Biographie

Commuovere

Trio originaire du Québec, Commuoevere oeuvre dans un mix entre Screamo et Emoviolence au travers de ses différentes productions. Au delà des premiers EPs To love, to touch, to lose, to tears. et Du besoin de disparaitre de soi, le combo participe à un split avec Unable To Fully Embrace This HappinessFei Lung ou encore Eva Ras, mais sort aussi un titre sur une compilation hommage à Jeromes Dream.

Chronique

Du besoin de disparaître de soi ( 2017 )

Du besoin de disparaitre de soi. Au delà de ce titre qui aurait pu être celui d’un recueil de Cioran, c’est également celui du dernier EP en date des québécois de Commuovere. Avec seulement trois titres pour à peine plus en terme de minutes, le trio amorce pourtant une ouverture presque insoutenable d’impatience au vu de l’enchaînement suivant : « Consommer l’absence » amorce le ton du disque. Emoviolence meets Screamo, ou Tristan Tzara loves Orchid (« La tentation d’exister ») pour les plus anciens versus Kishote kisses The Ultimate Screamo Band.

Ca fuse, avec au final peu de mots pour accompagner cet enchevêtrement foutraque de notes. Le son se sature vite sous un déferlement continu instrumental (« Consommer l’absence ») et l’accalmie de « Dépersonnalisation / Déréalisation » n’aura comme véritable effet que d’introduire le dernier titre, qui laisse planer une forte ombre d’Orchid sur sa dernière moitié. Difficile d’aller au-delà de certaines références dans des styles extrêmes, mais Commuovere s’emploie à effleurer cette même sensibilité, et y arrive pleinement (« Consommer l’absence »).

Ainsi donc, entre Screamo et Emoviolence, Commuovere se lâche. Peut être que le morceau central eu été de trop pour certains, mais les deux autres sont emplis de passion. Et ces mots qui parlent de vide ne font que le confirmer. D’autant plus lorsqu’on s’appelle « Emouvoir ».

A écouter : Consommer l’absence