'étonnant (voir bio).

Au final, Fresh Fruits for Rotting Vegetables est un album unique pour un groupe qui ne l'est pas moins. Il constitue le point de départ d'une carrière à l'ascension fulgurante qui aura définitivement marqué au fer rouge l'Histoire du punk hardcore et permis à Jello Biafra et aux Dead Kennedys d'entrer dans la légende.

A écouter : "Holidays in Cambodia", "Kill the Poor", "California ber Alles"