logo 30 seconds to mars

Biographie

30 seconds to mars

30 seconds to mars voit le jour en 1997 en Californie, on retrouve dans ses rangs Jared Leto (acteur vu dans Requiem For A Dream, Fight Club, Panic Room, Lord Of War, American Psycho, ...) ainsi que de son frère Shannon Leto. Les démos&singles avaient déjà fait monter le buzz, le tout agrémenté de la notorieté grandissante de Jared et c'est en 2002 que sort leur premier album éponyme (longtemps attendu dû au planning chargé de Jared). le groupe joue un métal lorgnant sur le néo mais avec des passages mélodiques très réussi, on pense alors à des groupes comme Korn, Orgy ou Pink Floyd (c'est d'ailleurs Bob Erzin, producteur pour ces derniers, qui se charge de cet album). 
Après s'être enfermé presque une année en studio, le groupe refait surface le 30 août 2005 avec son nouvel album A Beautiful Lie, qui décevra beaucoup de monde, plus conventionel il n'en reste pas moins sympathique. Une nouvelle tournée marathon s'engage alors alors aux côtés de leurs compatriotes de The Used.En 2008, 30 Seconds to Mars se voit confronté à Virgin. Le label accuse en effet le groupe de ne pas respecter son contrat qui l'engage à 3 albums. Depuis, 30 Seconds To Mars est retourné en studio, Jared Leto alternant entre musique et cinéma (Lord Of War, Alexandre, Mr. Nobody, ...), pour enregistrer This Is War, sorti en décembre 2009.

11 / 20
34 commentaires (13.94/20).
logo amazon

A Beautiful Lie ( 2005 )

  Trois années après le succès surprise de l’album éponyme, les frères Leto sont de retour avec un défi de taille à relever, à savoir la confirmation des espoirs que l’on porte en eux depuis l’agonie lente de la scène Néo Métal. Cela fait peut-être beaucoup pour un jeune groupe qui, à la base, constitue le passe-temps de la star hollywoodienne. Mais voyons plutôt ce que nous propose A Beautiful Lie.

  Le premier constat que l’on peut établir, c’est que la musique de 30 Seconds To Mars a amorcé un virage nettement plus rock qu’auparavant. Le son et les guitares perdent cette densité particulière qui rendait les refrains si puissants, tout comme les rythmes qui se font beaucoup plus tempérés. Les mélodies emprunteront honnêtement la voie de l’émo (The Kill, R-Evolve), mais sont hélas plus fades sur certains titres (A Beautiful Lie, l’insipide Saviour). Quant à l’attrait pour la musique des années 80, il est toujours présent mais va se porter cette fois-ci vers le courant New Wave.  La déception est une nouvelle fois au rendez-vous. En effet, si le groupe diffusait intelligemment ses influences sur le précédent opus, il recourt ici à un plagiat stérile et honteux de The Cure (Was It A Dream en copie de A Forest, ou encore The Story).

   Heureusement, quelques sursauts viendront masquer les regrets que l’ont peut éprouver à l’égard de 30 Seconds To Mars. L’adage dit que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, expression qui leur sied, ô combien, à l’écoute de The Fantasy, Attack, ou Battle Of One. On retrouve ainsi, avec délectation, les refrains énergiques ultra accrocheurs et les mélodies imparables qui faisaient bouger nos têtes à l’époque sur Capricorn ou Buddha For Mary. On le doit sans nul doute au chant de Jared Leto, toujours aussi limpide et puissant en dépit de la variation des ambiances, ainsi qu’aux samples habilement saupoudrés de part et d’autres.
  De plus, 30 Seconds To Mars cherche à nous prendre par surprise, et là encore cela se fera avec plus ou moins de succès. Positivement tout d’abord, avec le brillant A Modern Myth dans lequel le chant de Jared Leto accompagne à merveille guitare acoustique et violoncelle, sans pour autant délivrer un titre bourré de clichés. En revanche, c’est moins le cas concernant la reprise de Hunter (originellement écrite par Björk) qui vient clôturer l’album. Il faut saluer le courage de reprendre un titre de la fée islandaise, mais bien que Jared Leto s’en sorte avec les honneurs, aucune réorchestration majeure n’a été opérée. L’intérêt s’en trouve de fait quelque peu limité.

  Petite déception donc que ce nouvel album de 30 Seconds To Mars. Le groupe semble manquer légèrement d’inspiration, et use par conséquent de pas mal d’artifices afin de sauver les meubles. A Beautiful Lie méritait plus de spontanéité, les américains étant visiblement plus à l’aise sur les morceaux directs et saturés dans la lignée de leur premier album. Dommage.

Télécharger : Attack.

A écouter : Attack, The Fantasy
16 / 20
32 commentaires (16.08/20).
logo album du moment logo amazon

30 Seconds To Mars ( 2002 )

Que dire sur ce skeud magnifique ? Qu'il est magnifique ? Déjà dit, mais pourtant on a envie de le répéter encore et encore, rare son les perles de cette trompe et quand on en trouve une on ne peut que rester ébahit devant.
Avec cet album 11 titres on parle de pureté du son, de recherche musical, d'efficacité des mélodies, a quels groupes rapprochés 30 seconds to mars ? Aucun et tous à la fois, 30 seconds to mars à digérer ce qui c'est fait de mieux ces 20 dernières années pour en ressortir une galettes emplit tout autant de sonorité indus que l'on pourrait apparenter à Orgy, des tonalités métal que ne renierait pas le Korn actuel et ce qui prédomine un coté pop-rock à imputer certainement à Pink Floyd.
Envoûtant, surprenant, lancinant, tant de mots futiles pour décrire cette zic à part et pourtant si aisément appréhendable.
Mélancolie, puissance, hargne transparaissent au fur et à mesure des titres et on se laisse emporter par la voix, souvent trafiquée, de Jared Leto avec délice.
On se retrouve vite à fredonner les paroles enjôleuses comme sur le fougueux et aérien Buddha For Mary, Oblivion ou encore Welcome To The Universe.
Peut être doit-on voir dans cette réussite la pâte de la production qui a aligné Bob Erzin (Pink Floyd, Alice Cooper) et Brian Virtue (Jane's Addiction), rien de moins...
30 seconds to mars signe là un album sublime, premier album qui laisse présager une suite sous les meilleurs hospices. Mais en attendant la suite concentrant nous sur ces 11 titres.

Incroyable tout de même de jouer dans de si bons films et de faire de la si bonne zic, moi jaloux ? meuh non… ;-)

A écouter : Buddha For Mary - Oblivion - Welcome To The Universe