Albums du moment
Pochette Fallow
Pochette Material Control
Pochette Eroded Corridors Of Unbeing Pochette The Dusk In Us
Chroniques
Pochette Strange Peace
Pochette Electric Shades
Pochette Endeligt
Pochette Reflections Of A Floating World Pochette Pathetic Mankind
Découverte
Pochette Démo

logo Amenra

Biographie

Amenra

Amenra, malgré son nom, ne vient pas d'Egypte mais de Belgique. Venant du Hate 8000, collectif Hardcore / Metalcore Belge des années 90, le groupe formé d'ex-Spineless, Lordz ou Firestone fait évoluer sa musique pour petit à petit atterrir sur les plages Post-Hardcore, style connaissant un engouement de plus en plus visible. Après la sortie de plusieurs EP, LP et splits (avec Gameness, Gantz, Vuur), 2006 voit le jour de Mass III, le premier album du groupe. Même si fortement influencé par les formations phares du mouvement (Isis, Neurosis, Cult Of LunaAmenra développe pourtant une lourdeur extrême et personnalité autre notamment avec des visuels et un concept très marqués. Le groupe aime également se produire dans des lieux insolites : forêts, défilés de sous vêtements, vieilles églises... 
En 2008, Amenra revient avec Mass IIII, plus atmosphérique mais toujours aussi intense. Après plusieurs concerts remarqués, Amenra se produit en première partie de Neurosis en 2011 à Paris puis signe l'année suivante chez Neurot Recordings pour la sortie de Mass V.
Cinq ans plus tard, Mass VI est considéré par de nombreux observateurs comme un nouveau tournant dans la discographie des belges. Moins lourd, il donne d'avantage de place au chant clair.

17 / 20
24 commentaires (15.71/20).
logo amazon

Mass VI ( 2017 )

Depuis 2004 la série des Mass porte en elle une malédiction qui lui confère la beauté des plus grandes tragédies. Nées des peines et des souffrances de ses créateurs, chacune de ses pièces est la transcendance sublimée des affres de leur désespoir. Cette fois, c’est le décès de la mère du batteur qui, dans un processus cathartique, déclencha le besoin libératoire de se retrouver, de composer et d’enregistrer. Comme pour chacune de leurs productions précédentes, Mass VI représente donc bien plus qu’une collection de morceaux pour les membres d’Amenra.

En deux décennies, dans un mouvement de fusion dans lequel, progressivement, les frontières entre les sources d'inspiration, l'œuvre et les musiciens se sont effacées pour ne former plus qu'un, les courtraisiens se sont forgés une identité allant bien au-delà d’une signature musicale. Amenra est maintenant aussi une image, véhiculée par leurs clips et leurs performances scéniques, toujours très visuelles. L’univers des belges dépeint ainsi un monde de nature morte, désincarné, déserté par la couleur et dans lequel, au milieu des ruines d’anciens lieux de culte, les seules formes de vie non animale que l’on croise ne semblent être mues que par une implacable et froide mécanique rituelle et sacrificielle.

Force est de constater que l’amateur d’Amenra n’est, depuis environ dix ans, pas très bousculé, à chaque nouvelle sortie une certaine continuité étant toujours de mise. C’est donc en toute quiétude que l’on aborde Mass VI. Seulement voilà, la première rencontre avec ce nouveau venu est assez déconcertante. Tout parait être en place mais pourtant rien ne semble comme avant. Un peu comme si, éloignés d’une scène, le son et l’image nous arrivaient de manière désynchronisée. Une foule d’éléments nous parviennent alors de façon très brute, déconnectés les uns des autres : la plus grande présence du chant clair, le couplet en français de Plus près de toi et ce sentiment global que l’oppression ne se fait plus aussi prégnante que par le passé. Plusieurs écoutes sont ainsi nécessaires pour dépasser l’inertie de l’image que l’on s’est formée de la manière dont le groupe « doit » sonner, pour se rapprocher de leurs intentions et surtout pour comprendre les apports de ces ajouts qui bientôt ne nous apparaissent plus comme tels. La chape de plomb n’est certes plus aussi lourde mais en contrepartie, minutieusement façonnée, elle a gagné en relief laissant ainsi l’opportunité à des sentiments inédits, tels la fragilité, d’exister. 

