Titre : Yellow & Green Année : 2012
Nombre de titres : 18

Tracklist
Disc 1 :

01. Yellow Theme
02. Take My Bones Away
03. March To The Sea
04. Little Things
05. Twinkler
06. Cocainium
07. Back Where I Belong
08. Sea Lungs
09. Eula

Disc 2 :

01. Green Theme
02. Board Up The House
03. Mtns. (The Crown&Anchor)
04. Foolsong
05. Collapse
06. Psalms Alive
07. Stretchmarker
08. The Line Between
09. If I Forget Thee, Lowcountry
Acheter : logo amazon
Label : Relapse Records
Collection : 16 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 14.86/20 (14 avis dont 8 avec commentaire)


Ecouter l'album :

Laisser votre avis

Commentaires

lelag 15 / 20 Le 30/11/2012 à 14H54

Album sous estimé. Passe plutôt bien, même si les compos péchues des deux premiers albums manquent un peu...

Analex 18 / 20 Le 23/11/2012 à 16H20

Du très bon sludge a leur sauce, parfait quoi !

franzis 17 / 20 Le 14/08/2012 à 11H52

Au début j'avoue que c'est difficile puis, après une bonne dizaine d’écoutes et être plongé dans le cd, j'aime! la recherche de sons, effets, le chant on aime ou pas, un bon voyage profond !

Farfadeath 14 / 20 Le 06/08/2012 à 14H03

Je suis partagé aussi... mais c'est vrai qu'on sentait déjà poindre la transformation sur le Blue album (qui avait déjà cette dimension psyché mais avait l'avantage de garder le coté épique des compos passées).

Ça me fait un peu beaucoup penser à la transition Leviathan => Blood Mountain chez Mastodon effectivement.

Au final au delà de ce disque ce qui me dérange c'est que trop de groupes nés à la même période et œuvrant dans les mêmes courants ou presque (Baroness, Mastodon, Torche, Kylesa... J'oserai même ajouter Dredg). Et que trop de ces groupes se sont finalement embourbés dans une sorte de musiques psyché/pop de bisounours de moins bonne qualité que ce qu'ils faisaient avant (quand ils avaient des cojones). Qui à vraiment réussi sa métamorphose? Mastodon, le temps d'un album (Blood Mountain), Kylesa? Rien d'exceptionnel (surtout que faire de la pop sans savoir chanter c'est dur quand même). Dredg? HAHA. J'ai malheureusement bien peur que Baroness ne suive la même voie que ces groupes et ça, ça fait flipper.

Ceci étant cet album reste sacrément bon, sucré mais pas trop, burné mais pas trop, un bon mix de tout ce que sait faire Baroness finalement. Attention toutefois à ne pas perdre son identité en court de route!

(PS : Black Mountain c'est bon, mangez-en!)

ridu 16 / 20 Le 06/08/2012 à 12H41

Chronique qui va dans le sens de mon avis même si je suis un peu moins dur sur la note finale.
Après plusieurs écoutes et une première impression négative vite dissipée (sonorités pop, parfois mielleuses, omniprésentes et un format double album qui laisse dubitatif), je peux le dire, ce dernier Baroness est une réussite qui dévoile effectivement un gros potentiel. Aérien et lumineux, mélodique et vivifiant, le son est clairement plus lisse et moins puissant que sur les précédents albums mais celui-ci se révèle tout de même être un véritable baume à coeur, stimulant les énergies positives et invitant au voyage. Une sortie finalement largement opportune et inspirée.

