Découverte
Pochette Démo

logo Dark Tranquillity

Biographie

Dark Tranquillity

Dark Tranquillity se constitue en 1989 à Gothenburg (Suède). Le groupe est formé par Anders Friden au chant (In Flames), Niklas Sundin et Mikael Stanne aux guitares, Martin Heniksson à la basse et Anders Jivarp derrière les fûts.
Fin 1991, le groupe nous livre ses deux premières démos : Trail Of Life Decayed et A Moonclad Reflection. A partir de 1993, la carrière du groupe commence enfin avec Skydancer, les musiciens n'ayant alors que 20 ans. Cet album permet une entrée fracassante sur le devant de la scène, mais c'est aussi le dernier avec Anders Friden qui rejoindra In Flames quelques temps plus tard.
En 1995, Mikael Stane abandonne sa guitare afin de remplacer Anders au chant, et Fredik Johansson occupera le poste de guitariste. Of Chaos And Eternal Light recevra un accueil mitigé en comparaison de son prédécesseur, mais n’entame en rien la motivation du groupe. Toujours la même année, le groupe sort The Gallery et retrouve enfin son public. Puis en 1997, Dark Tranquillity fera un retour remarqué avec The Mind's I.
Deux ans plus tard, l'album Projector voit l'arrivée de Martin Brandstorm (claviers). Cet album change beaucoup des premiers, le groupe délaissant un peu le côté death de sa musique, ce que n’admet pas une partie de son public le plus féru. Cette période entraînera, par répercussion, un changement de line-up en profondeur avant les sorties de Haven en 2000, et de Damage Done en 2002.
Puis le groupe entreprend de faire le point sur sa carrière par le biais du support DVD (Live Damage) et d’un double album (Exposures In Retrospect And Denial). En 2005, Dark Tranquillity continue sur la lancée amorcée par Damage Done avec son dernier album en date qu’est Character. Dès 2002 le groupe décide de s'autoproduire, mais choisit cependant la coproduction avec Tue Madsen pour leur album Fiction qui sort en avril 2007. Août 2008, Michael Nicklasson annonce sur le site officiel qu'il quitte le groupe pour des raisons personnelles, son remplaçant est annoncé peu de temps après, il s’agit de Daniel Antonsson, ancien membre de Soilwork. We Are the Void sort début 2010 ce nouvel opus comprend onze compositions, parfois dans la lignée de celles apparaissant sur Fiction, certains morceaux sont chantés par Stanne avec une voix claire. L'été 2010 est synonyme de tournée en Europe pour Dark Tranquillity, où le groupe sera à l'affiche de nombreux festivals de metal en Allemagne, Suède, Slovénie, Roumanie, ou Ukraine. Avril 2012, Dark Tranquillity signe de nouveau avec Century Media Records, en octobre 2012, le groupe commence l'écriture de son nouvel album. Le 10 janvier 2013, le titre de l'album est annoncé comme étant Construct, idem pour la date de sortie qui est du 27 mai 2013 en Europe, et le 28 mai 2013 en Amérique du Nord. L'album est mixé par Jens Bogren aux studios Fascination Street d'Örebro, en Suède. En février 2013, Antonsson quitte Dark Tranquillity en bons termes, expliquant vouloir se concentrer sur la production et l'ingénierie sonore. Construct sort un peu plus tard dans l’année.

Chronique

15 / 20
9 commentaires (16.28/20).

Atoma ( 2016 )

Construct était l'album du renouveau, voire de la révolution. Pour son dixième album, Dark Tranquillity s'était en effet laissé la liberté d'explorer des terrains plus mélodiques mais aussi un peu plus industriels, en incorporant plus de claviers notamment. Le groupe semblait réellement vouloir faire progresser son Death Mélo vers quelque chose qui se démarque du lot, et réussissait parfaitement la manœuvre sur Construct. La barre est donc très haute lorsqu'Atoma sort en fin d'année dernière, et on se pose légitimement la question fatidique : les Suédois allaient-ils poursuivre cette exploration ambitieuse ou revenir vers ses sources ?

Et bien, ni complètement l'un, ni complètement l'autre... Atoma oublie les mélodies directes de l'album précédent et semble à première vue ressembler au reste de la discographie de Dark Tranquillity (Damage Done en tête de file), mais avec une touche sombre et froide qui met directement cet album à part. Ce nouveau disque est tourné vers des émotions terriblement humaines, terriblement organiques, et le groupe en profite pour utiliser cette proximité et de cette franchise pour retrouver une partie de sa violence d'antan (Neutrality, When The World Screams, mais surtout Encircled, une des meilleures amorces d'album depuis longtemps pour les Suédois).
Puisqu'on parle de hargne, il est bon de signaler que les growls de Mikael Stanne sont toujours aussi bons, tonitruants et pourtant ne semblant ne lui demander aucun efforts. Mais le frontman brille surtout ici sur son chant clair sombre et habité, qui ponctue habilement Atoma (la piste éponyme et Forward Momentum en sont les meilleurs exemples, mais on citera aussi Our Proof Of Life qui rappelle beaucoup Misery's Crown issu de l'excellent Fiction).
Car il y a aussi un côté moins énervé qui élève cette nouvelle livraison, et en plus des chants clairs, cela passe par des ambiances intimes mais inconfortables, construites savamment pour déranger sans être brutales (Merciless Fate, Forward Momentum). Au final, c'est dans ces extrêmes que brille le plus Dark Tranquillity : les parties les plus violentes et les instants d'accalmie. Les entre-deux sonnent un peu réchauffés, peu originaux, et seront les pistes qui lasseront le plus vite (Faithless By Default, Caves And Embers).

Atoma marque aussi les débuts en studio d'Anders Iwers (Tiamat) à la quatre-cordes. Bien qu'assez discret sur cette galette, le bassiste se démarque un peu dans le très bon Neutrality, un des points culminants de ce disque. Comme Dark Tranquillity n'avait toujours pas assez de connections avec In Flames (Anders Iwers qu'on vient d'aborder est le frère du bassiste d'In Flames, c'est pour ça que ça vous disait un truc ; mais en plus de ça le chanteur d'In Flames officie sur le premier album de DT pendant que Mikael Stanne chante sur les débuts de In Flames), c'est Björn Gelotte qui s'occupe brillamment du solo de guitare de Force Of Hand.
Dans sa version japonaise, l'album contient deux titres bonus, The Absolute et Time Out Of Place (qui sont sortis récemment en tant que single online). Ils se doivent d'être évoqués pour leur côté inattendu : chantés uniquement en vocaux clean, les deux pistes bâtissent une ambiance lourde assez proche d'un Opeth période Damnation qui aurait mangé du Depeche Mode. Une surprise, et une bonne.

Sans livrer l'album le plus essentiel de leur carrière, Dark Tranquillity arrive avec Atoma a susciter l'intérêt, à être à la fois cohérent avec leur passé et tourné vers des éléments nouveaux. Rebondir après Construct était une tâche difficile, les Suédois ont relevé le défi sans faillir. Chapeau messieurs.

A écouter : Neutrality, Encircled, The Absolute