Albums du moment
Pochette Fallow
Pochette Material Control
Pochette Eroded Corridors Of Unbeing Pochette The Dusk In Us
Découverte
Pochette Démo

logo Against Me!

Biographie

Against Me!

Against Me! est né en 1997, à l'époque où Tom (chant / guitare), seulement agé de 17 ans, entamait une carrière solo faite de multiples concerts. Uniquement armé de sa guitare acoustique et de sa voix très particulière, il parcoure la Floride avant de décider, en 2001, de recruter pour faire ce qu'Against Me! est aujourd'hui. Warren (batterie), James (guitare) et Andrew (basse) le rejoignent pour au préalable s'exposer à la scène DIY dans laquelle ils s'investissent beaucoup. Sortie de LP aux couleurs différentes, de démo gravé avec une pochette papier où ils écrivent au bic les remerciements et titres des chansons... Et puis 2002 arrive et le groupe sort son premier album Reinveting Axl Rose, en hommage au chanteur des Guns'n Roses, une véritable bombe qui fera trembler le milieu punk rock. Fat Mike, qui a toujours du flair, les repaire et les fait immédiatement signer sur Fat Wreck qui sortira en 2003 As The Eternal Cowboy puis en 2005 le DVD We're never Going Home et le dernier album en date Searching For A Former Clarity.

12 / 20
5 commentaires (13.9/20).
logo amazon

New Wave ( 2008 )

L'erreur est enfin réparée. Un an après sa sortie "officielle", le dernier album d'Against Me! , New Wave, n'avait toujours pas pointé le nez de sa pochette plastique dans les bacs Français. Dispo uniquement en import.
Vous me direz, qu'est-ce que ça veut dire "pas sortie en France" quand c'est sur le net? C'est vrai. C'est pour cela que Fargo nous sort l'album en version deluxe, 5 "Bonus Tracks", des face-B pas si B que ça ("Full Sesh", "You Must Be Willing", "Gypsy Panther", "So Much More" et "Untitled") avec un livret 24 pages regroupant les illustrations de l'artiste Steak Mtn..

Nous avions laissé nos compères avec un live et un dvd, et autant ça transpirait à grosse goûte sur scène, autant ça sentait un peu l’humidité après la signature du combo sur une major. On voulait croire au miracle, se dire qu'ils ne sombreraient pas comme Anti-Flag, qu'ils résisteraient à la broyeuse, à la faucheuse de rythme, à la mangeuse d'inspiration, à la liquidation de l'effervescence du mix tout particulier d'Against Me!, alliant folk, rock et punk-rock. C'était sans compter sur la force d'une major.
Quoiqu'on en pense, qu'on en dise, qu'on en écoute surtout, Against Me! vient de nous pondre un truc (trop) produit (par Butch Vig), avec moins de folk et plus de pop; moins de punk et plus de backing niaiseuses. L'album reste au-dessus de la mêlée, certes, mais on est en dessous du niveau d'Against Me! Comme toujours, les live du groupe sont démentiels, même avec les nouvelles tunes, mais on reste bloqué dans nos starting blocks en écoutant la galette. C’est un peu comme quand tu marches sur une dalle de béton frais.
On y retrouve "American Abroad" qu'on avait trouvé sur leur live et qu’on continue d’aimer, "Animal" laisse entrevoir une couleur stoner-rock du combo floridien, sans vraiment nous convaincre, "Gypsy Panther" est un peu poussive, "White People For Peace", malgré un contenu idéologique pertinent, est d’une pâleur sans nom, et si les « protest song » deviennent des hymnes de cet acabit, le grand soir risque de se transformer en une sérieuse gueule de bois du lendemain. Pourtant "Up The Cuts" nous emmène dans des contrées assez sympathique, sans trop savoir pourquoi. "Trash Unreal" nous ramène au meilleur d'Against Me!, la voix éraillée, la batterie simple, métronomique et efficace, le refrain imparable. "The Ocean" est touchante, et on ne peut nier de la sincérité de Tom Gabel quand il interprète cette chanson, toute en mélancolie. Et que dire quand ils la jouent en acoustique ? Le tube de l’album "STOP!"(dont il existe deux bons clips ) tape juste et fort, dans un style très Againstien.
On s’aperçoit que là où le combo est le meilleur, c’est quand il revient à ses racines, l’acoustique, le direct. Ben Lee est même tombé amoureux de l’album au point d’en reprendre chacun des titres en acoustique. (dispo gratuitement ici )

Alors qu’en penser ? Qu’on s’est un peu éloigné du terrain de jeu d’Against Me ! Où sont les "Miami", "Pint of Guinness make your Strong", "Reinventing Axl Rose", "Unsubstanciated Rumors…"?, qu’on aime toujours Against Me!, qu’on ira toujours à leurs concerts en priorité et qu’on attends leur prochain attentat sonore qu’on espère plongé dans un bain d'indé. C'est fou comme les Residents, dans un autre genre, avaient vu clair en exposant leur théorie de l'obscurité. La créativité artistique évolue dans des mesures inversement proportionnelles à l'exposition médiatique, car l'industrie culturelle, cruelle, est toujours plus normative. Tant pis.