MYmiMY 15.5 / 20 Le 06/08/2012 à 00H31

Déçu a la première écoute du double album, ce dernier opus révèle un gros potentiel . En effet cet album fait très rock psychédélique mais avec une influence sludge , notamment Cocainium ,le refrain est fou, on dirait du sludge "pop-isé" Franchement Yellow est bien , green mise appart Green theme et the line between il y a rien d'autre....
Par contre Baroness en live sur cet album est vraiment bien , en live c'est du Baroness ,ça poutre ! les chansons ont une grosse patate en live... contrairement a l'enregistrement. Je met 15,5 parce que en live ça défonce !

bing666 10 / 20 Le 27/07/2012 à 04H05

Franchement si c'est pour écouter du nickelback qui se prend la tête, autant écouter le vrai nickelback. Je suis méchant là.... Scusez mais faut vraiment avoir pris un bon valium pour apprécier cet album et un petit antianxiolitique pour faire passer ce chant misérable. Bonne digestion.

Denton62 15 / 20 Le 21/07/2012 à 22H57

Difficile de commenter cet album de Baroness... D'abord parce qu'il s'agit d'un double album, et ensuite parce qu'il est clairement plus accessible que ses prédesseurs.
Tout d'abord je vais aborder les défauts que je lui trouve, et ils sont nombreux :
D'une le chant de John Baizley est omniprésent, fini les cris ou hurlements, et malheureusement celui-ci n'est pas toujours au point, il suffit d'écouter Board Up The House ou en encore The Line Between pour s'en rendre compte, et même s'il s'agit de bons morceaux, le chant peut apparaître agaçant au fur et à mesure des écoutes.
Les guitares sont très limpides, très peu de grasses distortions ou riffs de tueur sur les 2 galettes, et c'est bien dommage ! Ainsi dans la continuité de ces deux défauts on peut aussi dire que l'ensemble des morceaux sont bien trop "calmes", il manque en effet deux ou trois morceaux plus couillus, plus dynamiques pour éviter l'homogénéité générale des deux disques.
De même on pourra reprocher le manque de personnalité de chacun des deux disques, il n'y a pas vraiment de différences notables. D'ailleurs la déception est au rendez-vous lors de la première écoute, lorsque vient le moment de passer à Green, on est en droit de s'attendre à quelque chose de plus abrasif, acide (la couleur verte) mais finalement le son de celui-ci est même plus rond et chaleureux que Yellow, la faute à une basse un peu plus mise en avant. Il y a certes quelques moments qui y correspondent, les débuts de Board Up The House et de The Line Between se calment malheureusement assez rapidement, et la fin de Psalms Alive qui aurait pu être une franche réussite sans le début en "guimauve".
D'ailleurs quelques autres titres sont à regretter à cause ,notamment, de leur manque de vigueur, parfois trop faciles ou même inutiles
Little Things malgré un excellent solo, l'intro Yellow, Twinkler, Foolsong, If I Forget Thee, Lowcountry.

Maintenant il est temps de parler des qualités de Yellow & Green qui sont nombreuses elles aussi. A commencer par les ambiances, qui sont tantôt tendues, tantôt aériennes ou chaleureuses, l'ensemble est avant tout une invitation au voyage, puis un retour vers son foyer Back Where I Belong, Sea Lungs, Eula, If I Forget Thee, Lowcountry, March To The Sea. De même on ne peut que féliciter le retour d'une partie rythmique hors du commun du niveau de Red Album, avec une basse très bien mixée et qui apporte énormément au son plus pop des albums, ou encore une batterie digne de ce nom qui se montre à la fois technique et impressionnante tout en étant proche de la sonorité du dernier album en date Blue Record, après un passage à creux dans ce dernier.
Enfin on peut aussi noter le duo de guitares qui est plus efficaces que jamais malgré des riffs beaucoup moins sludge qu'avant, on y retrouve tout de même avec plaisir quelques arpèges infinis toujours aussi réussis ( Sea Lungs, Cocainium, Mtns. (The Crown&Anchor), March To The Sea).
Bref Baroness nous offre un excellent double album (absolument pas justifié soit dit en passant) avec quelques passages longs mais également quelques perles (March To The Sea, Cocainium, Sea Lungs, Eula, Mtns. (The Crown&Anchor), The Line Between) parmis d'autres plus conventionnels (Take My Bones Away, Back Where I Belong, Green Theme, Board Up The House) mais toujorus très réussis.