Lorsqu’il s’agit d’écrire sur le 6ème LP d’un groupe, le tropisme naturel est de porter son attention sur les nouveautés, les éléments marquants. La discographie d’Amenra est pourtant à l’image de leur musique : elle suit une évolution lente et progressive évitant les écarts brutaux. Mass III est identifié comme l’album charnière mais c’est oublier que Mass II qui, avec Ritual I et Ritual II, avait posé les premières bases du style qui leur est désormais propre. Il en est de même avec Mass VI qui ne cherche pas la disruption. La sublimation de la souffrance est toujours de mise, seuls les chemins pris ont changé. On finit toujours donc par se laisser transpercer par les cris de Colin H van Eeckhout. On fait sienne sa douleur, son désespoir. On frissonne à l’écoute des interludes en spoken-word en flamand qui rajoutent à la solennité du moment. On est déchiré par la rencontre des chants clair et hurlé de A Solitary Reign et on se demande comment on a pu douter.

Mass VI n’est pas le meilleur album d’Amenra, tout simplement parce que cela n’a pas de sens. Comme son nom l’indique, il est le fruit de l’héritage de ses prédécesseurs, sans lesquels il n’existerait pas. Il ne peut ainsi être compris seul et doit être abordé avec une approche holistique de la discographie des belges. En revanche, il est le sublime témoignage d’un groupe qui, en pleine maîtrise de son art et affranchi de toute contrainte donne libre court à son inspiration et à ses envies.

Deux versions de Mass VI sont disponibles : une américaine (bandcamp), mixée par Billy Anderson, et une européenne (bandcamp), mixée par Jack Shirley. La plus grande différence se fait entendre sur l’ouverture Children Of The Eye, plus longue de longue de 2 minutes sur le second mix.

16.5 / 20
16 commentaires (17.28/20).
logo album du moment logo amazon

Mass V ( 2012 )

Amen Ra. Ce nom a le talent de retourner les tripes, de serrer bien fort les organes jusqu'à agonie lente. Mass V, c'est l'album attendu, le messie signé chez Neurot Recordings. Alors autant dire que la première écoute, tout comme la seconde et les multiples suivantes, furent baignées d'une aura salvatrice pour ceux qui s'impatientaient depuis 4 ans.

Je faisais partie des déçus de Mass IIII, manquant de charisme face à III. Et avec V, je n'ai plus qu'à savourer mon désespoir. Ils l'ont fait : aller plus loin qu'avant, allier encore et toujours obscurité et lumière fatiguée, avec un Colin survolté, une ambiance caverneuse amplifiée ("Nowena") et une douleur qui s'abat encore et encore, sans relâche.
L'Oeuvre n'est plus ici simplement sans concession, noire. Elle est majestueuse, avec le renfort de Scott Kelly (Neurosis) pour forcer une dernière fois à plier l'échine. Les sensations sont multiples, parleront à ceux qui se recroquevillaient déjà sur Mass III, laisseront couler les larmes sur "A Mon Ame" et sa litanie ensorcelante. Heureusement pour nous, les Belges ont repris du poil de la bête, sont allés à l'essentiel malgré une progression qui donne naissance à des titres oscillant entre 9 et 13 minutes. Pourtant, oubliez artifices et fausses montées en puissance : chaque instant de Mass V est crucial pour la pertinence de l'oeuvre et sa stabilité. Même les premières notes hésitantes de "Deadborn and Buried", ces cris familiers chevauchant les multiples riffs reconnaissables - même si la touche "Neurot" est bien visible sur la production - qui donnent lieu à un véritable cérémonial funeste ("Deadborn and Buried", "Boden").

Il n'aura suffit que de "A Mon Ame" pour me convaincre. Amen Ra est grand, bien plus que sur III ou IV, et pourtant la tâche était ardue pour arriver à égaler certains morceaux phares du combo. Mais Mass V surenchérit, avec une apparente désinvolture qui donnerait presque envie de pleurer.
Au final, l'artwork de grotte d'un noir profond était peut être le meilleur moyen d'initier la découverte de Mass V.

A écouter : A Mon Ame
14 / 20
10 commentaires (15.8/20).
logo amazon

Mass IIII ( 2008 )

Compliqué de succéder au cérémonial III. Surtout lorsqu'on a laissé tant de chair, tant de sang sur l'autel. On se demande même combien de temps va durer cette contrition, cette autoflagellation avant de sombrer dans l'aliénation la plus totale. 

