Albums du moment
Pochette The Dusk In Us
Pochette In Contact Pochette Sterilize
Chroniques
Pochette The Always Open Mouth
Pochette Insignificant
Pochette Cutting Pieces
Pochette Mass VI
Pochette Vestigial
Pochette Urn
Pochette United States of Horror Pochette 06 72 43 58 15
Découverte
Pochette Démo Rose

logo At The Gates

Biographie

At The Gates

Quintet originaire de Gothenberg en Suède, At The Gates voit le jour en 1990 sur les cendres de Grotesque. Le groupe sortira rapidement son premier album The Red In The Sky Is Ours dans, non sans être passé par la case démo. Grosse productivité pour les suédois qui conserveront un rythme effréné d'une sortie par an jusqu'à leur split en 1995. Alf Svensson, un des membres fondateurs qui effectuait jusqu'alors un gros travail d'écriture pour  le groupe quittera l'aventure des la fin de l'enregistrement du second album, s'en allant poursuivre d'autres envies artistiques avec Oxiplegatz. Loin d'avoir les effets que l'on aurait pu imaginer, ce départ coincide avec l'explosion de la carrière d'At The Gates qui, bien que déjà doté d'une solide renomée, va totalement s'imposer comme une référence du Death Mélodique sur Terminal Spirit, mais surtout via Slaughter Of The Soul, son ultime production studio parue en 1995. Un album très  marquant considéré par beaucoup comme le Graal en matière de métal extrême mélodique et qui est pour beaucoup dans l'apparition d'un son typique à la scène suédoise dont ils sont avec In Flames ou encore Dark Tranquillity une des références.
Malgré cela le groupe se séparera en 1996, enfantant notamment The Haunted alors que le chanteur allait lui multiplier les projets (Disfear, SkitsystemThe Crown ....). Une compilation voit le jour en 2001 sans pour autant que le groupe n'aie plus d'activité. En 2007, At The Gates déjoue les attentes et annonce une reformation scénique et une tournée des festivals pour l'été 2008. Rien n'a pour autant été composé depuis, le groupe considérant  Slaughter Of The Soul comme une sorte d'aboutissement. En 2014 At The Gates fait son retour avec l'album At War With Reality qui est encensé par toutes les critiques. 

Chronique

17.5 / 20
8 commentaires (17.69/20).
logo amazon

Slaugter Of The Soul ( 1995 )

Au menu aujourd’hui : leçon de Métal. Ni plus ni moins. On prévient ça va être gras à souhait. Le genre de trucs mauvais pour la santé mais tellement jouissif qu’il faudrait être fou pour s’en priver.
Slaughter Of The Soul c’est THE maxi-gueuleton métal, l’orgie du riff. Alors foutez vous-en plein la panse, ce sont les suédois qui régalent de toute façon! Rien qu’à regarder les ingrédients on en salivait déjà : Suède (eldorado des musiques extrêmes) + milieu des années 90 (les 5 glorieuses du métal moderne) + At The Gates, groupe déjà plus qu’impressionnant sur ses précédentes sorties… même amputé des deux mains y’a moyen de préparer une mixture qui ressemblera à quelque chose.

Inutile de dire qu’une fois la galette enfournée dans le mange disque, ce qui en sort dépasse à peu près toutes les espérances et on a vite fait de se dire que les trois quarts des groupes estampillés Death Mélo sortis depuis ne sont finalement qu’un insipide bouillon complété de pain raci qu’une présentation avantageuse nous aura fait prendre pour un plat 3 étoiles au Michelin. Ce disque va tranquillement sur ses 15 ans et n’a pourtant rien d’adolescent. Slaugter Of The Soul est juste la sortie ultime d’un groupe aujourd’hui culte. L’aboutissement d’un son et un des, si ce n’est le meilleur album sorti dans le genre. Alors certes c’est ultra gras – un peu plus et vos enceintes dégueulaient des tranches de lard - et donc dangereux pour le cholestérol ainsi que pour la nuque (si si, les violents hochements de tête en rythme font partie des effets secondaires vous verrez) mais bordel de dieu que c’est bon! Les vocaux sont hyper méchants, soutenus par une section rythmique complètement frénétique et accompagnés par une des plus grosses usines à riffs de toute la décennie 90’s. Car c’est bien là qu’At The Gates fait mal : le mastodonte nordique sait s’habiller de mélodies imparables sans voir sa force de frappe faiblir pour autant. High-kick retourné pour décrochage de nuque à prévoir sur des titres comme Under a serpent sun, Need, Suicide Nation au encore Nausea (« Nauseaaaaa!!! »).

Et pour les plus courageux/moins fainéants, penchez vous donc sur les textes. Pas étonnant qu’on retrouve Tomas Lindberg chez Skitsystem ou Disfear parallèlement ou suite au split d’At The Gates à vrai dire… Car bien évidemment il y a un mais à toute cette histoire. Le groupe se sépare en 1996 sur les ruines encore fumantes du catclysme sonore provoqué par Slaughter Of The Soul et Lindberg s’en ira se crustiser façon vikking alors que d’autres s’en iront former The Haunted, groupe non moins talentueux, agressif et bruyant. De toute manière At The Gates n’aura désormais plus besoin d’exister en tant qu’entité musicale pour régner en maître sur tout un pan de la scène extrême. Slaughter Of The Soul est son meilleur ambassadeur et est suffisamment grandiose pour effectuer le travail seul. Enfin, le groupe se reformant actuellement pour une tournée des festivals… n’hésitez pas à aller vous y graisser les feuilles car ça promet d’être sacrément costaud. Pour une fois que votre médecin préféré vous incite à vous faire un  abus en vous disant que c’est pour votre bien, vous auriez tort de vous en priver!

A écouter : encore!