A écouter : STOP!, The Ocean
15 / 20
1 commentaire (18/20).
logo amazon

Americans Abroad!!! Against Me!!! Live in London!!! ( 2006 )

Il y a des groupes comme ça, parfois, qui rentrent dans la cour des grands, sans même frapper, sans dire bonjour…et c’est la claque. Against Me ! fait parti de ces groupes dont la musique est une religion, dont l’électricité des guitares est le sang, dont les fûts de batterie sont les hosties, distillant des pains avec parcimonie. Ce rock suant, suintant, dégueulasse, qu’on ne «comprend» que sur scène, a commencé il y a presque 10 ans pourtant. Against Me ! a réussi a extraire la substantifique moelle de leur prestation live, un live enregistré à Londres, au Mean Fiddler le 21 mars 2006 avec pas moins de 17 morceaux sur la galette dont une inédite, "Americans Abroad", le tout produit et mixé par l’incomparable Jay Robbins (ex-Government Issue, Jawbox). Pas de sur-production, (presque) pas de retouches postérieures en studio, un concert brut et sans concessions. Les versions live des chansons extraites de leur trois albums donnent une incroyable puissance aux refrains ("Reinventing Axl Rose" est à devenir fou !), qu’ils soient folk, country ou punk ; la voix de Tom Gabel est toujours aussi captivante, les paroles oscillent entre le poétique contestataire ("Cliche Guevara", "Unprotected Sex With Multiple Partners") et le delirium tremens (la galopante "You Look like I Need A Drink" ou la tubesque "Pints Of Guiness Make You Strong"), Against Me ! met en transe les foules dans une folie sonore qu’on entend que trop rarement aujourd’hui, dans un monde, il faut bien le dire, un poil aseptisé. Les 'quatre' ont déjà arpentés les Etats-Unis de droite à gauche, de bas en haut, ainsi que l’Europe, le Japon, l’Australie, le Canada… descendu des centaines de litres de bières, casser des milliers de kilomètres de cordes, usé une petite tonne de jeans, perdu quelques litres de sueur ainsi que quelques pour cent de leur capacité auditive. Mais c’est comme ça…et c’est comme ça que c’est bon!
En bonus, une vidéo de "Problems" avec des images live.

Quoiqu’il arrive ce sera le dernier album sur Fat Wreck, les rockeurs sont parti sur Sire/Warner, dont ils admirent le travail du directeur artistique, Seymour Stein (Ramones, Dead Boys, Talking Heads, The Replacements). Prions.

A écouter : "Reinventing Axl Rose"
15.5 / 20
0 commentaire

Searching for a former clarity ( 2005 )

Après avoir été l’un des groupes les plus populaires de la scène DIY ces dernières années, Against Me ! est-il en phase de devenir la nouvelle icône Fat Wreck ?
Ce nouvel album, Searching For A Former Clarity devrait placer la bande de Tom Gabel comme le groupe à l’ascension la plus fulgurante. En trois ans, le quatuor est passé d’obscures concerts dans les squats à la tête d’affiche du dernier Fat Tour. Bluffant !

Visuellement, cet album attire le regard. Une pochette sobre et sombre à l’image du groupe, un palmier éclairé par la lune pour le côté plus fun, plus exotique de la musique des quatre gaillards.
Ces deux termes «exotique » et « sombre » qualifient bien cet opus. Parce que la force principale d’Against Me est cette capacité à composer des chansons à la fois triste (« Joy », « Violence ») et festive (« Mediocrity Gets You Pears (The Shaker) », « Problems »). Des chansons à reprendre main dans la main un soir d’été sur la plage accompagnée d’une seule guitare et d’une chorale d’amis ayant quelque peu abusé de la bibine. On espère tous les voir un jour en concert parce que c’est un groupe où l’émotion se partage et sur scène le groupe ne serait probablement rien sans son public reprenant tous en chœur les deuxièmes voix des « Miami », « How Low » ou encore « Violence » le titre le plus… calme de l’album.

Si certes, cet album est moins « sing along » que les précédents, sa puissance émotionnelle est quelque peu supérieure, le genre d’album qui prend aux tripes. Certains regretteront peut-être que le côté folk-punk qui caractérisait le combo américain soit moins présent que sur la perle Reinveting Axl Rose mais le quatuor use toujours de ces guitares acoustiques, de cette batterie généreuse au rythme tantôt lent tantôt rapide et de différents instruments sur quelques chansons (saxophone et trompette sur « Miami », tambour sur « Unprotected Sex With Multiple Partners »).

Aujourd’hui Against Me ! est d’avantage un groupe rock que punk, mais la richesse du groupe demeure aussi là-dessus. Il sait surprendre. On y retrouve toujours des petits passages blues, country, folk et bien sûr punk. Et puis cette voix… quelle voix ! Tom Gabel possède probablement l’un des meilleurs chants en matière de punk-rock actuel, une voix empruntée à la country à la tonalité assez grave qui dégage réellement quelque chose sur chacune des chansons et qui fait aussi, il faut le reconnaître, la force principale du groupe. Et puis, il a une bonne plume, les paroles de « Unprotected Sex With Multiple Partners » ou de « From her lips to God’s ears » sont d’une vraie richesse lyrique. On ira pas jusqu’à dire que ce mec est parfait mais presque. De même que l’album, qui hormis peut-être le tube « Don’t Lose Touch » qui ne fait pas l’unanimité, est un régal.

Télécharger "Don't lose touch" et "Problems".

A écouter : "Miami", "Unprotected Sex With Multiple Partners"