Même décor ténébreux, mêmes ustensiles de célébration, même sensation d'étouffement, plongée dans les affres tourmentés d'âmes en totale perdition, Amen Ra récidive dans un registre qu'on lui connaît déjà, un chant sous produit émis depuis l'obscurité d'une crypte, un prêtre (Colin) loin d'être un comique, toujours en transe, en proie avec ses angoisses et ce qu'il a de plus noir, enfoui au plus profond de son être. Comme son prédécesseur, Mass IIII est une séance d'exorcisme, une danse chamanique saisissante d'effroi qui, pour le coup, s'avère plus raide et ce même si la production nickel tente de nous faire croire le contraire.
Ici pas de sirène au chant de cristal, pas de mélodie rédemptrice pour nous amadouer et faire passer la pilule. Ce qui ne va pas sans risque d'ailleurs "Silver Needles Golden Nails" et "Razoreater" manquant un peu trop de souffle et d’aventure pour nous engloutir totalement. Il en va autrement de "De Dodenakker" sur lequel Amen Ra appuie sur les plaies pour les faire saigner avant de nous emporter dans ses bras et nous attendrir avec le surprenant "Thurifer er Clamorad te Veniat", plus atmosphérique, plus mélancolique, avec un petit côté psychédélique. L’œuvre se fortifie avec "Le gardien des rêves" où le quasi murmure de Colin est chatouillé de douceurs éthérées prenant progressivement possession de l'espace, lentement, assurément, avant d'éclater inévitablement en bout de course. Bien fait, bien structuré mais malheureusement dépourvu aussi de cette capacité de pressurisation qui était la spécialité d' Amen Ra jusque là.

Un final qui rachète en partie un prologue plutôt timide mais un album dans l'ensemble peut-être en dessous du potentiel des flamands. Avec des possibilités de se retourner assez minces, Vincent Tetaert ayant remis son chasuble à l'office, il se pourrait bien que le rituel cesse avec Mass IIII.

Tracklist : 1. Silver Needle, Golden Nail ; 2. Razoreater* ; 3. De Dodenakker; 4. Thurifer et Clamor ad te Veniat; 5. Terziele ; 6. Le gardien des rêves ; 7. Aorte nous sommes tous du même sang*.

A écouter : Le gardien des rêves; Aorte, nous sommes tous du même sang
16 / 20
22 commentaires (17.66/20).
logo amazon

Mass III ( 2006 )

Voilà déjà quelques années que Amen Ra fait son nid; auparavant plutôt confidentiel et connu essentiellement en Belgique, leur pays d'origine, ce Mass III va leur permettre de se faire un nom en dehors de leurs frontières, tant mieux. Le nombre de groupes évoluant dans le post hardcore (terme regroupant de plus en plus de groupes et donc de "genres") ne cesse de croître et la qualité ne semble pas encore affectée, Amen Ra donne en effet dans une musique à forte teneur en Isis, Neurosis et Cult Of Luna. Contrairement à ses derniers Amen Ra ne ponctue pas ses morceaux de longs passages post rock, au contraire aux passages légers d'un Cult Of Luna Amen Ra oppose une lourdeur doomesque des plus angoissante.

Lourd, très lourd, ce 6 titres d'Amen Ra est un pavé compact (d'où son nom?) colossal, le genre d'album qui vous met à terre par sa noirceur et le poids, quasi physique, véhiculé par les instruments. Certes du lourd on en a vu depuis des années, Black Sabbath et ses innombrables bâtards ont labouré ce chemin crasseux depuis des décennies, même Neurosis, et ses imposants monolithes discographiques, nous a souvent mis à terre. Mais ce Mass III est un concentré de tout ce qui a pu être fait, ici pas d'ambiance embrumée façon Electric Wizard, non on donne dans la noirceur qu'on se prend pleine gueule, violente et sans concession.
Les instruments, spécialement basse / guitare distillent leurs rythmes pachydermiques et quasi hypnotiques sur chaque titre, la guitare se fera plus aiguë l'espace de quelques instant, ne faisant que mettre en avant la lourdeur oppressante qui l'entoure. La voix en retrait, comme prisonnière des instruments l'accablant à chaque note, se modulera et apportera des ambiances bien distinctes, parfois claire comme sur Le Fil des faux elle sera le plus souvent criarde (le passé hardcore du groupe?) et se verra même accompagné d'une superbe voix féminine sur Am Kreuz.
Quelques passages seront moins empreints de ce poids écrasant (Ritual notamment) mais cela ne durera pas. Ce même Ritual finira dans un chaos cataclysmique, une pure jouissance pour les amateurs du style.

Ce Mass III devrait faire des heureux, du coté de ceux aimant la lourdeur forcément (cette chronique vous l'a assez rabâché je pense) et aussi peut être une bonne façon de passer du hardcore vers le post hardcore; le feeling HxC étant en effet tout de même présent. Quoi qu'il en soit ces 6 titres sont de petits bijoux, et semblent plus constituer un tout qu'un enchaînement de titres. A quand une tétralogie ?


MP3 : Ritual

A écouter : Am Kreuz, Ritual